Posts tagged ‘SALAFISTE’

mai 26, 2012

Tunisie : des salafistes terrorisent une ville [+videos]

Un nouveau monde est possible, la révolution est en marche, allahu akbar !  Les fous d’allah ont incendié un commissariat de la ville de Jendouba au nord-ouest du pays:

 

Un hotel de Jendouba a été incendié :

 

_____________

Plusieurs centaines de salafistes ont attaqué samedi des bars et des commerces à Jendouba, dans le nord-ouest de la Tunisie, où des affrontements les ont ensuite opposés aux forces de l’ordre, a-t-on appris auprès des autorités et de témoins.

Ces salafistes, qui prônent une interprétation stricte des préceptes de l’islam, entendaient protester contre l’arrestation de quatre hommes impliqués dans de précédentes attaques contre des débits d’alcool. La police a fait usage de gaz lacrymogènes pour tenter de disperser la foule mais les affrontements se poursuivaient dans la matinée.

« Ce matin, quatre hommes ont été arrêtés pour des attaques contre des débits d’alcool ces derniers jours », a dit à Reuters un responsable du ministère de l’Intérieur, Loutfi al Haydari. « Des centaines de salafistes ont donc attaqué une caserne en jetant des pierres et des cocktails Molotov avant d’être dispersés par des gaz lacrymogènes. Ils ont aussi incendié un commissariat et attaqué trois boutiques en ville (…) ils se trouvent désormais dans le centre de la ville. »

Selon un témoin, qui n’a pas voulu décliner son identité de crainte de représailles salafistes, les manifestants étaient au nombre d’un demi-millier et armés d’engins incendiaires, semant la terreur dans cette localité située vers la frontière algérienne.  « Des salafistes au visage masqué et armés de sabres, de cocktails Molotov et de cailloux ont attaqué des boutiques en ville et détruit les biens qui y étaient stockés. Ils ont ensuite incendié le commissariat de police ». Ce témoin -une femme- a ajouté: « Toute la ville vit dans la crainte et la peur à la suite de ces violences. ».

Réprimés sous Zine ben Ali, les islamistes n’ont pourtant pas joué un rôle moteur dans la révolution de janvier 2011 ayant abouti au renversement de l’ancien régime. Les islamistes modérés d’Ennahda sont sortis vainqueurs en octobre des élections constituantes, premier scrutin libre organisé après la chute de Ben Ali. La place de la religion dans la société est l’un des thèmes les plus âprement discutés dans la Tunisie de l’après-Ben Ali.

Il y a une semaine, des salafistes avaient attaqué des propriétaires de débits d’alcool à Sidi Bouzid, ville du Centre qui est le berceau de la « révolution de jasmin » à l’origine de la chute de Zine ben Ali. Le ministre de la Justice avait réagi en promettant de sanctionner avec sévérité les agresseurs.

Source :  Yahoo News, 26 mai 2012 (signalé par Jj)

Publicités
Étiquettes : , , ,
mai 17, 2012

Tunisie : Ennahdha en tant qu’organisation fasciste, messianique, raciste et terroriste est de la lignée du N.S.D.A.P. nazi

Proposé par : Ben Ammar Salem
Dans l’univers islamiste, la meilleure façon d’enterrer les droits de l’homme et du citoyen considéré comme un sacrilège en terre musulmane-on lui préfère le mot fidèle-est de nommer le génocidaire Omar Bachir ou l’un de ses comparses islamistes tel que l’agent de l’internationale terroriste R.Ghannouchi, Ministre des droits de l’homme et du Citoyen ainsi que celui du respect absolu de la vie humaine.

Faire d’eux un symbole de la répression du l’ex despote c’est faire fi des vraies victimes de la répression policière sous Ben Ali tel que Hamma Hammami ou son épouse Radhia Nasraoui. Ennahdha dont le nom est synonyme en Tunisie de la terreur islamiste n’a jamais fait mystère de ses desseins bellicistes prônant la violence comme seul mode d’action politique pour instaurer un Etat théocratique en Tunisie. La doter des vertus pacifistes aujourd’hui pour l’innocenter de ses crimes passés à l’instar de l’ancien repris de justice A. Juppé afin de la rendre fréquentable, c’est comme si l’on faisait des escadrons de la mort au Brésil une figure héroïque de la résistance au temps de la junte militaire ou enjoliver l’histoire criminelle des tontons macoutes haïtiens en leur donnant l’aspect d’un mouvement caritatif.
Il n’y a pas pire crime que de nier la réalité des faits et de tenter d’absoudre les criminels de leurs crimes. La pire hérésie est moins les atteintes au sacré, mais tenter de justifier l’injustifiable ou de chercher à faire croire que la violence terroriste d’Ennahdha était moins de son fait et qu’il y était contrainte et forcée et qu’au fond elle n’y est pour rien dans ses crimes et délits. Tout se passe comme si Ben Ali l’avait instrumentalisée contre sa volonté, ou manipulée à l’insu de son plein gré. Elle se trouve elle-même victime plus que les vraies victimes de ses attentats qui contre toute attente sont responsables de leurs propres morts ou de leurs blessures qu’elles se sont infligées elles-mêmes dont elles portent les stigmates à vie. Perfides, manipulateurs et psychotiques, les islamistes et leurs partisans ont l’art de nier les évidences se posant toujours dans une posture de victimisation. Un piège fatal dans lequel est tombée l’opinion publique tunisienne qui les a réhabilités sans aucune autre forme de procès. Ainsi, elle fait-elle passer les cavaliers noirs de l’Apocalypse pour des victimes du despote déchu, gommant d’un seul trait tous les attentats terroristes commis par Ennahdha. Alors qu’il s’agit d’une imposture, et leurs condamnations étaient juridiquement fondées. Les tunisiens sans le vouloir, ont blanchi Ennhahda et pour se déculpabiliser ont fait d’elle aujourd’hui la figure de proue de leur pays celle qui va les mener tout droit dans les limbes de l’histoire. Les tunisiens en donnant leur absolution à des terroristes ont se sont rendus coupables de crime révisionniste et ont offensé la mémoire de leurs victimes tunisiennes et allemandes, 1986, 1987, 1991 et toutes ces femmes vitriolées dans les rues tunisiennes. C’est aussi occulter l’attentat à la bombe de 1986 en France.
L’organisation mafieuse d’Ennahdha s’est rendue coupable d’au moins une douzaine d’attentats terroristes de 1986 à 1991. Avec un tel palmarès à son actif, elle mérite de figurer sur la liste noire des mouvements terroristes. Comme c’est le cas au Canada. Toute comparaison avec des mouvements patriotiques symboles de lutte contre l’occupation de leurs pays est inopportune, infamante et infondée. En effet, aussi bien cette organisation fasciste se plait à la comparer à l’A.N.C qui est un modèle de lutte contre la barbarie raciale. Ou avec le P.C.F. parti des fusillés et figure de la résistance contre la barbarie nazie comme le tend à le faire le pseudo spécialiste de l’islamisme G. Kepel . Ennahdha est une organisation fasciste et terroriste. Elle n’est ni l’A.N.C., ni le P.C.F., partis de la dignité humaine pour l’un et parti de de la solidarité ouvrière pour l’autre, un héros de la résistance aux aïeux idéologiques des islamistes payant un lourd tribut pour la défense de la mère-patrie. ne se sont jamais rendus coupables de crimes terroristes contre leurs peuples préludes de crimes contre l’humanité. Réhabiliter les islamistes, c’est se faire complice de leurs crimes terroristes en Tunisie comme partout ailleurs dans le monde. Vouloir imposer un système de pensée par la violence meurtrière cela s’appelle du terrorisme. Chercher à le minimiser c’est se faire complice d’actes terroristes. Aussi, toute comparaison avec les mouvements patriotiques quand bien même internationaliste mais pacifique est un crime contre la conscience universelle.
Les islamistes tunisiens doivent être comparés aux nazis adulés par les Frères musulmans égyptiens dans les années 30 et dont l’organisation fasciste tunisienne en est le pur produit. Ennahdha en devenant le fer de lance de la vie politique tunisienne a des fortes chances de voir son nom associé dans l’histoire de la Tunisie aux pogroms et des futures Nuits de Cristal et de Longs Couteaux. Ennahdha n’échappera pas à son destin nazi, les doutes ne sont pas permis au regard de la personnalité mégalomaniaque, psychotique, sulfureuse et criminogène de son Gourou R. Ghanouchi qui se rêve en A. Hitler islamique en miniature (un sous-Calife aux ordres du vrai Calife qatarien).
Belhajiste invétéré, il avait rédigé la plateforme de la terreur islamique qui avait frappé l’Algérie pendant deux décennies : 300 000 morts, des centaines de milliers de blessées, des dizaines de milliers de femmes violées et tuées, le traumatisme de tout un peuple. Outre son coût financier avoisinant les 30 milliards de dollars. La Tunisie doit tirer la leçon de l’amère expérience algérienne. Les islamistes sont des renégats. Sans foi ni loi. Ils sont des charognards, barbares, nécrophages, profanateurs de cimetières , sataniques, cyniques, haineux, fourbes, couards, félons, perfides et cruels. Ils ne reculent devant rien pour satifaire leur soif insatiable de pouvoir. Ils sèment la mort et déterrent les cadavres pour leur infliger une nouvelle mort comme le faisait en son temps un de leurs tristes aïeux le sanguinaire Hajaj Ibn Youssef. Ennahdha à défaut de sonner le grand réveil musulman, qui est un pur fantasme, est en train de faire renaître la bête immonde nazie.
Étiquettes : , ,
mai 13, 2012

Les salafistes déclarent la guerre à l’Allemagne

La déclaration a été postée aujourd’hui sur le canal YouTube de salafimedia. Les images sont tirées des vidéos des récentes manifestations des salafistes en Allemagne. Les salafistes déclarent la guerre à la démocratie pour instaurer la charia, et annoncent des attaques à la voiture piégée. C’est de la sédition ! Ils profèrent également des menaces à l’endroit des membres du mouvement Pro NRW, qui revendique le droit de critiquer l’islam au même titre que les autres religions.

Au début mai, des salafistes brandissant des bannières d’Al-Qaïda ont attaqué la police à Solingen et Bonn pour protester contre les membres Pro NRW qui avaient exhibé des caricatures de Mahomet lors de leurs manifestations pacifiques légalement autorisées. À Bonn, les salafistes ont blessé 29 policiers, dont deux grièvement, et ils ont tiré à balles réelles sur la police (un acte de guerre civile). La police a arrêté une centaine d’entre eux. Suite à ces manifestations violentes, le ministre de l’Intérieur a indiqué que le gouvernement envisage d’interdire le salafisme, une idéologie politique dont l’objectif est le remplacement de la démocratie par la charia.

Labbayk ! signifie  « A ton service ! » (en parlant d’allah)

____________________

Traduction

[…] A ton service ! Allahu Akbar ! La mort en martyr ou la victoire ! A ton service !

Pour notre oumma nous sommes toujours prêts, nous sommes toujours prêts ! Nous défendrons l’honneur de mahomet jusqu’à la mort ! L’honneur de mahomet ! Nous attaquons le front sans crainte des koufars ! La vie n’a aucune valeur pour nous quand le prophète est tourné en dérision. A ton service !

Réveille-toi serviteur d’allah, et emprunte la noble voie du compagnon. Nous ne nous apaiserons jamais et nous vengerons mahomet. Il n’y a aucun doute que l’islam dominera et que la victoire est très proche. Nous ne sommes pas leurrés par le monde matériel et nous remplissons notre obligation. A ton service ! La jeunesse retourne à l’islam, et ne cherche plus son honneur ailleurs que dans l’islam. Elle attaque les tyrans de satan et les combat. L’Allemagne a été prévenue mais elle n’en a pas tenu compte. Maintenant, récoltez ce que vous avez semé, et observez comment la situation s’intensifie. Soyez prévenus, Pro NRW (le parti nazi allemand) ! Soyez prudents quand vous allez au lit le soir.

Lire la suite « Les salafistes déclarent la guerre à l’Allemagne » »

Étiquettes : , ,
mai 12, 2012

Tunisie : un parti salafiste prônant la charia est autorisé

Un nouveau monde est possible…

Tunisie-chariaLire aussi :

Tunisie : « La Charia est au droit ce que la barbarie est à la civilisation »

Tunisie : plainte devant la CPI contre le gouvernement Ennahda et les salafistes

____________________

Les autorités tunisiennes ont donné leur aval pour la légalisation d’un nouveau parti, le « Front de la réforme », qui prône la charia, la législation islamique, a-t-on appris vendredi auprès de son fondateur, Mohamed Khouja.

L’autorisation a été accordée par le gouvernement dirigé par Hamadi Jebali, numéro 2 du mouvement islamiste modéré « Ennahdha », au pouvoir, et publiée fin mars au journal officiel de la République tunisienne (JORT), a-t-il précisé. C’est le deuxième parti islamiste, après Ennahdha, à entrer sur la scène politique tunisienne qui compte quelque 120 formations, la quasi-totalité reconnues après la chute du régime de l’ancien président Ben Ali en janvier 2011. Un autre parti, « Hizb Ettahrir », très actif, attend sa légalisation qui lui a été refusée par le gouvernement transitoire précédent.

« Notre stratégie vise à instaurer un Etat civil islamique basé sur la charia qui respecte les convictions religieuses des minorités, et qui soit l’émanation d’une demande de la société et non pas imposé », a expliqué M. Khouja, un médecin de 62 ans, dans un entretien téléphonique à l’Associated Press. Selon lui, « il n’y a pas d’Etat religieux en islam, mais plutôt un Etat civil ». Il a admis l’orientation salafiste « positive et pacifique » de sa formation, en se démarquant de « l’acception colportée par les médias qui assimilent le salafisme à la violence et au radicalisme pour faire peur aux gens ».

Il a attribué les actes violents attribués à des « salafistes » à « des comportements individuels ». Dans son programme, ce parti entend oeuvrer à asseoir un Etat qui applique la charia islamique dans tous les domaines de la vie politique, social et économique. Le Front de la réforme se dit favorable à « l’alternance au pouvoir en recourant aux urnes ».

Il vise à « l’établissement d’une société où prévaut l’entraide, l’équité et la paix sociale, et à la prémunir contre toutes les formes de dérives intellectuelles et morales » en luttant contre la corruption et le despotisme. S’agissant de la femme, il se propose de renforcer sa place et son rôle dans l’éducation des jeunes générations et au foyer, ainsi que ses droits dans les domaines politique et économique « conformément aux recommandations de la charia« .

Source : Romandie, (signalé par Jj)

 

Étiquettes : ,
avril 12, 2012

Prêche antisémite et misogyne dans une mosquée de Bruxelles

LES  ISLAMOFASCISTES SONT A L’AGONIE, LE JUIF LES ETOUFFE….LE JUIF EST AU FOND DE LEUR GORGE !!!!

« Écoute, femme musulmane, en célébrant cette fête, tu imites la femme juive dans un comportement qui est loin d’être divin. »

Encore un grand savant musulman…

Source: La Capitale (L’Iman dérape à « Questions à la Une »: « Seuls les ignares respectent la fête de la femme »)

Prêche par un imam (enregistré grâce à une caméra cachée) dans la mosquée Al Amal, à Anderlecht, Bruxelles, qui occupe un bel immeuble – il ne s’agit donc pas de l’islam pratiqué des caves, sur les origines juives de la Journée de la Femme:

« Ce qu’ils appellent la fête de la femme, […] c’est la fête Pourim dont l’origine est juive et qui date de 480 AJC. C’est encore une juive, Clara Zetkin, qui a relancé cette fête au 20e siècle. Écoute, femme musulmane, en célébrant cette fête, tu imites la femme juive dans un comportement qui est loin d’être divin. »

Sur les personnes qui participent à la Journée de la Femme:

« Il ne faut pas suivre ce que ces ingrats, ces vulgaires, ont créé comme fête qui n’appartient pas à la culture musulmane. On ne trouve que des ignares pour respecter cette fête, ou bien des hommes politiques partisans qui veulent désorienter les gens de la voie divine. Craignez Dieu Il faut suivre la Sunnah (NDLR: la doctrine orale dans l’Islam). Il faut fuir les cultures innovatrices, qui ne font pas partie de l’Islam. »

Signalé par R.R.

Étiquettes : , , , ,
mars 22, 2012

Richard Prasquier interrompu par Claire Chazal au journal de 20h

Quand Richard Prasquier, visiblement très ému, a essayé d’aborder la responsabilité des médias et parler de l’affaire Al-Dura, Claire Chazal ne l’a pas laissé parler, voir ci-dessous.

 


Mohammed Moussaoui, président du Conseil français du culte musulman (CFCM), a affirmé que les musulmans de France étaient « offensés » que l’auteur présumé des meurtres de Montauban et Toulouse se revendique de l’islam. « Ces actes sont en contradiction totale avec les fondements de cette religion », « l’Islam c’est l’amour », a-t-il dit…


L’hypocrisie la plus totale règne puisque l’UOIF a également émis une condamnation ainsi que l’Autorité palestinienne !

L’UOIF tient à réaffirmer sa douleur et sa ferme condamnation des tueries sauvages de Toulouse et Montauban qui ont endeuillé le pays. L’UOIF présente à nouveau ses condoléances aux familles des victimes et exprime une nouvelle fois sa consternation devant ces actes odieux.
Cette affliction est d’autant plus forte et amère que l’auteur présumé, par ses revendications, prend en otage la religion musulmane et tous ses fidèles. Rappelons que le terrorisme et la folie meurtrière n’ont pas de religion. L’UOIF tient à rappeler la totale adhésion des musulmans de France aux valeurs qui fondent la République.
Les musulmans de France prouvent, au quotidien, leur engagement pour une citoyenneté apaisée. L’UOIF appelle tous nos concitoyens à ne pas succomber au sentiment de panique et à la stigmatisation des musulmans, amalgame qui nourrirait l’islamophobie.
Ces évènements isolés, aussi dramatiques soient-ils, ne doivent pas mettre en péril le profond travail engagé pour améliorer le vivre ensemble et la paix dans notre pays.
L’UOIF appelle les pouvoirs publics à diffuser un discours de paix et de cohésion et espère que tous les moyens seront déployés pour sauvegarder tous les lieux de cultes et de regroupement confessionnel.
Paris, le 21 Mars 2012Union des Organisations Islamiques de France – UOIF


Frères Musulmans :

Nous ne pouvons qu’être profondément attristés et écoeurés par le meurtre de trois enfants et d’un enseignant adulte devant le Collège et Lycée juif Ozar Hatorah, de Toulouse. Il s’agit purement et simplement d’un acte ignoble.

Quels que soient les résultats de l’enquête en cours, la communauté juive de France et d’ailleurs doit savoir que lorsque, par la violence, on s’en prend à un juif uniquement parce qu’il est juif, c’est ainsi l’ensemble des musulmans que l’on agresse.

Paix aux enfants du Collège et Lycée Ozar Hatorah, et paix aux enfants du monde.

Hani Ramadan, Directeur du Centre Islamique de Genève

Parmi les invités du rassemblement annuel de l’UOIF du 6 au 9 avril prochain se trouve le très modéré Cheikh Yussuf Al-Qaradawi, link, président du Conseil européen de la fatwa et de la recherche et le non moins modéré prédicateur égyptien salafiste Mahmoud al-Masri qui ont tous les deux obtenu le plus légalement possible des visas de séjour par le Ministère de l’intérieur lire l’article
Youssouf al-Qaradawi, ici dans un discours sous-titré en anglais, il souhaite aller tuer des Juifs
arial, helvetica, sans-serif; font-size: 12pt; »><span style= »font-family: arial, helvetica, sans-serif; font-size: 12pt; » _mce_style= »font-family: arial, helvetica, sans-serif; font-size: 12pt; »>&amp;nbsp;</span>
Mahmoud Al-Masri
mars 22, 2012

La mosquée salafiste de Nogent-le-Rotrou enseigne le martyre au combat

ng.jpg

(cliquer sur l’article pour agrandir)

Echo Républicain n°21.067 - mercredi 5 octobre 2011.JPG

Mourir au combat pour faire triompher la parole d’Allah (et pas seulement pour se défendre) est enseigné sur le site Internet de la prochaine très grande mosquée de cette ville du Perche. La ville met à disposition un terrain municipal de 1274m2 pour un loyer annuel de 900 euros. Sur 784m2 de surface au sol, cette mosquée avec minaret -une première dans le Perche- qui comportera deux salles de classe pour l’enseignement de l’arabe et de la Sharia sera opérationelle fin 2012 selon le président de l’Association culturelle, sportive et sociale des musulmans de Nogent-le-Rotrou.

On peut voir l’avancement des travaux ici.

800px-Nogent-le-Rotrou_-_City_center_seen_from_Château_Saint-Jean.JPG

Cette petite ville (photo) de 11 000 habitants, dans la tranquille campagne du Perche où nombre de parisiens ont leur maison de campagne aux alentours se passerait bien d’une telle publicité.

Les musulmans annoncent clairement leur couleur salafiste sur leur site internet. Des textes édités en Arabie Séoudite, d’auteurs bien connus des islamologues sont intégralement scannés à la disposition des fidèles. Parmi les deux livres présentés, le grand classique La Citadelle du Musulman de Ibn Wahf al-Qathaani, édité par le ministère des Affaires Islamiques du royaume d’Arabie Séoudite, et présenté par des étudiants de l’Université Islamique de Médine, soit l’institution la plus extrémiste de l’islamisme.

A la page 18, une définition du Martyr [Shahîd] est conforme à l’islam traditionnel, voici la copie d’écran:

martyr.jpg

Les musulmans, pour tromper les occidentaux, affirment souvent que le djihad est seulement défensif. Ce passage, en affirmant que la défense de l’islam n’est pas la seule raison de son déclenchement car il faut avant tout que la « parole d’Allah soit la plus haute » ( que les autres religions) illustre bien le projet suprémaciste de l’islamisme.

Page 72 on lit également un passage aux accents offensifs:

attaque.jpg

L’autre ouvrage mis en ligne est un grand classique de la charia sunnite, Le Jardin des vertueux de An Nawawî, dont de nombreux passages appellent à attaquer physiquement les non musulmans. Un chapître entier s’intitule « Le mérite de la guerre sainte », une guerre offensive (page 337 et suivantes):

3- Aisha (RA) a rapporté ce Hadith : « Plus d’exil après la libération de ma Mecque ; mais il n’y a plus dorénavant qu’une sortie pour la guerre sainte ou pour toute autre bonne intention. Quand on vous appelle au combat, répondez-y. » (Hadith authentique)

Page 36, un hadith atteste que le combat ne doit cesser que lorsque les « infidèles » reconnaissent Mohammad comme un messager :

« le Messager de Dieu appela ‘Alji Ibn Abi Tâleb (RA) et lui donna la bannière en lui disant : « Marche sans te retourner jusqu’à ce que Dieu te donne la victoire » ‘Ali se mit en marche puis s’arrêta un moment sans se retourner et cria : « O Messager de Dieu ! A propos de quoi dois-je combattre ces gens ? » Il dit : « Combats-les jusqu’à ce qu’ils attestent qu’il n’y a de dieu que Dieu et que Mohammad est le Messager de Dieu. (Rapporté par Moslim)

Page 39 sur la guerre contre les idôlatres :

« 109. Anas (RA) a dit : « Mon oncle Anas Ibn Annadr s’absenta de la bataille de Badr. Il dit : « O Messager de Dieu ! Je mesuis absenté de ta première bataille contre les idolâtres. Si Dieu me permet de participer à la guerre contre les idolâtres, Dieu verra (ou fera voir) certainement ce que je ferai ».

Page 43 : « 117. Abou Dharr Joundab Ibn Joumâda (RA) a dit : “J’ai dit : « O Messager de Dieu ! Quelle est la meilleure action ? » Il dit :« La foi en Dieu et le combat pour sa cause ».

Page 57, est évoquée la doctrine classique de la conversion, la soumission ou la mort :

Ali (RA) dit : « Dois-je les combattre jusqu’à ce qu’ils embrassent l’Islam ? » Il [Mohammad] dit : « Mets-toi en marche posément jusqu’à ce que tu arrives à leur terre et invite-les à l’Islam. Informe-les des devoirs qu’ils auront vis-à-vis de Dieu exalté à la suite de leur conversion.

Page 58 : 177. D’après Zeyd Ibn Khaled Al Jouhanni (RA), le Messager de Dieu a dit : « Celui qui équipe un combattant au service de Dieu, a le même salaire (auprès de Dieu) que lui et celui qui remplace dans le bien un combattant dans sa famille a le même salaire que lui ». (Unanimement reconnu authentique)  »

Page 49: « 390. Selon Ibn ‘Omar (das), le Messager de Dieu a dit: «J’ai reçu l’ordre de combattre les gens jusqu’à ce qu’ils attestent qu’il n’y a de dieu que Dieu et que Mohammad est le Messager de Dieu, puis qu’ils fassent correctement la prière et qu’ils donnent l’aumône légale. S’ils ont fait tout cela, ils ont assuré contre moi leur sang et leurs biens sauf ce que l’Islam permet d’en prélever légalement». (Unanimement reconnu authentique)

Page 343 : 1341. Selon Abou Hourayra (das), le Messager de Dieu a dit: «Celui qui meurt sans avoir jamais combattu (au servicede Dieu) ni eu le désir de le faire, meurt dans l’une des catégories des hypocrites». (Unanimement reconnu authentique). Messager de Dieu dit: «Celui qui combat pour que la parole de Dieu soit la plus haute, c’est ce combat qui est au service de Dieu». (Unanimement reconnu authentique)

1345. Selon Abou Oumàma (das), quelqu’un dit: «O Messager de Dieu! Donne-moi l’autorisation de parcourir le monde». Le Prophète lui dit: «Le parcours du monde pour ma communauté est dans le combat au service de Dieu puissant et glorifié». (Rapporté par Abou Dawùd)

1349. Selon Anas (das), le Prophète a dit: «Combattez les idolâtres avec vos biens, vos vies et vos langues». (Rapporté par Abou Dawùd)

1352. Selon Abou Hourayra, (das), selon Jàber (das), le Prophète a dit: «La guerre c’est l’art de tromper l’ennemi».(Unanimement reconnu authentique)

Sur l’extermination des Juifs :

1820. Selon Abou Hourayra (DAS), le Messager de Dieu a dit: L’heure ne se lèvera pas avant que les Musulmans ne combattent les Juifs, au point que le Juif se cachera derrière les rochers et les arbres. Les rochers et les arbres diront alors: «O Musulman! Voici derrière moi un Juif, viens le tuer», sauf un arbre épineux de Jérusalem nommé «gharqad». C’est eneffet un arbre appartenant aux Juifs».

Qu’en pense Claude Guéant ?

source http://www.islamisation.fr

mars 22, 2012

Briser les carcans antisémites

 

La doctrine qui a mis en mouvement le monstre sanguinaire de Toulouse et qui peut sembler évidente après le bon en avant des investigations, a toutefois laissé dans le flou une machine de formatage des cerveaux bien huilée, grippée par des spéculations variées qui l’ont fait cahoter en tous sens, tel un moteur dont la commande du changement de vitesses se serait désolidarisée du système, le conducteur ayant hésité trop longtemps avant de choisir la bonne. Voici près de 32 ans, un attentat semblable avait profondément choqué la France, et un vif débat public s’en était suivi. Là aussi, un motocycliste avait été pris pour un ressortissant d’une certaine tendance, avant qu’un mois plus tard, une première véritable piste n’indiquât la direction du Liban. C’était à la rue Copernic. Mais avant que les effets de cette brève incertitude, avec ce qu’elle a révélé des méthodes d’échafaudages de contextes, ne retombent dans l’oubli, nous verrons comment un mal qui passe pour sain en temps « normal » a dévoilé ses rouage

Sur Israël 7, à un moment où toute interprétation des motifs du massacre restait plausible, Shraga a relevé une déclaration très symptomatique d’un mal spirituel qui touche la pensée et la civilisation occidentale depuis plusieurs décennies, et qui ne semble pas devoir guérir. Il ne s’agit pas ici de critiquer ni de juger la personne qui a fait part d’une réflexion difficilement rattrapable, surtout s’il parlait en direct sur une radio. Le massacre d’innocents, dont des enfants poursuivis par un suppôt de la mort, produit toujours un effet déconcertant, même si on peut a priori s’y attendre dans un climat hostile et incertain, pour les Juifs, alimenté par un contexte de propagande et d’incitation à la haine attisé par les milieux politiques et médiatiques. La pensée est encore plus déstabilisée et troublée quand l’obédience du boucher est encore inconnue. Des idées extrinsèques s’imposent alors à l’intellect, au détriment de la personnalité. Elles sont préfabriquées et imposées par le conditionnement du cerveau qui échappe un instant à son maître, interdit par le choc des ravages de la haine, toujours présente. Un homme normalement constitué peut donc se trouver comme possédé et se mettre à remuer les lèvres pour débiter des propos qui ne sont pas les siens, sous l’effet de l’annihilation momentanée de son entendement. La bouche articule, mais l’esprit n’y est pas. Prodige malencontreux de l’encrassage progressif et répétitif des cerveaux.

En bref, quand l’avenir ne nous avait pas encore instruits, l’idée symptomatique (et non causale, nous le verrons tout à l’heure) qui peut attaquer jusqu’au système immunitaire moral d’un individu sensé dans un instant de faiblesse, s’énonce à peu près comme suit: Deux pistes sont retenues, celle de l’intégrisme musulman, et celle du nazisme, ou, sous son appellation réactualisée, néonazisme. Si la seconde s’avère réelle, le coupable a aussi tué des soldats français parce qu’ils étaient d’origine arabe ou africaine ; mais s’il faut retenir la piste d’une doctrine qui s’est insinuée dans le paysage français trop récemment pour être appréhendée et analysée par la pensée, l’auteur aura voulu venger les victimes supposées de «Palestine» (sic). Si ces deux pistes sont réalistes et présentent de nombreuses similitudes, quand la vérité ne s’est pas encore faite, la teneur qui leur est arbitrairement imposée est différente sur le plan de la responsabilité et de la culpabilité. Si c’est un nazi, il sera montré du doigt par tous les courants de la société et du pouvoir ; si c’est un islamiste, alors Israël est coupable pour beaucoup de gens au cerveau conditionné.

La culpabilité d’Israël passe malheureusement pour tellement évidente pour la conscience collective que même des Juifs finissent par se laisser prendre. Le martelage des cerveaux est pour beaucoup de gens si intense à la longue que l’abjection la plus monstrueuse changera de couleur en fonction des résultats des investigations. Si c’est un néonazi, les démons du passé se réveillent ; si c’est un « combattant », c’est Israël le démon. C’est tellement fort que même un employeur non-juif qui ne peut être soupçonné d’antisémitisme se demandera pourquoi il faudrait tuer les coiffeurs dans la fameuse question test populaire ; ou encore, lorsqu’un politicien qui n’aura pas forcément été piégé par un lapsus révélateur aura fait état de deux « Français innocents » lors de l’immonde massacre de la rue Copernic. C’est normal! Ça fait deux mille ans qu’on y travaille. Cette idée maladive déteint même sur des Juifs, puisque toute la politique dite des « colombes » en Israël stipule que la haine des pays environnants contra l’Etat juif est imputables aux Juifs, et qu’il suffirait que les Juifs se montrent plus conciliants, ouvert, compréhensifs, pour que leurs ennemis deviennent d’un seul coup des amis. Aujourd’hui encore, certains s’imaginent que des concessions territoriales israéliennes apporteront une paix globale (voir le redéploiement, la paix contre les territoires etc.) comme si la haine contre les Juifs avaient commencé avec la libération de Jérusalem, de Bet-El et de Hébron.

Mais l’incertitude qui a prévalu entre la tuerie et les premières véritables pistes permet à la classe politique en ballotage au futur proche de s’unir et de réagir contre l’antisémitisme. La piste de l’extrême droite étant sérieuse, on peut en espérer l’affaiblissement politique. Il ne faut pas perdre de vue qu’il s’agit d’un moment où on ne sait encore rien, hormis l’information qui veut que le tueur en cavale des soldats français est celui des enfants juifs. Mais on sait aussi qu’aucune mesure d’urgence n’est prise avant la rentrée des classes de ce lundi matin devant l’école juive, malgré un regard haineux qu’un mauvais œil porte sur la planète, et en particulier sur l’Europe. A Copernic aussi, la piste de radicaux européens avait été médiatiquement et politiquement privilégiée, avant que l’axe Olp-Fatah dont la filière remontait au Liban occupé par les terroristes de 75 à 82 ne soit révélé.

Les méthodes des nazis et des fanatiques musulmans se ressemblent à s’y méprendre. Elles affectionnent tout particulièrement de massacrer des victimes désarmées, à l’aube de la vie, jeunes enfants heureux et insouciants. Si les massacreurs ont le temps, et qu’ils ne sont pas dérangés, ils tueront des centaines ou des dizaines d’innocents, selon ce qui leur tombe sous la dent, comme à Oradour ou à Maaloth, ou plus récemment en Norvège. S’ils sont pressés, alors ils massacreront un petit nombre avant de prendre « courageusement » la fuite ou de se faire intercepter, comme à la rue des Rosiers, à l’école Mercaz Harav ou au domicile de la famille Vogel à Itamar.

Mais alors, si les nazis et les islamistes se ressemblent tant, pourquoi est-ce tellement important de connaître la doctrine avec laquelle s’identifie le forcené?

Nous pouvons trouver deux explications, électorale et éthique. La première s’explique du fait que s’il est question d’un militaire français non musulman de préférence, par exemple, ou d’un individu de souche européenne, on pourra tout de suite jeter pêlemêle l’extrême droite politique qui fait des efforts colossaux pour dédiaboliser son image (voir: Sommes-nous les gars de la Marine?) et le forcené dans le même panier, et inverser la tendance des intentions de votes de nombreux électeurs – n’oublions pas que la France est en période électorale – d’une part, et récupérer d’une pierre deux coups les voix des électeurs français musulmans, menacés eux aussi par la tendance représentée par un forcené qui les menace aussi (voir La théorie des ensembles). A contrario, s’il s’agit d’un extrémiste musulman, c’est la droite de la droite qui pourra brandir le fanion du péril islamique et des nombreuses zones de non-droit décrites par des études américaines, qui servent de terreau à une culture totalitaire qui sape les fondements de la liberté durement gagnée au prix de terribles révolutions.

Pourtant, la pierre d’achoppement de cette différence ne se situe pas sur le plan du résultat ou du danger humanitaire que véhiculent le nazi ou l’islamiste, mais de la motivation de base qui prélude à leurs agissements criminels. Il suffit de prendre un peu de recul pour se mettre à l’évidence qu’à l’apogée du nazisme, le Juif n’était pas moins responsable de son malheur et des persécutions somme toute « compréhensibles » qu’il subissait en sa chair qu’il ne l’est aujourd’hui dans les consciences manipulées des persécutions subies par les organisations terroristes arabo-musulmanes. La haine des nazis contre les Juifs avait pour responsables les Juifs. Seulement, aujourd’hui, l’antisémitisme européen ne peut plus tirer profit de cette culpabilité inhérente au Juif qui fait de celui qui l’assassine un justicier ou un désespéré. Certes, la force d’inertie de la conscience collective européenne admettra toujours que l’on persécute les Juifs et non les coiffeurs, ou que le Juif n’est pas un « français innocent », mais le processus qui a fait s’appuyer la haine en Europe tour à tour sur la religion « victime » de déicisme, sur les croisades exterminatrices perpétrées par des « libérateurs », pour aboutir sur sa forme moderne, le nazisme et la collaboration, ne peut plus servir de fond ni de repère à une société responsable et honteuse de son passé obscure et meurtrier.

L’horreur indicible de la haine contre les Juifs a fini par éveiller les consciences. Des projets éducatifs amorcés après la guerre ont fini par porter leurs fruits. Pourtant, l’aboutissement à une situation idéale ne s’est pas réalisé, et une réalité dans laquelle il eût été indécent d’haïr les Juifs, « point final, on ferme le livre », d’une manière absolue, n’a été que relative – il ne faut pas haïr le Juif en l’accusant d’être déicide, d’empoisonner les puits, de répandre la misère, etc. – avant d’être franchement relativisé – mais on peut le haïr pour son sionisme etc. – et pour laquelle on échafaude sans répit un vaste contexte où il redevient permis de le détester « pour la bonne cause », à savoir la pseudo « cause palestinienne ».

Comme nous l’avons vu dans Abrégé de l’historique contemporain de la guerre d’un Gog démagogue, la haine ne se fonde plus sur la tentative de déposséder Israël de son héritage spirituel, quand on lui enjoint d’abandonner son vieux Livre « désuet » et substitué par un autre qui appartient à un nouvel « élu », mais sur la tentative de déposséder Israël de sa Palestine qu’on lui enjoint d’abandonner au profit d’un autre nouvel « élu », fabriqué de toutes pièces pour se substituer à lui. On ne hait plus Israël parce qu’il ne veut pas se déposséder de son Livre, mais parce qu’il refuse de se déposséder de sa terre.

Et ce vaste contexte, on y travaille sans relâche, on l’actualise sans cesse. On « invite » des jeunes « néopalestiniens » à l’Onu, on organise des rencontres « culturelles » au sommet, etc. Ce n’est plus l’Eglise qui prend la place de la Synagogue, mais le « Palestinien » qui prend la place de l’Israélien. Bien sûr, cette méthode et ce travail acharnés présentent des risques. La haine antisémite peut être brusquement révélée, mise à nu, et fâchera jusqu’au ministre Barak contre la déléguée Ashton. Cette haine peut se retrouver brusquement retirée et désolidarisée de son « contexte » trompeur, reconnue pour ce qu’elle est, abjecte, immonde et inhumaine. Elle sera alors débarrassée du papier cadeau qui la masquait, papier cadeau au motif du « pauvre palestinien ». Et les chefs de cette propagande auront l’audace de protester que l’on n’accepte plus leur « contexte », ce contexte, dévoilé, qui ne se réclame plus de la justice contre les crimes rituels chrétiens mais pseudo-palestiniens.

Ce contexte n’est pas seulement entretenu par une certaine représentante de l’UE, mais au quotidien par des médias qui lavent d’une eau empoisonnée les cerveaux de millions de téléspectateurs ou auditeurs, au point que même un Juif stupéfié par l’horreur puisse dans un moment d’absence servir de caisse de résonnance à leur infecte litanie. Insidieusement, inexorablement, le grand public se fait inculquer au plus profond de son intellect la nécessité d’en finir avec les Juifs, sur de nouveaux chefs d’accusation. Les médias y travaillent d’arrachepied. On fait feu de tout bois, on diffuse un faux reportage diffamatoire éveillant la haine contre Israël et les Juifs de la diaspora, et on monte la garde pour intimider l’éventuel homme honnête qui s’inscrira en faux contre leurs méthodes, et tairont soigneusement les deux victoires devant les tribunaux, ne retenant que celle qui prouverait le prétendu bienfondé des allégations médiatiques. Et pendant ce temps, l’autre désinformation diffusera des films avec tous les stéréotypes répréhensibles attribués aux Juifs.

Le pouvoir n’intervient pas, n’oblige pas les méga médias à ne pas diffuser de reportages ou d’émissions instillant un mauvais œil sur Israël et sur les Juifs dans le cœur d’une population alourdie par la réprobation et la haine. Il n’obligera pas non plus ces mêmes méga médias à donner la parole à un autre son de cloche. En revanche, la Quai d’Orsay condamnera la présence juive en Judée, la trouvant aussi inadmissible que la présence juive en Europe pour les anciens motifs. Un esprit critique et analytique respectueux de la position officielle du pouvoir peut se dire logiquement que si la présence juive est inadmissible en Judée, alors que le Juif en est originaire, elle est à plus forte raison inadmissible sur une terre d’exil.

Le malaise s’étend, la tension monte. Le terrain devient instable. Les Juifs sont agressés dans la rue, insultés, pris à partie. Les premiers « volontaires » à se faire justice contre eux proviennent bien sûr d’un public qui s’identifie par ses coutumes et sa religion aux victimes modernes des Juifs. Mais que prétendent hypocritement les propagandistes des grands médias? «Nous faisons notre travail étique d’information de la vérité. Ce que nous disons sur Israël est vrai, et nous ne sommes pas responsables de l’amalgame que certains font entre Israël et les Juifs de France.» Au passage, il leur arrive de ne pas hésiter à faire porter aux Juifs de France la responsabilité de cet « amalgame », par leur prise de position pour Israël. Là encore, l’apostasie qui innocentera le Juif ne doit plus se faire sur la base de son reniement de son Livre mais de sa Terre.

La vérité est qu’il n’y a pas ici d’amalgame. Bien sûr, cette famille soudée qui unit les Juifs de l’étranger et Israël ne doit pas être perçue dans le sens om il faudrait donner raison à des gens qui s’attaquent à des Juifs dans la rue pour se « venger » d’Israël, mais dans le sens où les médias doivent mettre fin à leurs attaques haineuses d’Israël parce que cette propagande va nécessairement faire des Juifs où qu’ils se trouvent les victimes des masses manipulées, soit qu’elles s’attaquent physiquement aux Juifs, soit qu’elles approuvent ces attaques. A titre d’illustration, une vaste propagande antifrançaise mettrait en danger les Français de l’étranger au même niveau que les Français de la France métropolitaine.

Il convient bien sûr de féliciter les autorités françaises pour l’arrestation du forcené, mais le pouvoir central doit encore mettre un terme à la dangereuse propagande des mass-médias, et de s’en servir pour promouvoir la paix et révéler la vérité à commencer par l’affaire du faux reportage de la route de Netzarim. Car toute incitation à la haine contre Israël est directement dirigée contre tous les Juifs, car c’est une seule et même grande famille, comme nous l’avons vu ce matin au Har HaMenouhoth, à Jérusalem. Que ce soit un effet de Sa volonté que le peuple d’Israël se réunisse dans la joie de la rédemption, et de l’avènement du Bet HaMikdash. Que l’âme des victimes reposent dans l’enceinte des Justes.

 

Étiquettes : , , , ,
mars 21, 2012

INTERVENTION DU RAID A TOULOUSE

Par Bivouac-ID le 21 mars 2012

DERNIERS DÉVELOPPEMENTS

15 COUPS DE FEU ENTENDUS A 5H35

Le suspect de Toulouse serait un franco-algérien de 24 ans, membre d’Al-Qaïda

TOULOUSE – Une intervention est en cours depuis environ trois heures du matin dans une maison située au nord de Toulouse à trois kilomètres de l’école juive où s’est déroulée la tuerie de lundi matin.

Le RAID serait entrain d’intervenir, des coups de feu d’armes de guerre ont été entendus. Il y aurait actuellement deux légers blessés parmi les hommes du RAID. Le Samu et des pompiers sont également sur place. Les djihadistes seraient retranchés à l’intérieur et se défendraient. Quand au suspect il s’agirait d’un homme de 24 ans qui aurait participé à des camps au Pakistan et qui serait lié à un groupe connu des services de la police anti-terroriste du nom de Forsane Allizza (Les Cavaliers de la fierté). Ce groupe aurait été dissous en février par Claude Guéant.

L’homme recherché, éventuellement en compagnie de son frère, était dans le collimateur de la DCRI depuis les 2 fusillades de militaire. Les forces de l’ordre l’avaient localisé depuis plusieurs heures. Le RAID serait actuellement en négociation avec cet individu pour ne pas l’abattre et l’interpeller. Le RAID serait à ce propos allé chercher sa mère afin de le raisonner.

Selon un témoin habitant dans l’immeuble, une quinzaine de coups de feu aurait été entendu à 5h35. A priori les négociations auraient échoué malgré la présence de la mère du suspect. Cette dernière a été amenée sur place pour qu’elle raisonne son fils mais elle a refusé, indiquant n’avoir aucune emprise sur lui. C’est notamment via l’adresse IP de son frère – qui a aussi été arrêté – que l’on a pu remonter jusqu’au suspect. C’est également son frère qui se serait renseigné chez un concessionnaire Yamaha pour savoir comment customiser un scooter et retirer le système traqueur qui aurait permis de pister le véhicule.

Une 2ème phase d’assault aurait été enclenchée par le RAID.

Claude Guéant tiendra prochainement un point presse.

Plusieurs autres opérations seraient en cours actuellement en France.

Source: RomandieNews

6h 10 LE MEURTRIER AURAIT ETE BLESSE OU ABATTU

L’homme retranché aurait été abattu ou serait blessé, il était lié à Al-Qaida. Il s’est déjà rendu plusieurs fois en Afghanistan et se dit salafiste. Il souhaitait se venger pour les enfants palestiniens et de la présence militaire française à l’étranger. Des ambulances l’ont emporté, le RAID a confirmé que l’opération est terminée.

Différentes informations contradictoires circulent. Selon d’autres sources les négociations seraient encore en cours et le suspect ne souhaiterait pas discuter avec sa mère.

7 h14 – ce matin des échanges verbaux très forts entre le RAID et le coupable présumé étaient entendus par le voisinage direct.

7 h15NOUVEL ASSAUT DU RAID ACTUELLEMENT EN COURS

7 h20 -La police a mis en place un scan infrarouge devant la maison du suspect, pour le localiser dans le bâtiment à travers les murs.

7 h50 -Dans une interview à la radio publique israélienne, le vice-ministre israélien des affaires étrangères, Danny Ayalon, s’est félicité de l’action rapide de la police française dans l’enquête sur la tuerie de Toulouse. “Je me félicite de l’action rapide des autorités françaises et j’ai remercié M. Alain Juppé”, a déclaré M. Ayalon, qui a accueilli à l’aéroport de Tel-Aviv le chef de la diplomatie française venu participer aux funérailles des quatre victimes juives de la fusillade lundi à Toulouse. “J’ai aussi demandé à M. Juppé de transmettre au président Sarkozy mes remerciements pour la minute de silence observée dans tous les établissements scolaires français à la mémoire des victimes”, a-t-il ajouté.

8 h00 – Le suspect, un Toulousain, a grandi dans une cité locale. Petit délinquant, il serait bien connu de la police locale. Il s’est ensuite converti au salafisme et s’est rendu dans la zone afghano-pakistanaise. Là, il aurait été arrêté par la police à Kandahar et c’est ainsi que les services français l’ont repéré. Le jeune homme aurait effectué deux séjours dans cette région. Les forces de l’ordre l’avaient localisé depuis 23 heures hier soir et il serait actuellement réfugié au rez de chaussé de l’immeuble.

8 h41 PARISLe recteur de la mosquée de Paris, Dalil Boubakeur, l’une des principales autorités musulmanes de France, a mis en garde mercredi contre tout amalgame entre l’islam et les attaques de Toulouse, pour lesquelles un homme se réclamant du jihadisme est suspecté. Interrogé sur la chaîne de télévision I-Télé, il a estimé qu’il ne faut pas d’amalgame entre la religion musulmane à 99,9% pacifique, citoyenne, responsable, non violente et tout à fait intégrée dans notre pays et puis ces minimes petites franges de gens décidés à faire un mal atroce. Nous ferons tout pour éviter que (des) interprétations tendancieuses et dérapages, des amalgames comme on dit, ne salissent en rien notre composante communautaire musulmane de France qui a montré à plus d’une reprise sa fidélité à nos institutions, à sa citoyenneté, à la paix, à la tolérance, a dit le recteur de la mosquée de Paris.

Il a précisé que les représentants des principales religions de France, devaient être reçus en début de matinée par le président Nicolas Sarkozy. Ils avaient déjà été reçus par le chef de l’Etat mardi.


8 h45Deux frères du suspect auraient été arrêtés

9 h 05 – Une évacuation des voisins serait actuellement envisagée mais pas effective car trop risquée. Le suspect aurait déclaré ne pas vouloir se rendre et des discussions seraient actuellement toujours en cours selon une voisine habitant dans le même immeuble. L’objectif du RAID serait de le capturer vivant afin qu’il puisse être jugé. Une forte explosion aurait été entendue à 9 h 05

9 h 10 Selon le ministre de l’Intérieur, le suspect a dit qu’il se rendrait dans l’après-midi. Claude Guéant ajoute que l’homme s’est débarrassé d’une arme, un colt 45, par la fenêtre. Mais «il en a d’autres», précise le ministre, dont une mitraillette et plusieurs armes de poing. Claude Guéant explique que le suspect a été identifié lundi après-midi, après le drame de l’école de Toulouse. Après que «quelques éléments matériels supplémentaires ont été rassemblés», la décision d’intervenir a été prise hier après-midi, confirmée vers minuit et exécutée à 3h10, détaille le ministre de l’Intérieur.

Développements suivront

toulouse

toulouse

toto toto

 

 

 

mars 20, 2012

Ils veulent tuer les Juifs: le ministère de l’Intérieur leur accorde des visas pour le Rassemblement de l’UOIF du 6 avril 2012

La lâcheté du ministère de l’Intérieur laisse s’installer les conditions idéologiques pour de nouvelles tueries de Juifs en France.

Présentation des conférenciers étrangers en tête d’affiche du Rassemblement annuel de l’UOIF, fédération musulmane proche des Frères Musulmans contrôlant les grandes mosquées de Bordeaux, Mulhouse, Lille, Nantes, Woippy, Poitiers, Nice… parmi plus de 400 lieux de prières.

 

– Cheikh Yussuf Al-Qaradawi est le président du Conseil européen de la fatwa et de la recherche (CEFR structure juridique mère de l’UOIF). Ce cheikh, sûrement le plus influent du monde sunnite (son émission du jeudi sur Al-Jazeera rencontre une audience inégalée dans le monde musulman) est un extrémiste notoire. « Si l’islam mondial avait un chef, ce serait lui » écrivit Xavier Ternisien (responsable des questions islamiques à la rédaction du journal Le Monde) en août 2004 dans un article du Monde. Il préside aussi l’Union Mondiale des Savants Musulmans, qui regroupe les plus grands juristes sunnites. Il fut celui qui dirigea les prières du vendredi place Tahrir au Caire en février 2010 après le départ de Moubarak devant des dizaines de milliers de fidèles.

Dans son ouvrage « Le licite et l’illicite » (éditions al-Qalam,2001) il recommande l’extermination physique des homosexuels (page 175), la possibilité de frapper les femmes (page 207). Sur Qatar TV, le 25 février 2006, cet ami du Hamas déclara que « les opérations martyres sont autorisées » , « même s’il se trouve des civils parmi les victimes » précisa-t-il lors d’une session du Conseil européen de la Fatwa et de la recherche, réunie à Stockholm en juillet 2003. Pour ce qui est des occidentales violées, il tient à préciser leur part de responsabilité : les femmes violées « provocatrices parce que non habillées décemment devraient être punies […] pour qu’elle soit affranchie de la culpabilité, une femme violée doit avoir montré la bonne conduite. » Quant aux victimes du tsunami asiatique, punition divine, elles méritaient leur sort en raison des « actes d’abominations »pratiqués dans les zones touristiques, comme les boites de nuits et les plages où les femmes sont logiquement peu vêtues. Comme si ce n’était pas suffisant, le vieux cheik dans un média égyptien précisa sa pensée envers ceux qui abjurent l’islam : « le châtiment administré au murtadd (apostat) (…) est la mort » (Al-Ahram Al-Arabi (Egypte), le 3 juillet 2004. Traduction : MEMRI.)

Concernant l’antisémitisime et Hitler, voici ce qu’a affirmé Qaradawi le 28 janvier 2009 sur AlJazeera TV:

« Tout au long de l’histoire, Allah a imposé aux [Juifs] des personnes qui les puniraient de leur corruption. Le dernier châtiment a été administré par Hitler. Avec tout ce qu’il leur a fait – et bien qu’ils [les Juifs] aient exagéré les faits -, il a réussi à les remettre à leur place. C’était un châtiment divin. Si Allah veut, la prochaine fois, ce sera par la main des musulmans. (…) Pour conclure mon discours, je voudrais dire que la seule chose que j’espère est qu’à l’approche de la fin de mes jours, Allah me donne l’occasion d’aller sur la terre du djihad et de la résistance, même sur une chaise roulante. Je tirerai sur les ennemis d’Allah, les Juifs, et ils me lanceront une bombe dessus et ainsi, je finirai ma vie en martyr. Loué soi Allah, Roi de l’univers. Que la miséricorde et les bénédictions d’Allah soient sur vous. »

Autre conférencier (parmi tant d’autres psychopathes invités), le prédicateur égyptien salafiste Mahmoud al-Masri :

 

Ci-dessous des extraits d´une émission religieuse animée par le prédicateur égyptien Mahmoud Al-Masri, diffusée sur la chaîne salafiste Al-Nas le 20 septembre 2010 :

Mahmoud Al-Masri : « Comme le dit le dicton : « L´ami de mon ami est mon ami et l´ennemi de mon ami est mon ennemi. » Notre mère Aïcha était la personne que le pro phète Mahomet aimait le plus. Comment pourrais-je haïr une personne aimée par le Prophète ? Comment pourrais-je détester ma mère bien-aimée, mère des Croyants ? Quelqu´un sur cette Terre peut-il haïr sa mère et la maudire ? Même si vous ne croyez pas à l´islam, vous devriez au moins avoir des valeurs morales.[…]

Ces chiites sont les créatures les plus infidèles qu´Allah ait créées. Je ne veux pas user d´un langage abusif, mais ces gens maudissent les Compagnons du Prophète jour et nuit.[…]

Prions pour qu´Allah libère notre nation de ces nains d´apostats, qui n´ont rien de mieux à faire que de maudire les Compagnons et les épouses du Prophète, ainsi que le Prophète lui-même.

[…]Allah, envoie au chiites des tremblements de terre destructeurs et des volcans en feu ! Allah, lâche les chiites contre les juifs et les juifs contre les chiites !  »

 

Le 10 août 2009, Mahmoud Al-Masri a raconté une histoire d’un cynisme inoui sur Al-Nas TV

 » Je voudrais vous raconter une histoire très agréable. Il était une fois un musulman qui vivait à côté d’un Juif. Le musulman a eut une pensée bienveillante à l’égard du Juif- si petite soit-elle – et il voulait trouver un moyen de le faire convertir à l’islam. Alors il alla vers lui et demanda: « Ne ressentez-vous pas une attirance pour l’islam? Pourquoi ne pas vous devenez un musulman » Le Juif dit:« La seule chose qui m’empêche de devenir musulman, c’est que j’aime boire de l’alcool. Je serais devenu un musulman il ya les âges, mais la seule chose qui m’empêche, c’est que je suis un alcoolique ».

 »

Le musulman a conçu un plan, il lui a dit:  » Deviens un musulman, et continue à boire. » Le Juif dit « Très bien » et proclama : »je proclame qu’il n’y a pas d’autre dieu qu’Allah, et Muhammad est le Messager d’Allah  » le musulman lui dit:«. Maintenant que tu es devenu un musulman, si tu bois de l’alcool, nous allons t’infliger la punition pour bu d’alcool, et si tu renonces à l’islam, nous te tuerons. « Donc l’homme est resté musulman et n’a jamais bu de nouveau. Cela a été une technique sympathique imaginée par ce bon musulman. »

Lors d’une autre émission pour enfant de la même chaîne, le 21 juillet 2007, le conférencier invité par l’UOIF a donné ses conseils aux petits enfants. Il leur a expliqué qu’il est permis de mentir dans trois cas : à sa femme, aux Juifs, et pour se faire réconcilier deux musulmans…

Vous avez lu quelques échantillons du niveau mental de ces fous d’Allah étrangers, annuellement invités en France, notoirement connus par le renseignement français…mais qui par lâcheté politique, entrent chez nous comme dans un moulin. Que personne ne vienne s’étonner que des soldats de l’islam mettent en musique ce qu’ils entendent et lisent en toute quiétude dans une France sans frontières.

Joachim Véliocas-Observatoire de l’islamisation- 19 mars 2011

Dernier ouvrage paru: Ces maires qui courtisent l’islamisme (éditions Tatamis, 2010)

 

Un apologiste de l’extermination des Juifs au Parc-expo de Mulhouse…avec l’UMP [rediff]

Article du 30.06.2010 rediffusé suite à la prévisible tuerie de Toulouse.

