Hypocrite ou traître ? Hassan Nasrallah osera-t-il évoquer tous les Libanais disparus en Syrie ?

Ou se contentera-t-il de réclamer la libération des onze chiites enlevés la semaine dernière ?

Au Liban, l’amertume est à son comble, tout comme l’hypocrisie du Hezbollah et de ses alliés. Des dizaines, voire des centaines de Libanais, enlevés par l’armée syrienne au Pays du Cèdre pendant l’occupation, croulent dans les geôles du régime de Bachar Al-Assad depuis une vingtaine d’années. Pourtant, Hassan Nasrallah ne réclame à présent que la libération de onze chiites enlevés la semaine dernière.

Hassan Nasrallah doit se prononcer à la télévision, ce vendredi après-midi, dix jours après l’enlèvement de chiites libanais par des opposants syriens. Officiellement, il s’agit de pèlerins interceptés sur le chemin de retour d’Iran, via la Turquie. Mais les ravisseurs, qui ont libéré les femmes, affirment que « certains des onze hommes détenus sont des cadres du Hezbollah en mission en Syrie, en possession de matériel sophistiqué destiné à localiser les positions des opposants au régime de Bachar Al-Assad ». Les ravisseurs posent de ce fait des conditions pour les libérer. Ils exigent entre autres que « Hassan Nasrallah présente les excuses du Hezbollah au peuple syrien pour son soutien au régime ». Ils demandent également « le retrait des combattants du parti de Dieu de Syrie, où ils contribuent aux massacres ».

Pour les Libanais, le refus de Nasrallah de présenter ses excuses ne fait aucun doute. Le retrait de ses combattants de Syrie est également exclu tant que son patron, l’ayatollah Ali Khamenaï, Guide de la République islamique d’Iran, ne décrète une fatwa dans ce sens. Si, de ce fait, de plus en plus de Libanais s’interrogent sur ce que pourra dire Nasrallah dans son discours télévisé, ils s’étonnent surtout, avec amertume et déception, de l’absence totale d’intérêt pour les autres Libanais détenus arbitrairement et sans procès depuis de longues années dans les prisons syriennes.

Pourquoi Nasrallah ne s’est jamais mobilisé pour demander leur libération à son allié Bachar Al-Assad ? Pourquoi leurs parents et proches n’ont-ils pas le droit de savoir s’ils sont toujours en vie ? Et pourquoi, dans le cas contraire, ne peuvent-ils pas récupérer leur cadavre et faire leur deuil ? Tant de questions auxquelles Hassan Nasrallah refuse de répondre.

Pire encore, pourquoi Hassan Nasrallah dénonce-t-il avec force l’enlèvement de onze chiite libanais en Syrie – acte sans doute condamnable – au moment où sa propre milice, le Hezbollah, enlève d’autres libanais sous des prétextes fallacieux ? Le cas de Joseph Sader, employé de la Middle East Airline (MEA), enlevé sur la route de l’aéroport de Beyrouth depuis plusieurs années, reste énigmatique à cet égard.

Le général Michel Aoun, allié contre-nature de Nasrallah, de Bachar Al-Assad et de l’Iran, a lui aussi oublié les détenus libanais en Syrie. Il a pourtant exploité ce dossier pour justifier son alliance auprès de ses partisans en particulier, des souverainistes et des libanais en général, alliance qui aurait dû, officiellement, lui permettre de demander des comptes à la Syrie et réclamer la libération des détenus. La désillusion est totale. Après plusieurs pèlerinages à Damas et un voyage à Téhéran, Aoun n’a voulu ou pu évoquer cette question, dont la résolution constitue un premier pas vers la normalisation entre les deux Etats théoriquement indépendants et souverains, le Liban et la Syrie.

Pour toutes ces raisons, une majorité de Libanais qualifie Hassan Nasrallah et Michel Aoun – ainsi que les autres alliés d’Assad comme Sleimane Frangieh et Nabih Berri notamment – au mieux d’hypocrites, sinon de traîtres. Ils sont en tout cas les alliés de Bachar Al-Assad et, pour cette raison, ils confirment être peu fréquentables.

Stefano B. C.

http://www.mediarabe.info/spip.php?article2181

Étiquettes : , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :