Posts tagged ‘attentat’

mai 31, 2012

L’Eurovision échappe à un attentat anti israélien

Numéro 1117 – 31.05.2012 – 10 Siv

par Gerard Fredj
L’Azerbaïdjan a déjoué une attaque terroriste qui, à nouveau, visait des israéliens, et en particulier la délégation de l’état hébreu au concours international sur l’Eurovision.

Plusieurs dizaines de suspects- les médias évoquent le chiffre de quarante personnes – ont été arrêtés, selon le ministre azeri de la sécurité.

Une des cibles des terroristes était l’hôtel dans lequel étaient hébergés les artistes qui représentaient l’état hébreu.

Le groupe de terroristes avait visiblement prévu de commettre plusieurs attentats à Bakou, la capitale, pendant la manifestation : étaient visés la salle de concert mais également des hôtels-dont le Hilton et le Marriot – accueillant les délégations étrangères, et des sites religieux.
Izabo, le groupe représentant Israël à l’eurovision, était sous protection des services israéliens.

Selon le chargé de relations publiques du groupe, les artistes sentaient que « quelque chose ne tournait pas rond » et leur protection avait été renforcée, jusqu’à 11 agents de sécurité.

Le réseau terroriste était organisé sur plusieurs villes, dans lesquelles sont intervenues les forces de sécurité azéries: un terroriste aurait été tué pendant les assauts.
Il aurait tissé des liens avec les insurgés du Daghestan, une république de la fédération de Russie.

Les autorités de l’Azerbaïdjan ont préféré ne pas révéler la nouvelle afin de ne pas provoquer de mouvement de panique parmi la population et les visiteurs étrangers.

Le groupe est cependant resté sans protection pendant plus d’une journée : la télévision israélienne qui le parrainait avait demandé à Izabo de regagner Israël immédiatement après leur élimination; le groupe a préféré rester, alors sans protection, pour finir le tournage d’un film.

http://www.israel-infos.net/L-Eurovision-echappe-a-un-attentat-anti-israelien-8826.html

mars 31, 2012

France: un des islamistes interpellés avait été condamné pour un projet d’attentat contre une centrale nucléaire australienne

Par Melba

Condamné à 9 ans de prison, il était libéré deux ans après. Comment se fait-il qu’un homme aussi dangereux avec un CV aussi chargé se promenait librement dans nos villes jusqu’à hier?

PARIS (AP) – Willy Brigitte, un Français de 43 ans condamné en 2007 à Paris pour terrorisme, figure parmi les 17 islamistes radicaux présumés interpellés vendredi en France, a-t-on appris samedi de source proche de l’enquête. Il est en garde à vue après avoir été arrêté à son domicile à Asnières (Hauts-de-Seine).

Converti à l’islam, cet homme d’origine guadeloupéenne avait été condamné à neuf ans de prison avec une peine de sûreté des deux tiers pour son parcours dans les réseaux islamistes internationaux et un projet d’attentat en Australie où il avait été interpellé avant d’être extradé en France. Ancien membre du groupe dit des “campeurs” qui s’entraînaient dans la forêt de Fontainebleau, il avait été libéré en 2009.

Times of India précise que la cible du projet d’attentat en Australie pour lequel il a été condamné était une centrale nucléaire.

Mais ce n’ est pas tout. Sur Wikipedia, il est indiqué que Willie Brigitte était aussi poursuivi en France dans le cadre de l’enquête sur un réseau de fourniture de faux papiers dont auraient bénéficié les assassins du commandant Massoud, chef de l’Alliance du Nord en Afghanistan et figure de la lutte contre les talibans.

Sources : Nouvel Obs, Time of India, Wikipedia

http://www.bivouac-id.com/billets/france-un-des-islamistes-interpelles-avait-ete-condamne-pour-un-projet-dattentat-contre-une-centrale-nucleaire-australienne/?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+bivouac-id+%28Bivouac-ID%29

 

Étiquettes : , ,
mars 31, 2012

Regarder la réalité en face

En décembre dernier, l’académicien et historien Pierre Nora m’avait demandé d’écrire un article pour la revue Le débat qu’il dirige avec le philosophe et historien Marcel Gauchet. Il s’agissait de faire la critique des deux derniers livres publiés par Gilles Kepel, Banlieue de la République et Quatre-vingt-treize. J’ai remis mon article à Pierre Nora à la mi-janvier ; il s’intitule « Regarder la réalité en face ». Il m’apparaît important de vous en préciser la date de rédaction, afin de souligner le fait qu’il n’a été d’aucune manière influencé par les tragédies de Montauban et Toulouse, et pour cause !

Vous le lirez dans Le débat n°169 daté de mars-avril 2012 dont vous trouverez le sommaire sur le site Les amis de Marcel Gauchet. Pierre Nora a également fait appel pour le même exercice à deux autres intellectuels, Dominique Schnapper et Hugues Lagrange.

La revue est distribuée par de nombreux libraires, dont la Fnac, La Procure et Gibert Joseph ; elle est également disponible à la librairie Gallimard, 15 Boulevard Raspail, Paris 7ème et sur Amazon.

Je n’ai pas l’autorisation de vous publier mon article qui est assez long. Je vous en cite donc simplement un très court extrait :

« (…) Dès l’introduction, le ton est donné, et le parti pris des auteurs transpire ensuite au long de l’ouvrage, les gouttes perlant régulièrement entre les lignes. Bien que les auteurs aient pris le soin de préciser que l’étude ne comportait pas de recommandations, ces dernières sont en réalité distillées au fil des pages, orientant le lecteur. Le plus surprenant est que la plupart de ces recommandations paraissent n’avoir guère pris en compte le contenu des entretiens, dont beaucoup sont pourtant révélateurs des sources qui alimentent les problèmes d’insertion dans la société et d’intégration dans la communauté française.

(…)

Le halal, ciment de la muraille identitaire. Au long des entretiens publiés dans Banlieue de la République tout comme dans le Quatre-vingt-treize de Gilles Kepel, apparaît en trame de fond la question du contrôle très strict des individus par le groupe, et leur amputation de toute liberté individuelle au sens où l’entendent les Français. Le contrôle du groupe s’exerce aussi bien sur les hommes que sur les femmes (…) Dans les deux ouvrages, quoiqu’avec bien davantage de profondeur dans Quatre-vingt-treize, est traitée la question du halal qui, bien loin de se résumer au seul mode rituel de consommation des viandes comme le pensent à tort le plus grand nombre, englobe tout une philosophie de vie qui consiste à tracer une frontière entre ce qui serait licite et ce qui ne le serait pas, allant jusqu’à s’immiscer dans les questions qui ont trait aux unions.

Aujourd’hui, le halal est devenu un des vecteurs les plus puissants de “l’affirmation identitaire” – expression employée par Gilles Kepel – aux côtés du voile des femmes. Gilles Kepel, qui parle même de “perspective de purification”, rappelle que “durant les années 1990, les dirigeants des organisations islamiques politiques issues des Frères musulmans, focalisés sur la controverse du hijab à l’école qui leur paraissait la plus propice à faire émerger en France une communauté militante sous leur houlette, ne montraient pas d’intérêt pour les enjeux trop complexes du halal (…)”

(…)

L’offensive se déplace à présent sur le terrain du halal, comme l’explique Gilles Kepel : “elle reflète la compétition entre salafistes et fréristes pour dominer l’expression de l’islam impératif dans le monde d’aujourd’hui – dont l’Hexagone, avec ses millions de musulmans en terre occidentale, représente un champ de bataille important (…) L’enjeu, par-delà la viande et son marché, les critères du pur et de l’impur, l’exclusion ou l’inclusion dans le rapport à la société française globale, est le contrôle cultuel et politique sur la nouvelle génération des musulmans de France.”

(…)

Les deux ouvrages mettent en lumière la stratégie de réenracinement culturel et religieux des jeunes générations par le biais de la transmission de la langue arabe.

(…)

Quatre-vingt-treize nous montre de quelle manière, et à quel point, les musulmans se trouvent eux-mêmes manipulés, otages d’enjeux économiques et désormais politiques dont les conséquences ne manqueront pas de retentir un jour sur la cohésion sociale et nationale : “l’organisation a tout mis en œuvre pour que le concept de l’intégration soit remplacé par celui de la citoyenneté : en d’autres termes, elle s’était efforcée de construire un espace de valeurs islamiques autonomes dans le cadre de la citoyenneté française.[1] (…) »

Pour l’intégralité de l’article, il faut lire Le Débat de mars-avril 2012.

____________________________

[1] Gilles Kepel cite des extraits d’un discours du Président de l’UOIF Fouad Alaoui prononcé le 23 avril 2011.

mars 28, 2012

« Le suspect a visé l’école juive faute de cible militaire », c’est un mensonge !

On nous a rabâché que le tueur monstrueux s’était rabattu sur l’école juive « faute de trouver une cible militaire », lien c’est faux

D’après sa conversation avec les négociateurs rapportée ici « Pendant plusieurs heures, le jeune homme s’est livré à une longue confession à mi-chemin entre les aveux et la provocation. Un récit parfois insoutenable… Un luxe de détails parfois sordides avec lesquels il exprime pour seul regret d’avoir manqué, à quelques minutes près, « la rentrée des classes dans l’école juive », ce qui lui aurait permis de tuer plus d’enfants [juifs].

 

  • Pourquoi n’y-a-t-il en France, qu’un seul imam, celui de Drancy, qui a condamné clairement l’attentat terroriste contre des Juifs ?
  • Pourquoi n’y-a-t-il pas de manifestations de « Musulmans modérés » pour protester contre l’assassinat de Juifs et militaires français et se démarquer de la terreur islamique ?
Étiquettes : , , ,
mars 20, 2012

Toulouse : Attentat contre une école juive

 + [mises à jour]

Par Melba

Voyons: Qui d’ordinaire s’attaque aveuglément en discours ou en actes aux juifs, aux écoles et aux militaires revenus d’Afghanistan? Nous attendrons confirmation de la conclusion de l’enquête, mais cela ne nous empêche pas d’avoir notre petite idée. Pour moi, c’est signé par la secte de Mahomet.

Un homme en moto a ouvert le feu ce lundi matin devant un collège-lycée juif de Toulouse, tuant au moins un professeur de 30 ans, ses enfants de 6 et 3 ans, et une fillette de 10 ans, et en blessant plusieurs autres, comme le tueur des parachutistes de Montauban et Toulouse. (le Parisien)

Sur le site Debka: Les enquêteurs sont en train d’étudier les similitudes avec l’attaque récente par un motocycliste également vêtu de noir, répondant à la même description qui a tué trois parachutistes français et blessé un quatrième dans la ville voisine de Montauban avant d’enfuir. les militaires visés avaient tous servi en Afghanistan. Les deux attaques pointeraient vers un individu ou un groupe extrémiste musulman (Debka).

Jusqu’alors, la police voyait dans le ciblage des militaires un tropisme qui permettait d’imaginer une stratégie pour capturer le tueur ou le mettre hors d’état de nuire. Mais le fait qu’il s’en prenne désormais à des enfants à la sortie d’une école religieuse change la donne. Les surveillances et les éventuelles souricières à mettre en place en ville s’étendent. Il peut frapper n’importe qui, n’importe quand. «Sans doute est-il même engagé dans une logique suicidaire qui laisse craindre le pire, comme une prise d’otages sanglante où il mettrait fin à ses jours», spécule un ex-grand chef de la PJ contacté par Le Figaro. (le Point)

Mise à jour à 16:32

– Le scooter du tueur identifié

Les enquêteurs ont identifié sur les images de surveillance la plaque d’immatriculation du scooter utilisé par le tueur de la fusillade de l’école juive de Toulouse, a-t-on appris lundi de sources policière et municipale. Ils ont pu ensuite constater que le deux-roues avait été acheté en mai dernier, ce qui devrait permettre de faire progresser l’enquête. (Europe 1)

– Le Wall Street Journal rapporte que le tireur serait descendu de son scooter et aurait poursuivi ses jeunes cibles jusque dans l’école (WSJ).

Mise à jour à 17:20

– Les analyses balistiques confirment que c’est bien la même arme qui a été utilisée à Toulouse et à Montauban (lire)

Mise à jour à 20:10

– Tuerie: pistes islamiste ou de l’ultra-droite

Les policiers en charge de l’enquête sur la tuerie perpétrée ce matin dans une école juive de Toulouse privilégient l’hypothèse islamiste ou celle de l’ultra-droite, sans en écarter d’autres, a indiqué une source proche de l’enquête. “On est sur deux pistes principales évidentes: la piste islamiste et l’ultra-droite”, a dit cette source. (Figaro)

mars 20, 2012

ILS SONT VENUS, ILS SONT TOUS LA…

Toute la classe politique française s’est immédiatement

recueillie ! La campagne présidentielle a été suspendue et ils

sont venus dire à Toulouse leur émotion devant l’assassinat

d’enfants juifs. Je suis persuadé qu’ils sont sincères mais

pour ma part je souhaiterais ne plus bénéficier de la

commisération de ces politiques devant des Juifs morts.

J’en ai assez de les entendre pleurer sur la Shoah, écrire des paroles pleines de sensibilité (je ne dis pas sensiblerie) dans les Livres d’Or. J’en ai assez de les voir mettre la kippa noire pour écouter nos prières des morts. J’en ai assez de les voir recueillis pour écouter le Kaddish et le « El Maalei Rahamim ». J’en ai assez, sans mettre en doute leurs convictions contre l’antisémitisme qui a frappé, qui frappe et qui continuera de sévir dans la vieille Europe et la France.
J’en ai assez car je voudrais que ces politiciens, ces hommes de plume et de lettres s’interrogent sur les responsabilités. Ils mettent en place des consultations psychologiques pour cerner la personnalité de l’assassin, de l’ignoble meurtrier qui a appuyé sur la gâchette.
Pourtant ces psychopathes qui rêvent de tuer des Juifs, qui éduquent une génération entière à la haine du Juif ce sont ceux que ces mêmes politiques reçoivent dans leurs salons. C’est aux terroristes du Hamas que les Ashton et Juppé s’adressent pour le conflit proche oriental. C’est les Mahmoud Abbas qui sont reçus à l’Elysée et à Downing Street. C’est à Israël que l’on demande de la « retenue » et une réaction pas disproportionnée quand nos enfants juifs en Israël sont assassinés, meurent sous les couteaux manipulés par les arabes, souffrent des séquelles des bombardements « palestiniens ».

Nous pleurons la disparition de ces enfants et nos prières s’élèvent vers le Ciel pour que plus jamais cela puisse arriver. Nous les pleurons comme nous pleurons et commémorons tous ces enfants emportés par la folie nazie et la lâcheté munichoise pour le seul crime et le grand honneur d’être nés Juifs. Nous n’oublierons pas ces âmes pures et fideles et pensons à leurs familles et à toute la communauté des enfants d’Israël.
Le vrai problème psychologique réside chez ces politiciens si prompts à pleurer sur les Juifs morts, mais qui ne supportent pas la vue d’un Juif combattant.
Des années de tergiversation face à la nucléarisation de l’Iran, les pressions pour éviter une frappe définitive israélienne mais la promesse d’intervenir au cas où…Un soutien actif au terroristes qui veulent dépecer la Terre d’Israël, lui nier son histoire et son appartenance, un soutien financier sans failles et pérenne pour ces « réfugiés palestiniens » mais de grandes déclarations d’amitié…
Un proverbe yddish dit :
« Je ne veux pas de ton miel et je ne veux pas de ton fiel ».
Cessez de verser vos larmes sur nous et cessez de livrer vos armes à nos ennemis.
Quant à vous, mes frères encore en exil : on vous attend à la Maison!

Étiquettes : , ,