Être sioniste, c’est d’abord être rebelle !

Malraux disait que le premier sens de Résistance, c’est la « capacité à dire non ! L’esclave dit toujours oui ! » Résister c’est donc d’abord être encore capable de se rebeller. Il y a peu de Résistants, car la capacité à se rebeller, à pouvoir dire non, s’oppose, contrarie des tentations immédiates et relève donc d’une certaine aristocratie.

Il y a dans le sionisme, quelque chose qui est de la même nature que la rébellion, puisque c’est une manière d’être qui se fonde d’abord sur un refus ! Sur le rejet d’assumer la condition juive hors le cadre de la liberté reconquise.

En effet, hors la liberté, (prise dans son sens brutal et violent, c’est-à-dire, consécutif d’abord à un état d’esprit menant à la rupture,) point de salut pour Israël. Cette liberté, étape préalable au renforcement de la conscience d’abord et moyen souverain pour toute renaissance individuelle avant d’être collective et historique procède, à l’évidence, d’un état d’esprit rebelle.

On s’est souvent penché sur les causes historiques et religieuses de l’opposition du monde orthodoxe au sionisme et délaissé les motivations psychologiques. Il me semble qu’on détient là une piste sérieuse.

Cette approche du sionisme entendu comme Résistance et rébellion assure ce dernier d’une pérennité liée certes au renouveau historique de la Nation juive mais s’en extrait insidieusement pour rejoindre une des données fondamentales de la condition hébraïque qui, à la différence des autres révélations ne se définit pas par le préalable de l’obéissance ou de l’adoration mais de la rébellion et de la rupture. Le premier geste de Reconnaissance de l’histoire humaine a commencé par un conflit libérateur : Abraham détruisant les idoles.

Il semble que les hommes et les femmes choisis pour accomplir des destinées historiques, le soient d’abord parce qu’ils appartiennent à la caste des Résistants, c’est-à-dire des rebelles, bien plus qu’ils ne relèveraient de telle ou telle tendance de la Tradition.

Ainsi s’éclaire, de manière originale, les raisons pour lesquelles la P. rovidence a choisi celles et ceux dont le destin s’identifie à la Renaissance d’Israël, dans les « réseaux de la Résistance et de la rébellion juives » plutôt que dans les Yéchivoth

Il semble que le M.aître du monde ait un certain penchant pour les…caractères forts !

 http://www.arnoldlagemi.com/?p=2071

Publicités
Étiquettes : , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :