Posts tagged ‘securite’

mai 5, 2012

Une infiltration à la frontière égyptienne démontre une nouvelle fois le besoin urgent de finir la construction de la clôture de sécurité

par Tsahal – Armée de Défense d’Israël
Frontière israélo-égyptienneLa construction d’une clôture sophistiquée devrait être achevée d’ici la fin de l’année 2012.

Le Commandant de l’administration en charge des zones frontalières a réfuté une information des médias selon laquelle une brèche dans la nouvelle clôture de sécurité, en construction le long de la frontière israélo-égyptienne, aurait permis une infiltration.

Le Général de Brigade Eran Ofir a déclaré que l’infiltration avait eu lieu par une section de la clôture dont la construction et les travaux de rénovation n’étaient pas encore achevés.

«La nouvelle clôture est en cours de construction»

«Lorsque les travaux seront terminés, il sera impossible de la franchir. Seuls les endroits où les travaux ne sont pas encore achevés peuvent malheureusement encore laisser passer ces infiltrations.»

La clôture, sophistiquée et dotée de systèmes d’observation performants, rendra très difficile, voire impossible les tentatives d’infiltrations, de contrebande et empêchera les terroristes de s’en approcher sans avoir été identifiés auparavant.

Jusqu’à présent, 143 kilomètres de clôture ont déjà été construits en seize mois. La totalité du projet devrait être fini d’ici la fin de l’année 2012.

http://blogtsahal.wordpress.com/2012/05/03/une-infiltration-a-la-frontiere-egyptienne-demontre-une-nouvelle-fois-le-besoin-urgent-de-finir-la-construction-de-la-cloture-de-securite/

Publicités
Étiquettes : , , ,
avril 13, 2012

La communauté juive canadienne crée un service de sécurité pour contrecarrer des menaces antisémites

Le réseau communautaire de sécurité est le premier de ce type au Canada ; des bénévoles patrouillent et protègent des sites et des institutions juifs.

Pour la première fois dans l’histoire du pays, la communauté juive canadienne a décidé de mettre sur pied un service de sécurité civile, et cela suite à la montée de l’antisémitisme dans le pays et dans le monde.

Le service de sécurité sera mis en œuvre par le Centre pour les Affaires Israéliennes et Juives, un lobby des juifs canadiens, afin de protéger les citoyens juifs et les endroits dans lesquels les membres de la communauté juive se rendent fréquemment. Le programme s’appelle « le réseau communautaire de sécurité », et travaillera en parallèle et en coopération avec les services de sécurité locaux. Le programme pilote sera mis en place à Toronto, le plus vaste foyer de la communauté juive du Canada – environ 200 000 personnes. Par la suite, le programme s’étendra aux autres communautés juives de l’état.

Doron Horowitz

A la tête de cette initiative, un israélien d’origine, Doron Horovitz, qui a servi dans une unité de combat de Tsahal, bénévole dans le service de réservistes, et qui travaille dernièrement en tant que directeur de la sécurité nationale du Centre pour les Affaires Israéliennes et Juives. Horovitz a été dans le passé officier de sécurité de la Fédération Juive de Toronto, et a dernièrement été promu à la sécurité de la communauté au niveau national.

Le CSN (Réseau de Sécurité Communautaire), convie tous les juifs canadiens entre 25 et 50 ans, à se joindre à ce service. Parmi les bénévoles, seront choisies 25 personnes en fonction de leurs qualité physiques et psychologiques. Avant que les bénévoles ne commencent à travailler, ils subiront un entraînement physique et des cours pour le développement de compétences professionnelles, y compris le combat, l’identification d’un comportement suspect ou d’objets suspicieux, des actions de prévention telles que des patrouilles régionales avant d’examiner les lieux avant des réunions de masse, et autres.

Quand les bénévoles seront en service, ils effectueront des patrouilles et superviseront les lieux de la communauté juive, y compris des écoles, des synagogues, des musées, des jardins d’enfants et d’autres institutions juives. Pendant la nuit et les jours de fêtes religieuses, le réseau de sécurité sera renforcé.

De plus, les bénévoles ne porteront pas d’uniformes ni d’armes, conformément à la loi canadienne, qui interdit à des officiers de la sécurité inscrits d’être armés. Par conséquent, la CSN agiront pour prévenir des dangers en faisant des comptes-rendus de sécurité et en transmettant des informations sur un incident ou sur la suspicion d’incident aux autorités du maintien de l’ordre.

Horovitz a dit que l’initiative était gérée avec la collaboration des services de la police. «Nous ne remplacerons pas la police», a dit Horovitz, ajoutant que le chef de la police était en faveur de l’initiative.

Horovitz a également dit que le CSN était à présent dans les premières phases du recrutement et que jusqu’à présent, de nombreux candidats s’étaient présentés, mais tous ne sont pas adaptés. «Bien sûr, nous préférons des gens ayant un contexte militaire, mais il nous est très important qu’il s’agisse de gens ayant des considérations rationnelles. Il s’agit d’une action professionnelle, non basée sur des émotions, une idéologie ou la politique», a-t-il dit.

La communauté juive canadienne, qui comprend de nos jours environ 380 000 membres, a souffert dans le passé d’incidents antisémites, principalement de la part de groupes extrémistes de droite, qui se sont surtout exprimés dans la période entre les deux guerres mondiales. Un rapport sur l’antisémitisme du Canada, qui a été dernièrement publié par Bnai Brith, indique qu’en 2010, il y a eu plus de 1 300 incidents antisémites, trois pour cent de plus qu’en 2009, année au cours de laquelle une hausse du nombre d’incidents antisémites avait été recensée, suite à l’Opération ‘Plomb Durci’. La coalition parlementaire canadienne pour le combat contre l’antisémitisme a communiqué il y a six mois un rapport sur le phénomène de l’antisémitisme, et a trouvé une progression de l’antisémitisme et des préjugés anti-israéliens, surtout dans les universités.

Selon Horovitz, la communauté juive est le seul groupe au Canada qui crée un réseau de sécurité autonome, qui ne dépend pas de la sécurité du pays. «Nous comprenons que nous entrons dans une ère dans laquelle nous ne savons pas à quoi nous attendre, et nous comprenons que nous devons faire face à une menace potentielle», a dit Horovitz. «Naturellement, il y a également une crainte parmi les gens qui ne sont pas conscients de la culture de sécurité, et nous devons éduquer la communauté avec le temps, mais nous avons décidé de prendre la responsabilité de la communauté juive dans le pays».

La communauté juive canadienne établit dernièrement des relations de bon voisinage avec la communauté musulmane, et elle est bien consciente des éléments extrémistes de cette communauté. Horovitz a souligné que le CSN était destiné à contrecarrer des événements futurs et qu’il n’avait aucune information actuelle sur aucune intention de groupes musulmans de porter atteinte à des cibles juives. Cependant, même s’il nie que l’antisémitisme à un impact négatif sur la qualité de vie et sur la sécurité des membres de la communauté juive, il dit encore que bien qu’il n’y ait pas d’attaques antisémites chaque semaine, «à notre grand regret, l’occurrence de telles attaques n’est pas chose rare, et nous ne pouvons pas nous permettre de ne pas être vigilants».

 

http://antisemitism.org.il/article/71247/la-communaut%C3%A9-juive-canadienne-cr%C3%A9e-un-service-de-s%C3%A9curit%C3%A9-pour-contrecarrer-des-menac

Étiquettes : , ,
avril 2, 2012

Sauf retour à la sécurité, un exode massif des Juifs de France est prévisible !

Dans un courrier retrouvé dans les archives personnelles de ma famille, j’extrais cette lettre du général de Gaulle, en date du 19 Octobre 1948,  où le général définit la République restaurée. On y observera que le portrait souhaité pourrait inspirer ceux qui, par vocation ayant appris à ne pas plier, pourraient encore recevoir de « l’homme du 18 Juin, »  une leçon d’indépendance nationale : « ….le redressement de l’Etat, le salut de la monnaie, le retour du pays à l’équilibre et à la sécurité ; bref, la vie même de la France etc… »

 

Nous en sommes là, donc par la faiblesse de l’Etat, dont le renforcement garantirait le redressement, par la crainte et la sécurité par la sanction. Les Juifs de France ne peuvent plus soutenir qu’ils sont en sécurité, tout comme le détenteur d’un uniforme attestant de la puissance publique.

Au-delà de la tuerie de Toulouse, ce qui doit être retenu, c’est que la détérioration sécuritaire n’est pas née en France par génération spontanée. Elle évolue lentement mais sûrement dans la faiblesse confirmée de l’Etat. Seules des sanctions sévères et exemplaires frappant les imaginations, engendreront effroi et stupeur devant la capacité française à réagir.

Car, c’est bien de cela dont il est question. Plus personne ne croit que la France veut ou va réagir. Et c’est précisément là que le stratège de l’Elysée devra frapper. Car, il tombe sous le bon sens, que l’initiative du monstre de Toulouse fait douter les Juifs de France de l’opportunité de rester à leur place. C’était, peut être le but recherché !

« La vie même de la France est inséparable du sentiment de sécurité. ».  Or, des militaires Français, outre les victimes civiles ont été l’objet du massacre. Quand bien même l’assassin, eût été seul dans l’accomplissement de son geste, celui-ci vient à la rescousse d’une telle quantité de données antirépublicaines, antijuives et antisionistes, dont l’Etat n’a pas su prévoir les fatales conséquences,  qu’il est la preuve cinglante que les valeurs de la République ne sont plus respectées parce que la faiblesse de l’Etat a interrompu la respectabilité qui les entourait.

Le Chef de l’Etat sait qu’une autre initiative sanguinaire pourrait sonner le glas de la présence juive. Ce qui serait dramatique pour les Juifs mais tragique pour la France !

 

http://www.arnoldlagemi.com/?p=1983

Étiquettes : , , ,
mars 13, 2012

Vous vivez en Israël : que faire en cas de tirs de roquettes sur votre ville

par Tsahal – Armée de Défense d’Israël
roquette-2

En cas de tirs de roquettes dans votre localité, il est primordial de vous plier aux consignes de sécurité dictées par la défense passive (Commandement du Front intérieur de Tsahal).

1. Comment savoir qu’une roquette a été tirée contre votre ville ?

Dès qu’un missile est détecté par l’armée, vous entendrez une forte sirène montante et descendante ou bien les mots “tzeva adom” (“couleur rouge”) répétés en boucle. Dans les deux cas, le volume de l’alerte est très fort de manière à ce que tous les citoyens l’entendent, y compris dans leur sommeil.

2. Où se réfugier ?

Si votre appartement est équipé d’une pièce adaptée pour ce genre de situation (Heder Mamad), c’est-à-dire blindée, rejoignez la dans le calme et assurez-vous que tous les membres

de votre famille savent eux-aussi comment s’y rendre. Fermez la porte et les fenêtres ainsi que le volet blindé de ces dernières. Asseyez-vous le plus loin possible des fenêtres.

Dans le cas où votre appartement ne comporte pas de pièce blindée, rejoignez l’abris public le plus proche. Si vous êtes dans votre immeuble, dans une cage d’escalier, loin des fenêtres afin d’éviter les éclats de verre. Compte-tenu du peu de temps qui sépare le déclenchement de la sirène de l’explosion de la roquette (15 secondes en moyenne), il est primordial que vous, ainsi que tous les membres de votre famille, sachiez où vous rendre en cas d’alerte avant que celle-ci ne se produise.

Si vous êtes dehors, entrez dans la cage d’escalier de l’immeuble le plus proche, le plus loin possible des fenêtres. Si vous êtes éloigné d’une zone d’habitation, allongez-vous en plaçant votre visage face au sol et vos mains sur la tête.`

Si vous êtes en voiture et que vous ne pouvez pas rejoindre rapidement un abris ou une cage d’escalier, arrêtez-vous sur le côté et restez à l’intérieur de votre véhicule pendant dix minutes.

3. Combien de temps avez-vous pour vous abriter ?

Tout dépend de l’endroit où vous habitez et de la distance qui vous sépare du point de tir de la roquette. Pour en savoir plus reportez-vous à la carte ci-dessous.

Combien de temps pour se mettre à l'abri par ville

Combien de temps pour se mettre à l’abri par ville

4. Est-il permis de filmer l’arrivée de la roquette ou son interception par le système anti-roquettes Dôme de fer ?

Pour votre propre sécurité, il est primordial de ne pas rester sur votre toit ou balcon afin de filmer l’évènement. En ne respectant pas les consignes de sécurité, vous prenez le risque de vous exposer directement au tir d’une roquette ou aux éclats d’obus. Par ailleurs, l’armée israélienne demande au public de ne pas indiquer sur internet le point d’impact exact des roquettes.

5. Quand pouvez-vous quitter les abris ?

Il est très important de rester aux abris dix minutes après le début de la sirène et de ne pas en sortir auparavant, même si vous pensez avoir entendu l’explosion d’une roquette, signifiant que le danger est déjà passé. En effet, il est fréquent que les tirs soient groupés et que plusieurs roquettes explosent à quelques secondes ou minutes d’intervalle.

En sortant des abris moins de dix minutes après le début de l’alerte, vous prenez le risque d’être blessé par une roquette dont l’arrivée n’a pas été annoncée.

Notez également que le système anti-roquettes Dôme de fer n’est pas performant de manière systématique. C’est pourquoi, il est primordial de toujours vous abriter même si Tsahal tente de neutraliser le missile avant qu’il ne s’abatte sur le territoire israélien.

http://blogtsahal.wordpress.com/2012/03/13/vous-vivez-en-israel-que-faire-en-cas-de-tirs-de-roquettes-sur-votre-ville/

Récit de notre Chabbath avec photos, sous les roquettes !

Décidément les fêtes juives inspirent nos voisins du Hamas, le déclenchement de la guerre Plomb Durci avait débuté le chabbath de Hanouka. Suite à la fête de Pourim, c’est un Chabbath bien difficile qui nous attend:

Nous sommes le Vendredi 9 Mars, la table de chabbath est prête, les salades sont posées, les boissons, le kidouch, les deux pains recouverts de la mappa de velours bleue. Tous les enfants sont autour de la table sauf une de mes grandes filles, qui a décidé de passer ce Chabbat chez une amie, non loin de la ville ou nous habitons qui est Netivot.

Pour lire la suite cliquer ci-dessous:

http://alyaexpress-news.com/2012/03/recit-de-notre-chabbath-avec-photos-sous-les-roquettes/


Étiquettes : , , ,