Posts tagged ‘toulouse’

avril 23, 2012

Info à la suite de “l’affaire Merah”

 par ~ Némésis ~

Une fois de plus, je fais suivre un article pertinent arrivé par mail. C’est une tribune libre rédigée par « Sam », un fonctionnaire de police affecté à la Direction Centrale du Renseignement Intérieur français. (CQFDire)

“En tant qu’officier de police judiciaire attaché à la direction du contre-terrorisme de la DCRI, je crois indispensable d’apporter un certain nombre de précisions sur l’affaire Merah.

J’ai rejoint la DCRI dès sa création en juillet 2008. Comme la plupart de mes collègues j’ai été enthousiasmé par ce projet, sa mission et les moyens dont nous devions bénéficier. Mais nous allions vite déchanter.

Des moyens, certes nous en avons, mais ils servent avant tout à payer des frais non opérationnels. En effet la fusion de la DST et des Renseignements généraux devait accroître les moyens en personnels et rendre plus efficace le travail de terrain. Malheureusement les ambitions personnelles des patrons de services ont rapidement mis à mal ce magnifique outil.

Pour des effectifs totaux d´environ 3000 fonctionnaires nous avons près de 200 commissaires, soit environ un commissaire pour 15 fonctionnaires, sans compter les directeurs, sous-directeurs, directeurs adjoints, sous-directeur adjoints, contrôleurs, etc…

> Hormis dans certains pays d’Afrique, nous devons être le service de police comptant le plus petit nombre de fonctionnaires par commissaire. Et encore, il faut déduire de ce nombre de fonctionnaires : le chauffeur du commissaire, la secrétaire du commissaire, et prendre dans les coûts le véhicule de fonction du commissaire. Cela réduit le nombre d’opérationnels par commissaire à peine à 10 fonctionnaires. Je ne citerai pas là les rivalités entre patrons, qui ne font qu’aggraver la situation.

> Nos concitoyens sont en droit de se demander pourquoi ne pas réduire le nombre de commissaires pour augmenter le nombre d’agents opérationnels. Budgétairement, un commissaire en moins c’est environ cinq fonctionnaires de plus sur le terrain. Mais cela est sans compter le tout puissant syndicat des commissaires, et l’appartenance de plus de 80% d’entre eux à la franc-maçonnerie.

> Vous vous demandez certainement le rapport entre cela et l’affaire de Toulouse. S’il n’y avait que 10 à 15 djihadistes potentiels en France comme le clament sur tous les tons les ministres et directeurs, cela ne poserait pas de problème si ce n’est un vaste gaspillage. Mais nous sommes très loin du compte.

LE FONCTIONNAIRE TRAITANT M. MERAH PENSAIT AVOIR EN LUI UN INFORMATEUR FIABLE ( !)

> Les cellules islamistes radicales, majoritairement de la mouvance salafiste, représentent au bas mot plusieurs centaines si ce n’est un millier d’individus. Bien entendu ils ne sont pas tous susceptibles de se transformer en un Mohamed Merah. Mais pour faire ce qu’il a fait Mohamed Merah n’a pu agir seul. Il a bénéficié de l’appui logistique et financier d’une des 80 cellules islamistes actives identifiées sur le territoire national. Le suivi et le traitement des informations obtenues sur ces cellules de façon quotidienne demande un travail considérable et la DCRI manque cruellement de personnels aptes à traiter rapidement des informations principalement en langues étrangères.

En ce qui concerne plus particulièrement l’affaire Merah, nous nous trouvons face à un cas d’école. Le fonctionnaire le traitant pensait avoir en lui un informateur fiable. Ce n’était pas le cas, Mohamed Merah a su habilement abuser de cette confiance pour mener à bien la mission terroriste à laquelle il était formé depuis plus de deux ans.

Si les négociations en vue de sa reddition ont duré près de 32 heures c’est parce qu’il fallait ce temps pour décider ce qu’il convenait de faire pour éviter un scandale. Le RAID et le GIPN disposaient de moyens suffisants pour mener un assaut non létal contre un individu seul, sans otage, même lourdement armé. Il semblerait que très rapidement il ait été décidé que cet individu ne devrait pas être laissé en état de parler.

Les 300 douilles retrouvées sur place et le « tir pour tuer » du tireur d’élite de la section Oméga du RAID ne laisse pas la place au doute.

Il est temps que la vérité soit dite aux français, étant moi-même de culture musulmane, je sais de quoi je parle, il n’y a pas d’islam modéré. Ce que l’on appelle généralement des musulmans modérés sont des individus qui, comme moi, sont de culture musulmane et ont une pratique sociale de la religion comme la plupart des Français chrétiens, juifs ou musulmans qui limitent leurs pratiques religieuses à l’abstention de consommation de certains aliments, un respect plus ou moins fidèle des jeûnes, carême ou ramadan et à la célébration de certaines fêtes telle l’Aïd, Kippour ou Pâques.

La grande majorité des mosquées, y compris celles ayant pignon sur rue, sont tenus par des prédicateurs venus de l’étranger et menant des prêches militants. Dans la plupart de ces mosquées se trouvent des recruteurs chargés de repérer et de recruter les individus les plus aptes au Jihad.

Face à cette situation je ne m’étonne pas qu’une grande majorité de mes collègues soit attirés par le discours populiste et ne proposant aucune solution efficace du Front National. Il ne faut plus se cacher la vérité. L’islam prépare depuis plus de 35 ans une guerre contre l’Occident et ses alliés, les monarchies pétrolières. Tout comme l’iceberg, la partie visible de cette guerre, tel le 11 septembre, les talibans, les attentats en France, en Espagne, au Royaume-Uni et Mohamed Merah ne sont qu’une infime partie de ce qui se prépare.

IL N’EST PAS TROP TARD POUR AGIR

Il n’est pas trop tard pour agir. Pour cela il faut que les pays occidentaux se montrent fermes aussi bien dans leur politique sécuritaire intérieure qu´au travers leurs relations diplomatiques avec les principaux bailleurs de fond que sont le Qatar, l’Iran, la Syrie et ceux qui en Arabie Saoudite espèrent sauver leur peau en payant leurs futurs bourreaux.

Il faut que la justice des pays occidentaux comprenne que l´Islam méprise la faiblesse et que les jugent arrêtent de trouver des excuses aux individus que nous lui déferrons, quand elle ne nous refuse pas tout simplement les moyens d´agir, quitte a ne pas assumer les morts qui en découlent. Mais cette justice est indépendante et surtout irresponsable. Un juge qui tue par procuration en libérant un criminel n´est jamais poursuivi, un fonctionnaire de police qui fait usage de son arme est systématiquement traité comme un assassin.

Les Français sont prêts à entendre un discours de vérité, les Français de culture musulmane sont les premières victimes de la bouillie politiquement correcte qui est servie à longueur de journaux télévisés, dans la presse et par nos dirigeants politiques. Tout comme il y avait des collaborateurs des nazis il y a désormais les collabos des islamistes. Dans les années 40 ils s’appelaient « Je suis Partout » ou « Le Matin », en 2012 ils s’appellent « le Monde » ou « Libération », dans les années 40 ils étaient membres du Parti Populaire Français en 2012 ils sont militants des Verts ou du NPA.”

Étiquettes : , , ,
avril 9, 2012

Se voiler la face

Les crimes de Toulouse, il faut y revenir, ne doivent pas finir dans les oubliettes médiatiques sans rappeler qu’il y à des Dieudonné ou des Fofana en liberté un peu partout dans notre pays

Ceux qui menacent les juifs, menacent la France, Hessel un parmi les  » grands indignés  » [ rire, si cela vous est encore possible ], s’indigne exclusivement de ce que fait Israël

Le succès de son livre me fait honte – j’ai mal à la France de voir le crédit que l’on accorde dans les médias à ce penseur de pacotilles, qui est allé à Gaza baiser les pieds et laver les mains du chef du Hamas

Des associations comme le MRAP dont une affiche propose depuis des mois et des mois le boycott des produits israélien, participent à cette guerre idéologique contre les juifs [ Apparté : Qu’attendent les autorités pour supprimer les niches fiscales de ces associations ]

 

Symptomatique d’une idéologie qui se répand dans certains milieux,  » fabriquent  » de toutes pièces dans notre pays des populations pro-palestiniennes [ une évolution qui se fait en grande partie dans les milieux islamo-gauchistes ], populations qui se définissent, où se fédèrent dans la haine du juif  » pensées  » à travers les actions ou exactions supposées des israéliens qui pourtant n’ont pas d’autres choix que de défendre leur Nation désignée par des sots jours après jours toujours plus illégitime

Ajoutons à ce triste constat que beaucoup de commentateurs dans les médias se copient comme des perroquets sans attendre que les faits soient définitivement établis, par exemple, tant pour Montauban ou Toulouse s’étaient empressé de parler d’actes racistes sous entendu exécutés par  » de petits blancs  » inspiré par je ne sais quel F N ou similaire

Dans notre pays une partie de l’élite y participe activement à reconstruire l’antisémitisme, stupidement culpabilisée sans nuances par le passé colonial de la France oublieux qu’a l’époque plus de la moitié des Français était contre cette guerre coloniale et que parmi les arabes algériens ce qui est paradoxal nombreux étaient ceux qui voulaient l’obtention des mêmes droits que la population métropolitaine et moins l’indépendance proprement dite

 

Dire que le lâche, tueur à Toulouse n’était pas influencé par ce climat délétère observé dans notre pays contre les juifs reviendrait à dire [ c’est d’ailleurs ce que l’on lit sur bien des forums] que Fofana [ l’assassin qui avait torturé Ilan Halimi ] n’aurait été en rien influencé par un Dieudonné ou ses équivalents qui ces derniers comptent parmi ceux à l’origine de ce climat anti israéliens et anti-juifs bien installé dans notre pays

J’avais été scandalisé par la propagande et les manifestations de rues outrancières au moment de la flottille dite  » pour Gaza  » qui n’avait d’humanitaire que le nom…ne provoquant que quelques réactions médiatiques à peine audibles

Cela va pour certains intellectuels jusqu’à prétendre [ « Le Nom : Juif, est une invention », selon Alain Badiou ]

Ce climat établit,  » fonctionne  », agit comme une norme, une sorte d’anti-israélisme et une anti-culpabilité, si nous ne comprenons pas que cette guerre idéologique menée contre Israël l’est aussi menée contre nous, contre le monde dit  » occidental  », en réalité contre les démocraties et la très dérangeante liberté d’expression – surtout, par dessus tout, la très dérangeante liberté d’expression –

 

http://laicite.over-blog.com/article-se-voiler-la-face-

Étiquettes : , ,
avril 8, 2012

Ce n’est pas de la rage au volant, c’est du terrorisme

Étiquettes : , , ,
avril 3, 2012

Le grand rabbin veut manifester avec les « musulmans modérés »

Bernheim1.jpg

Le grand rabbin de France Gilles Bernheim a souhaité dimanche que soit organisée à Paris « une très grande manifestation » associant juifs et « musulmans modérés », en réaction aux tueries perpétrées par Mohamed Merah.
Photo : Marche silencieuse, le 25 mars, en mémoire des victimes de l’école Ozar Hatorah de Toulouse, où Gilles Bernheim est ici aux côtés de Hassan Chalghoumi, imam de Drancy.

Après les assassinats de sept personnes, dont un enseignant et trois enfants juifs, « le Conseil français du culte musulman (CFCM) s’est parfaitement démarqué des courants islamiques intégristes meurtriers pour dire : « ce n’est pas l’islam » », a souligné Gilles Bernheim lors de l’émission « Internationales » de TV5Monde/RFI/Le Monde.

« Je souhaiterais qu’il y ait une très grande manifestation de la République jusqu’à la Bastille, avec des milliers et des milliers de musulmans modérés et la communauté juive s’y associerait, afin de dire « ce n’est pas, ce n’est plus possible » », a-t-il ajouté.
Il a souhaité « que ce message soit répercuté, véhiculé partout dans le monde ».

Le président du Conseil français du culte musulman (CFCM), Mohammed Moussaoui, a souligné la « difficulté » d’organiser une telle manifestation.
Il a relevé « le risque d’être instrumentalisé politiquement » et ajouté que le CFCM, « en pleine restructuration, n’est pas en mesure d’organiser une manifestation de cette nature ». « On ne serait pas capable de mobiliser », a-t-il jugé.

M. Moussaoui a toutefois estimé que la « réflexion mérite d’être lancée », soulignant que « ça a été fait au niveau local, là où l’organisation est beaucoup plus facile, à Lyon, Rouen et d’autres endroits ».

Les responsables des communautés juives et musulmanes avaient prévu d’organiser le 25 mars à Paris une marche silencieuse commune en mémoire des victimes du « tueur au scooter », mais y avaient finalement renoncé. S’y était substituée une autre marche organisée par des associations.

Pour prolonger la réflexion :

Cette demande du grand rabbin Gilles Bernheim me semble très pertinente. La réaction, très prudente, du CFCM est également très intéressante à analyser.

Toujours à propos du drame de Toulouse, je vous signale deux contributions intéressantes :

1. Un post de l’avocat Alain Lhote, intitulé « Des prisons sous influence islamiste ? » à lire en cliquant ici

Maître Lhote se présente ainsi : « Maître Alain LHOTE est inscrit au Barreau de Marseille depuis le 2 décembre 1974.
Passionné par la défense pénale, il intervient régulièrement devant les juridictions répressives, Tribunal Correctionnel et Cour d’Assises, en partie civile ou en défense.
Membre de l’Observatoire International des Prisons, il milite pour l’adoption d’une véritable réforme de la prison.
Son cabinet est également sollicité par des associations telles que SOS Racisme et le Mouvement contre le Racisme et l’Amitié entre les Peuples.
Il a été membre du Conseil de l’Ordre des Avocats au Barreau de Marseille. »

Dont acte. Je relève sous sa plume dans le post cité en référence : « Si 50 à 80% des prisonniers sont musulmans, l’islam n’est pas reconnu comme religion majoritaire en prison. »
2. Et une interview de Gilles Kepel au Bondy Blog sous le titre : « Le terrorisme jihadiste tue également des musulmans ». Cliquer ici

 

http://religions.blogs.ouest-france.fr/archive/2012/04/02/rabbin-bernheim-musulman-merah.html

mars 29, 2012

L’école juive de Toulouse “assaillie” de mails et d’appels antisémites

Par Melba

On peut dire sans craindre de se tromper que la plupart des fans antisémites de Merah sont des islamistes. Il devient urgent de les stigmatiser et de les combattre.

La police enquête sur des appels et des mails antisémites reçus par l’école juive Ozar Hatorah depuis qu’elle a été le théâtre du carnage commis par Mohamed Merah, a indiqué aujourd’hui le procureur de Toulouse Michel Valet.

Selon le Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), l’école était communément la cible de tels agissements avant le drame, mais elle en a été assaillie après la tuerie du 19 mars.

La direction de l’école a porté plainte le 26 mars, a rapporté le procureur. Ce dernier dit avoir «immédiatement ordonné une enquête pour déterminer l’origine ou les origines de ces appels et de ces courriers malveillants».

Il ne s’est pas exprimé sur le nombre de ces appels, ni leur teneur.

Selon le secrétaire général du CRIF régional, la boîte électronique de l’école «a reçu une grande quantité de mails antisémites et antisionistes» depuis le 19.

Les mails ne visent pas directement l’école elle-même, a précisé Marc Sztulman, «ils appellent au meurtre des juifs ou font des liens hasardeux avec le conflit israëlo-palestinien».

«On portera plainte le moment venu, nous avons d’autres préoccupations en période de deuil, mais on le fera contre tous ceux qui appellent à la haine raciale et au meurtre des juifs», a-t-il dit.

Mohamed Merah a froidement assassiné trois enfants et un enseignant juifs dans cette école le 19 mars, un acte qui a semé l’effroi en France.

Source: Est républicain

mars 28, 2012

Al Qaeda cherche loup solitaire

Julien Chauvierre est l’auteur de « Les Fils maudits de Ben Laden » (éditions Joudan) et administre le site www.GeoSintel.org consacré aux questions d’Intelligence et de sécurité. Julien Chauvierre était lundi soir l’invité de Face à l’info sur La Première (radio publique belge francophone).

, par Julien CHAUVIERRE

 

- Mohamed Merah est ce que j’appelais dans mon livre, « Les fils maudits de Ben Laden« , un loup solitaire (« Al Qaeda cherche loup solitaire » p.99).
Les nouveaux media peuvent constituer des vecteurs de radicalisation sans forcément avoir besoin de se rendre au Pakistan ou en Afghanistan (sites et forums djihadistes, magazine en ligne Inspire…)
Le profil d’un jeune délinquant, radicalisé en prison, s’était déjà rencontré en France en 1995 avec Khaled Kelkal.
En novembre 2009 à Fort Hood, aux Etats-Unis, un officier américain de religion musulmane, Nidal Hassan avait abattu plusieurs soldats américains à l’endroit même où il travaillait. Il apparaîtra par la suite que Hasan, né aux Etats-Unis de parents d’origine jordanienne, s’est laissé influencer et radicaliser via une mosquée locale extrémiste et via Internet. Il a d’ailleurs échangé des courriels directement avec un des chefs d’AQPA [1], lui aussi né aux Etats-Unis.

Le loup solitaire, « cauchemar » des services occidentaux.

- Ce loup solitaire est le « cauchemar » des services de renseignements occidentaux.
Ces derniers pensent qu’AQ « historique » sera de plus en plus marginalisée sur le plan physique. Ses possibilités d’action et de capacité de déplacement sont de plus en plus réduites, la coordination est devenue impossible pour de grosses actions, etc…
Ces mêmes spécialistes préviennent, que, d’une part, l’idéologie djihadiste va se répandre de plus en plus, et que, d’autre part, les groupes « autonomes » pourraient maintenir une menace de niveau moins élevée mais néanmoins permanente.
On constate d’ailleurs un recrutement de plus en plus important de jeunes djihadistes en Occident et même en Amérique du Nord. Le FBI a démantelé plusieurs réseaux terroristes en cours de constitution et qui comptaient soit des jeunes musulmans nés aux Etats-Unis soit des Américains fraichement convertis
L’administrateur de la Sûreté belge déclarait il y a quelques jours sur un plateau de télévision qu’ils étaient quelques dizaines en Belgique. Si on ne peut remettre en cause la pratique pacifique de la religion de la majorité des musulmans en Belgique et France, ce chiffre, à l’aune des évènements dans le Sud-Ouest, est inquiétant.

Une défaillance des services de renseignement ?

- Certains évoquent une défaillance des services de renseignement. Soulignons que l’auteur des tueries a rapidement été « logé » par les services. Mais une personne qui a certes voyagé en Afghanistan et au Pakistan mais ne commet aucun acte qui tombe sous le coup de la loi, ne peut être arrêtée préventivement.
En ce domaine, la stratégie des services de renseignements français, dont la compétence est bien connue en la matière, est complexe. Le but est de développer le renseignement pour démanteler des réseaux. Mais cela va de pair avec le risque que certains éléments ne soient pas stoppés à temps.

Djihad sans chefs

- Le concept du « Leaderless Jihad » (Djihad sans chefs) a été défendu, entre autres, par Mustafa Setmarian Nasar (alias Abou Moussab al-Souri, djihadiste d’origine syrienne, soupçonné d’être le cerveau des attentats suicide de Madrid et de Londres), qui dans un texte déjà paru en 2005, conseillait aux djihadistes de créer des réseaux décentralisés d’individus et de cellules locales unis par la foi plutôt que des structures hiérarchiques qui risquent d’être ciblées par la répression.

Le but est donc que se créent des cellules informelles composées d’islamistes immigrés ou nés en Occident. Les djihadistes autonomes sont effectivement souvent enracinés dans les pays occidentaux, cibles potentielles d’Al Qaeda. Parfois, il s’agit même d’autochtones convertis à l’Islam.

Les djihadistes appellent régulièrement les musulmans radicaux, partout dans le monde, à recourir à la stratégie du loup solitaire : c’est-à-dire frapper seul, avec les moyens dont ils disposent.
Stratégie qui, par définition, évite les indiscrétions et les risques d’infiltration que peut connaître une cellule terroriste. Le but étant que ces « petites » attaques se multiplient et finalement provoquent un état permanent de tensions au sein des sociétés occidentales.

Mais pour que ces attaques solitaires aient un minimum d’efficacité, les forums djihadistes donnent également des consignes en ce qui concerne les cibles potentielles. Il faut que ces cibles soient facilement accessibles à l’auteur, qu’une action efficace soit possible contre elles et que les cibles soient de nature à ce qu’on puisse s’attendre à un impact médiatique.

Ces « djihadistes spontanés », recrutés et endoctrinés via Internet sont d’autant moins repérables par les services de sécurité qu’il peut s’agir de gens nés et élevés dans les pays occidentaux. Lorsqu’il ne s’agit pas de convertis qui, par définition, peuvent passer encore plus inaperçus.

- Si bien évidemment, la capacité opérationnelle de ces militants autonomes sera moins élevée que celle de militants chevronnés et entrainés ; il n’en reste pas moins que la multiplication de « loups solitaires du Djihad » pourrait devenir un problème majeur dans les années, voire les mois qui viennent.

 

[1] Al Qaeda pour la Péninsule Arabique (le Yémen et l’Arabie Saoudite)


http://www.geosintel.org/Al-Qaeda-cherche-loup-solitaire,271.html

 

Étiquettes : , ,
mars 28, 2012

Une haine qui n’a pas de nom

Comment qualifier le profil inédit du tueur de Toulouse ? Chacun s’efforce, au fil des jours, de trouver le bon terme. Mais, à mesure que les étiquettes se multiplient, elles se contredisent et s’annulent, marquant l’échec de toutes ces tentatives. Tour à tour fanatique, djihadiste, fou d’Allah, moudjahidin, terroriste, salafiste, islamiste, loup solitaire ; mais aussi psychopathe, délirant, dépressif, fragile, beau gosse, monstre ; et encore français, franco-algérien, algérien, gosse des banlieues, délinquant, cambrioleur… l’assassin demeure sans profil.

En trouvant le mot qui convient, on espère obtenir un début d’explication, une classification qui rassure, un moyen d’avoir prise. Comme si l’on tentait de conjurer, en la nommant, en lui assignant une place, quelque chose qu’on ne peut ni regarder en face ni exactement décrire. Mais quoi ?

La haine. Le terme s’utilise faute de mieux, mais il n’est qu’approximatif. Car ce qui habite le meurtrier n’est pas simplement ce vieux sentiment d’aversion – bien connu, justement nommé -, que chacun éprouve légitimement envers ce qui lui a causé des souffrances.

Ce sentiment banal et répandu, Spinoza le définissait comme « une propension à repousser ce qui nous a causé une peine ou un dommage » (« Court Traité », vers 1660). Ici, c’est en fait de tout autre chose qu’il s’agit : une pulsion de tout détruire, une volonté d’anéantir radicale et farouche.

Derrière les cibles et les adversaires (militaires de l’Alliance, musulmans jugés traîtres, juifs jugés oppresseurs, Occident jugé impie) s’active une haine globale envers le monde tel qu’il est, considéré comme un enfer. La tâche première est de tout détruire, car la rédemption passe par l’anéantissement.

Cette volonté de néant, sous la forme du nihilisme, a donné naissance depuis le XIX e siècle à des générations de combattants radicaux. Le Russe Serge Netchaïev, dans son « Catéchisme du révolutionnaire », (1868), décrit leur profil modèle en des termes qui s’appliquent en partie au terroriste d’aujourd’hui : « Au fond de lui-même, non seulement en paroles mais en pratique, il a rompu tout lien avec l’ordre public et avec le monde civilisé, avec toute loi, toute convention et condition acceptée, ainsi qu’avec toute moralité. En ce qui concerne ce monde civilisé, il en est un ennemi implacable, et s’il continue à y vivre, ce n’est qu’afin de le détruire plus complètement. »

« Mutatis mutandis », les djihadistes façon Al-Qaida sont des héritiers de ce projet de destruction sans frein. Leurs discours s’organisent autrement, leurs références ne sont pas les mêmes, mais leurs actes sont identiques à ceux des nihilistes, des nazis, des révolutionnaires professionnels.

La vraie zone d’ombre, au coeur de pareils processus, demeure le passage à l’inhumain. Par quel biais, pour en finir avec un mal supposé, tous les moyens deviennent-ils bons, y compris le sacrifice d’innocents et le meurtre d’enfants ? Quelle que soit la grille de lecture, cette métamorphose d’une lutte exaltée en abjection sordide défie profondément la raison. D’autant plus que le mal réel – celui qui massacre, torture, endeuille -chaque fois s’infiltre et s’incarne dans des individus par ailleurs sensibles, attentifs ou cultivés. De jeunes officiers nazis allaient chaque dimanche à l’office, savaient disserter sur Kant, Fichte et Schopenhauer, jouaient Schubert et tuaient par balle des enfants juifs et d’autres personnes.

De même, de jeunes combattants islamistes fréquentent la mosquée, prient, lisent, donnent aux leurs des témoignages d’amitié, de tendresse ou d’amour et tuent par balle des enfants juifs et d’autres personnes. Une sauvagerie monstrueuse habite effectivement des individus qui, sous d’autres aspects, ressemblent à tout le monde. Ce n’est évidemment ni une découverte ni une nouveauté. Mais sans doute est-ce là ce qu’on ne peut totalement comprendre, qu’on ne veut ni voir ni nommer, qu’on s’épuise donc à désigner de tant de mots divers. Alors qu’il s’agit d’une haine n’ayant de nom dans aucune langue humaine.

 

Étiquettes : , ,
mars 28, 2012

« Le suspect a visé l’école juive faute de cible militaire », c’est un mensonge !

On nous a rabâché que le tueur monstrueux s’était rabattu sur l’école juive « faute de trouver une cible militaire », lien c’est faux

D’après sa conversation avec les négociateurs rapportée ici « Pendant plusieurs heures, le jeune homme s’est livré à une longue confession à mi-chemin entre les aveux et la provocation. Un récit parfois insoutenable… Un luxe de détails parfois sordides avec lesquels il exprime pour seul regret d’avoir manqué, à quelques minutes près, « la rentrée des classes dans l’école juive », ce qui lui aurait permis de tuer plus d’enfants [juifs].

 

  • Pourquoi n’y-a-t-il en France, qu’un seul imam, celui de Drancy, qui a condamné clairement l’attentat terroriste contre des Juifs ?
  • Pourquoi n’y-a-t-il pas de manifestations de « Musulmans modérés » pour protester contre l’assassinat de Juifs et militaires français et se démarquer de la terreur islamique ?
Étiquettes : , , ,
mars 25, 2012

De quoi s’étonne t-on? L’antisémite ne marche plus; il bondit !

L’analyse du meurtre de Toulouse ne peut, pour être saisie à l’extrême degré de gravité où elle se situe, être isolée des éléments qui, tant en aval qu’en amont la nourrissent d’un interminable courant de déjections.

Le « droit de salir » Israël, sa mémoire et son histoire est en France, désormais une habitude acquise, sinon par les lois, fort heureusement, du moins par l’usage de certains. Les islamistes s’ils l’utilisent et le pratiquent avec désinvolture, n’en assument pas, pour autant, l’exclusivité. Quelques illustrations ci-après :

a) Le silence de l’extrême droite sur sa relation historique avec les Juifs.
b) Le « spectacle » permanent donné par Dieudonné à l’exaltation de la haine et du ressentiment racial,
c) Le fait de conduire une salle comble à honorer un révisionniste notoire
d) Le refus de la hiérarchie catholique de répondre à une demande d’explications sur le maintien d’une symbolique anti judaïque à Strasbourg
e) L’antisémitisme devenu subrepticement mais assurément l’antisionisme.
f) La condamnation permanente de l’Etat d’Israël et de ceux qui le soutiennent
g) L’indifférence juive à ne pas admettre que le « pardon » de l’Eglise ne s’est accompagné d’aucune initiative historique réparatrice ;
h) La restriction progressive mais assurée de la liberté de manœuvre que les Juifs peuvent s’autoriser en France.
i) La banalisation de l’antisémitisme dans les médias et la surprenante tiédeur des réactions,
j) L’interdiction du droit de se défendre de plus en plus imposé à l’Etat Juif.
k) L’absence de réflexion historique sur la condamnation à mort que signifiait l’Indépendance de l’Etat Juif dans les conditions qui furent celles de sa naissance.
l) La renaissance d’un sentiment diabolique, visant à redonner vie à la honte d’être Juif
m) Insultes publiques à l’identité juive et incitations à la violence qu’elles constituent
n) La publication par Flammarion d’un ouvrage exaltant les enfants kamikazes Palestiniens.
o) Les hésitations, revirements et atermoiements sur les responsabilités de l’horreur toulousaine, etc…etc….
NB/ Le droit du FN de me compromettre, sans conséquences, en me présentant comme contributeur d’un groupe de presse de la droite radicale. Le mépris du « droit de réponse. » qui l’accompagne dans l’hebdomadaire « Le Point ».

Ce qui se passe était prévisible, « Prévoir ou subir », n’est ce pas ? A moins d’une carte secrète, que, seul le Président Sarkozy pourrait détenir, sachons encore tirer quelque espoir de notre capacité à prévoir. Cela évitera panique, fébrilité et dangers ! Car, tout comme au Moyen âge l’opinion formatée finira par considérer que « frapper le Juif relève de l’auto défense. »
Rappel : Une famille a été anéantie dans une ville de France en Mars 2012, parce que juive !!!

Étiquettes : , ,
mars 25, 2012

Douce France : fanatisme au féminin (les harpieuses sont de sortie)

par sil

1) Un incident s’est déroulé cet après-midi de samedi au cours de la marche blanche, organisée entre Sotteville-les-Rouen et Rouen (Seine-Maritime) en mémoire d’Imad Ibn Ziaten, la première des victimes exécutées lâchement par Mohamed Merah.

Devant la mairie de Sotteville, vers 14 h 30, une femme voilée et gantée de noir s’est soudainement mise à arracher les photocopies de portraits du sous-officier parachutiste de 30 ans – abattu d’une balle dans la tête le 11 mars à Toulouse -, qui avaient été apposées sur divers mobiliers urbains pour annoncer la marche. Son geste a sidéré et scandalisé les centaines de personnes qui participaient à cet hommage. «Ce n’est pas bien, c’est un péché», répétait cette femme en tenant contre elle un livre marron clair.

«Les gens l’ont prise à partie, choqués et écoeurés par ce qu’elle faisait. Cela a failli tourner au lynchage», rapporte un témoin dans la scène. L’un des frères d’Imad Ibn Ziaten, policier de profession, est intervenu en demandant à la femme voilée si elle se rendait compte qu’elle était entrain de salir l’honneur de la victime. Alertée, la police a interpellée l’intéressée à sa descente du tramway puis l’a placée en garde à vue. Selon une source proche de l’affaire, cette femme portait avec elle, non pas un Coran, mais un livre de jidahiste. Elle pourrait encourir des poursuites pour incitation à la haine raciale et apologie du crime. «Cet incident a profondément choqué la famille d’Imad Ibn Ziaten, déjà durement éprouvée par l’assassinat de leur proche. Ils ont l’intention de porter plainte», confie Me Méhana Mouhou, leur avocat. (source)

2) Des jeunes filles honorent la mémoire de Mohamed Merah à Toulouse

Une trentaine de jeunes gens, essentiellement des filles, se sont rassemblés samedi dans le quartier toulousain des Izards, où a grandi Mohamed Merah, pour honorer la mémoire du tueur de sept personnes abattu jeudi par la police, comparant leur douleur à celles des familles des victimes.

Une centaine de membres des forces de l’ordre ont entouré cette manifestation statique au cours de laquelle une femme portant un voile intégral a harangué le groupe.

« Nous ce qu’on demande aujourd’hui c’est qu’on arrête de diaboliser Mohamed, ça y est, il est mort », a-t-elle dit. « On partage la douleur et la peine des familles car c’est la même douleur pour nous ici, » a dit la jeune fille, qui a refusé de donner son nom. « Je pense que ce qui l’a influencé, c’est ce qu’il a vu dans ses multiples voyages. Il n’a pas pu gérer tout ça. Ça restait un adolescent dans sa tête, malgré ses 23 ans. »

La police toulousaine avait détecté des appels à manifester samedi matin et a empêché le groupe d’en rejoindre un autre. La manifestation s’est dispersée en fin d’après-midi sans incident. (source)

 

http://extremecentre.org/2012/03/24/douce-france-fanatisme-au-feminin-les-harpieuses-sont-de-sortie/

Étiquettes : , , ,