 

En haut Safwate Hijazi, invité vedette de l’UOIF samedi à Mulhouse. Ci-dessus, celle qui est membre de la commission des finances et rapporteur spécial du Plan de relance…par les mosquées subventionnées ?

Au ministère de l’Intérieur on était pourtant au courant de la liste des invités de ce samedi 26 juin. A chaque congrès de l’UOIF, national ou dans ses déclinaisons régionales comme à Mulhouse samedi dernier, des visas sont gracieusement octroyés à des proches du Hamas. L’année dernière j’avais, avec d’autres spécialistes de l’islamisme, alerté sur la présence du koweitien Tareq Al-Suwaidan ayant appelé tranquillement à conquérir Rome (ainsi que l’a prophétisé Mahomet selon la tradition islamique officielle) lors des Rencontres musulmanes du Bourget d’avril 2009. Cela n’a servit à rien, car les services d’Eric Besson et de Brice Hortefeux ont encore octroyé un visa à celui qui dirige la branche koweitienne des Frères musulmans pour les rencontres du printemps 2010, ayant attiré plus de 100 000 musulmans venant de toute la France.

Cette fois-ci, c’est encore une grosse pointure de l’islam radical qui était l’invité vedette des premières Rencontres des musulmans de l’est, organisées par l’Association des musulmans de Mulhouse, l’AMAL, membre de l’UOIF. Le pro-lapidation Hani Ramadan, également présent samedi, passait pour un modéré à côté :

 

L’égyptien Safwate Hijazi est interdit de territoire au Royaume-Uni par le Home Office car « considéré comme impliqué dans des comportements inacceptables de glorification du terrorisme » lors de la publication d’une liste de seize noms le 5 mai 2009. Il s’est aussi fait remarqué sur la chaîne du Hamas , Al-Aqsa TV, un 31 décembre 2008 pour avoir fait l’apologie des opérations martyrs. Voici la retranscription de son intervention :

« Se faire tuer nous importe peu, c’est à quoi nous aspirons. Le martyr pour Allah, c’est la victoire d’Allah qui vient sur nous. C’est le paradis pour la première goutte de sang d’un martyr. Je refuse d’accepter des condoléances ou des consolations pour un martyr. Cela m’attriste énormément quand je vois ça à la télévision. Une femme palestinienne de Gaza pleurant et exaltant un martyr (…) nous voyons toujours des femmes et des mères de martyrs en Palestine pleurant de joie, et se préparant pour un autre martyr, un autre homme, qui reprendra la bannière (…) Vous nous menacez de mort ? Par Allah vous nous menacez avec ce dont nous désirons le plus, vous nous menacez de ce à quoi nos âmes aspirent. Par Allah, j’aimerais apporter une arme et être parmi vous, j’aimerais me retrouver aux côtés de la jeunesse des brigades Al-Qassam, essuyer leur visage de la poussière produite par le lancement d’un missile, et de crier Allah est grand avec eux. (…) Vous [le Hamas] pavez le chemin pour la guerre annoncée par le prophète Mahomet : « Le jour du jugement n’arrivera pas avant que les musulmans combattent les Juifs. Les juifs se cacheront derrière les pierres et les arbres. Mais les pierres et les arbres diront ‘Oh musulman, oh servant d’Allah, il y a un juif derrière moi, viens et tues-le[1]’. Vous êtes ceux qui préparez le chemin à cela, qui préparez la terre au retour du Califat dans les pas des prophètes. Nous leur disons : nous ne sommes pas égaux. Notre mort nous conduit au paradis, alors que votre mort vous conduit dans les flammes de l’enfer. Le Jihad est notre voie, pour la gloire d’Allah, c’est notre option stratégique, et non la paix »

Le 4 janvier 2009, le cheikh Higazi, sur la chaîne salafiste égyptienne Al-Nas :

Safwat Higazi: « Une organisation américano-israélienne qui effectue la veille des médias arabes, du nom de MEMRI – disons que ce sont ses initiales – a accusé plusieurs grands oulémas et cheikhs musulmans des télévisions arabes, y compris le Dr Sallah Sultan et le cheikh Safwat Higazi, d’incitation au meurtre de Juifs et à la haine des États-Unis. (…) C’est un grand honneur pour nous. Oui, je suis antisémite. Oui, je hais le sionisme. Oui, le Jour du Jugement n’adviendra pas tant que nous ne nous serons pas battus contre les Juifs. Ce sont les paroles de notre Prophète, que cela vous plaise ou pas.(…)Par Allah, s’ils nous laissaient faire, nous vous dévorerions intégralement et nous vous arracherions la tête de nos dents. Nous n’attendrions pas d’avoir des armes, des RPG ou des balles. Si nos dirigeants nous laissaient faire, nous vous attraperions dans la rue pour vous dévorer avec nos dents. »

France 3 qui ne s’est pas donné la peine de se renseigner sur les conférenciers, parle d’une « foire conviviale« , et estime à 4000 le nombre des participants.

Le journal L’Alsace dans un compte rendu très politiquement correct rapporte que « Les organisateurs ont invité tous les élus politiques, parmi lesquels le maire Jean Rottner (UMP) et la députée Arlette Grosskost« . Soit celui qui a succédé à Jean-Marie Bockel à la mairie de Mulhouse, et la député UMP Grosskost de la cinquième circonscription du Haut-Rhin (site Internet). Il leur suffisaient pourtant de demander au services de renseignement l’identité de ce petit monde pour savoir où ils mettaient les pieds, d’autant que de nombreux livres ont sorti l’UOIF de son anonymat depuis une dizaine d’années. Pas d’excuses donc.

L’Alsace rapporte également: « Autre objectif du rassemblement : relancer les dons pour le projet de la grande mosquée de Mulhouse qui doit ouvrir ses portes au cours de l’été 2012 (coût global : 9 millions d’euros) »

Explications : en juillet 2006, le maire (à l’époque socialiste) de Mulhouse, Jean-Marie Bockel, promit une subvention correspondant à l’achat de 4500m2 de terrain à l’AMAL, avec l’accord de son conseil municipal, pour y construire une mosquée géante. L’association précise les mensurations : deux niveau pour une capacité de 2000 personnes, une école de 10 salles de classes avec plusieurs annexes dont la superficie est de 487 m², un centre culturel avec une salle polyvalente et plusieurs annexes sur une superficie de 447 m² ainsi qu’un centre social de 260 m² . Une galerie commerciale sera intégrée à l’ensemble, dont une supérette et une boucherie halal, le tout surmonté d’un minaret. Concernant le deuxième volet du projet, la partie culturelle, on trouvera une salle polyvalente de 600 personnes, 10 salles de cours, une cour de récréation de 700m² , une bibliothèque, une salle informatique, une salle de jeux et de sport , un salon de thé ainsi que des salles de réception. Budget total: 3,6 millions d’euros.

Lors du conseil municipal délibératoire, le 18 septembre 2006, Jean Marie Bockel affirma : « cette architecture nous convient, y compris la coupole et le minaret. Il est normal qu’un lieu de culte soit identifié tout en respectant son environnement. »

On voit mal comment dans l’environnement de la ville de Mulhouse, un tel monument oriental pourrait s’intégrer. Un minaret toisant la « ville au cent cheminées », qui accueillit longtemps les ordres monastiques Franciscains, Augustins, Clarisses et les Chevaliers de l’ordre de Malte implantés dès 1269 en la chapelle Saint-Jean ?

Le 15 septembre 2008, une nouvelle réunion du conseil municipal entérina une subvention de 235 000 euros pour acquérir comme promis les hectares nécessaires.

Et c’est ainsi que nos impôts financent l’islamisme radical avec la majorité présidentielle actuelle, tout comme l’a aussi démontré à Roissy-en-Brie la porte parole de l’UMP Chantal Brunel le 5 juin dernier, dans une décontraction stupéfiante. Quand est-ce que l’UMP sortira de son Grand aveuglement ?

Joachim Véliocas, directeur de l’Observatoire de l’islamisation.


[1] Safwat Hijazi fait référence aux propos de Mahomet rapportés dans le Hadith authentique de El-Bokhari livre 56, Chap.94, tome 2