Le président du Crif s’inquiète d’un antisémitisme de gauche

Richard Prasquier situe les deux candidats au second tour de la présidentielle comme des amis d’Israël, mais s’inquiète d’une dérive antisémite possible à gauche.

JACKY NAEGELEN / AFP

Richard Prasquier, président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), a publié une tribune dans le quotidien de gauche israëlien Haaretz.

En pleine campagne présidentielle française, le président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), Richard Prasquier, publie jeudi 26 avril une tribune dans Haaretz , quotidien israélien de centre-gauche. Il identifie comme l’un des enjeux majeurs pour le second tour la façon dont les deux candidats vont se battre contre « le nouvel antisémitisme qui a pris le masque de l’antisionisme » , notamment, selon lui, dans les positions de certains partis de gauche.

Il salue chez Nicolas Sarkozy ses « liens forts avec la communauté juive française » et sa « profonde connaissance d’Israël » , en estimant qu’en cas de réélection il poursuivrait la même politique. Alors que les votes des électeurs de Marine Le Pen semblent déterminants pour le second tour, il n’existe selon Richard Praquier « aucune possibilité d’un accord politique » entre l’UMP et le Front National.

Le parti du Marine Le Pen n’exercera « aucune influence sur les politiques vis-à-vis de la communauté juive en France » selon Richard Prasquier, qui n’identifie pas les principaux risques d’antisémitisme à droite, mais plutôt à gauche.

Crainte de manifestations anti-sionistes de la part de l’extrême-gauche

Le président du Crif dénonce surtout « les partis de la gauche radicale et les Verts qui expriment une profonde hostilité à l’égard d’Israël». En cas de victoire de François Hollande, le président du Crif se demande quelle influence exerceront sur lui « ces leaders socialistes qui ont des vues négatives par rapport à Israël » .

Le président du Crif semble rassuré par le modeste score de 11% des voix obtenu par Jean-Luc Mélenchon au premier tour, qui « devrait bien réduire son influence sur la politique étrangère française » , mais s’attend à un regain de manifestions antisionistes des communistes ou de l’extrême-gauche. Il prend toutefois acte des « sentiments clairement amicaux » exprimés par François Hollande à l’égard de la communauté juive.

Les phénomènes d’antisémitisme en France suscitent beaucoup d’inquiétudes en Israël, notamment depuis l’attentat de Toulouse qui avait fait 4 morts dans une école juive le 19 mars dernier.

Mise à jour du vendredi 27 avril, 16h15 :

À la suite de la polémique née de la publication de sa tribune dans Haaretz , Richard Prasquier a publié une mise au point sur le site du Crif.

Cyprien Viet
Publicités
Étiquettes : ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :