Posts tagged ‘enlevement’

mai 15, 2012

Hamas TV : appel à l’enlèvement de six soldats israéliens pour faire libérer 6000 terroristes palestiniens prisonniers

par Tsahal – Armée de Défense d’Israël
Le Hamas dans la bande de Gaza6 soldats israéliens contre 6000 prisonniers palestiniens : voilà l’équation faite par le Hamas dont les dirigeants encouragent les enlèvements de soldats israéliens pour faire libérer des prisonniers palestiniens détenus en Israël.

Le kidnapping de Gilad Shalit en 2006 a fait prendre conscience au monde entier la stratégie du Hamas consistant à kidnapper des soldats et des civils israéliens pour les échanger par la suite contre des prisonniers palestiniens.

Une stratégie datant de 2006 ?

 

Selon leurs propres statistiques, les terroristes du Hamas ont mené 24 tentatives d’enlèvement depuis la création de l’organisation en 1987.

Le Hamas voit dans le kidnapping de soldats un acte légitime et a affirmé sans ambiguité sa volonté d’obtenir la libération de 6000 terroristes prisonniers en Israël en kidnappant plus de soldats israéliens.

Des membres des forces de sécurité du Hamas à l’entraînement

Pour Tsahal, la vie de chaque soldat a une valeur inestimable. Tsahal fait et fera tout pour protéger ses soldats. A la lumière des menaces répétées et des tentatives d’enlèvement de soldats, Tsahal a mis en place des exercices pour préparer ses soldats à faire face à une tentative d’enlèvement. De telles simulations ont désormais lieu chaque mois afin d’optimiser la préparation des soldats.

Exercice d’entraînement visant à prévenir d’éventuelles tentatives d’enlèvements de soldats

A cette date, Tsahal ne sait toujours pas ce que sont devenus sept de ses soldats portés disparus. Il s’agit de Zeev Rotshik, Zecharia Baumel, Zvi Feldman, Yehuda Katz, Ron Arad, Guy Hever et Majdi Halabi.

Publicités
avril 2, 2012

Bernard Squarcini, chef du Renseignement intérieur, dévoile les inquiétantes ambitions du groupe islamiste « Forsane Alizza »

En exclusivité, Bernard Squarcini, chef du Renseignement intérieur, dévoile les inquiétantes ambitions du groupe islamiste « Forsane Alizza », neutralisé hier et dont certains membres ont été arrêtés à Marseille et dans le Gard

Bernard Squarcini, directeur central du Renseignement intérieur, enquêtait sur

Bernard Squarcini, directeur central du Renseignement intérieur, enquêtait sur « Forsane Alizza » depuis le mois d’octobre dernier.

Photo Nicolas Vallauri

 

Un enlèvement, des opérations criminelles au nom de l’islam radical ? Voilà les menaces que laissaient planer « Forsane Alizza », un groupe de fondamentalistes musulmans, jusqu’ici inconnu du grand public. L’opération menée hier par la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) et la Police judiciaire a permis de saper les ambitions d’une vingtaine de ses membres. Le chef de la DCRI livre les dessous de l’enquête.

Quelle menace faisait peser les membres de ce groupe sur la sécurité nationale ?
Bernard Squarcini : On bosse depuis octobre sur eux, en enquête préliminaire, avec beaucoup de surveillances et un gros travail de fond avec la section antiterroriste de Paris. Le groupe avait été dissous depuis le 29 février et les avoirs de 26 d’entre eux ont été gelés. Mais ils continuaient à suivre un entraînement physique, dans les parcs, les bois et recherchaient des armes. Certains pratiquaient le paintball, d’autres faisaient du jogging, comme de jeunes cadres dynamiques. Nous avons par ailleurs retrouvé un lot impressionnant de kalachnikov à Marseille. C’est un groupe constitué, d’une véritable dangerosité. Malgré leur dissolution et l’arrêt de leur site internet, ils poursuivaient leurs activités.

Quel genre d’actions entendaient-ils mener ?
B.S. : L’idée, c’est de faire le djihad (la guerre sainte) en France. Eux ne sont pas allés au Pakistan. Ce sont des Français qui s’entraînent sur le territoire. Ils voulaient nommer des émirs dans chaque région. Ce qui était important à leurs yeux, c’était de se structurer de façon solide. Il y avait des séances collectives d’aguerrissement, avec un discours très violent, un endoctrinement religieux. Ils semblaient préparer un enlèvement. En revanche, sur le financement, on attend encore qu’ils s’expliquent. Lire la suite sur www.laprovence.com


http://danilette.over-blog.com/article-bernard-squarcini-chef-du-renseignement-interieur-devoile-les-inquietantes-ambitions-du-groupe-is-102625255.html