Archive for avril 18th, 2012

avril 18, 2012

Un Palestinien torturé et condamné à mort par l’AP pour avoir vendu une propriété à des juifs

Par Melba

Du coup, on entend les mouches voler … Où sont les “indignés” ? où sont les “progressistes” du monde entier, si prompts à voler au secours des Palestiniens ?

JERUSALEM (JTA) – Les responsables juifs de la communauté juive de Hébron font appel aux instances internationales pour aider un homme palestinien condamné à mort pour avoir vendu à des juifs, une maison près de “la grotte des Patriarches” .
Une lettre écrite au nom de Muhammad Abu Shahala, ancien agent de renseignement de l’Autorité palestinienne, a été cosignée par les dirigeants de la communauté juive de Hébron Wilder David et Noam Arnon, et adressée au secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, à la secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton, au président du Conseil européen de lUE, Herman Van Rompuy, et au directeur général de la Croix-Rouge internationale, Yves Daccord, entre autres.
M Shahala aurait été condamné à mort pour son rôle dans la vente d’un bâtiment près du site connu sous le nom de Grotte Machpelah, à un groupe de Juifs. Il aurait avoué la vente après avoir été torturé et jugé de manière expéditive, selon le site Arouts-7, citant diverses agences de presse. Les responsables palestiniens ont déclaré que M Shahala n’était autorisé à vendre la maison [à des juifs] en vertu des lois palestiniennes.
La condamnation à mort doit encore être signée par le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas.
“C’est épouvantable de penser que les ventes de propriété puisse être considérées comme ” crime capital punissable de mort, ont écrit les responsables juifs dans leur lettre. “Le fait même qu’une telle « loi » existe dans le système juridique de l’Autorité Palestinienne indique un type de justice barbare et pervers, rappellant des pratiques qui avaient cours lors des heures sombres.
“Quelle serait la réaction si une loi aux Etats-Unis, en Angleterre, en France ou en Suisse, interdisait les ventes de propriété aux Juifs? En fait, il y a de cela moins de cent ans, de telles lois ont été légiféré et mises en pratique, connue sous le nom tristement célèbre des lois de Nuremberg ” ont-il ecrit.

Source : JTA

Publicités
Étiquettes : ,
avril 18, 2012

La révolte du ghetto de Varsovie

 Chronologie

  21/01/1943

21/01/1943

A Varsovie, les allemands ouvrent le feu dans le ghetto. Les Juifs résistent, s’emparent d’armes et tuent 12 allemands.

  19/04/1943 au 16/05/1943

19/04/1943

Révolte du ghetto de Varsovie. Le 19 avril, 2 100 Allemands entrent dans le ghetto. Armés de 17 pistolets et de quelques centaines de grenades, les insurgés ouvrent le feu, contraignant les Allemands à la retraite. Le lendemain, le ghetto est bombardé avec des mortiers. Les Allemands tuent tous les malades de l’hôpital de Czyste. La révolte continue jour après jour, avec de moins en moins d’armes. Les insurgés, abandonnés de tous, sont dirigés par Mordéhaï Anielewicz, de l’Hashomer Hatsaïr. Il avait défini la lutte des insurgés comme un combat « non pas pour la vie, mais pour le prix de la vie ». Les Allemands avancent patiemment, passant chaque rue du ghetto par les flammes. Arrivés à bout de forces et de munitions, quand le combat semble sans issue, des insurgés essaient de s’enfuir en utilisant les égouts. Le 3 mai, 21 femmes qui tentaient de s’échapper sont reprises et exécutées. Le 7 mai, Pawel Burskin emmène un groupe de combattants dans le secteur aryen de la ville. Ils sont repris et tués. Le 8 mai, les Allemands ont vidé presque tout le ghetto et la résistance se concentre au quartier général des insurgés, au 18 de la rue Mila. 120 combattants sont bombardés et gazés dans le bunker, parmi eux Mordéhaï Anielewicz et Berl Broyde, les dirigeants de la révolte. En tout 7 000 Juifs sont morts en combattant, 600 ont été tués dans les bunkers, 30 000 ont été déportés. Jusqu’au 12 mai, des petits groupes essayeront de s’échapper du ghetto. Des 400 000 Juifs que comptait le Ghetto de Varsovie à ses débuts, seuls 500 environ ont survécu à la guerre.

  01/04/1943

Durant l’insurrection du ghetto de Varsovie, les insurgés juifs reçoivent de l’aide de l’extérieur. Cette aide vient principalement d’une branche de la résistance polonaise : la Commission d’Aide au Juifs – Zegota. A l’intérieur de l’organisation, le coordinateur de l’aide est Wladyslaw Bartoszewski, grand résistant polonais, qui sera ministre des affaires étrangères de Pologne en 1995 et 2000-2001. Yad Vashem lui décernera le titre de Juste parmi les Nations en 1966 pour son action au sein de la Zegota.

  03/06/1943

Destruction d’un des derniers bunkers du ghetto de Varsovie, avec 150 combattants dedans.

  19/07/1943

3 500 Juifs sont pris du camp de Birkenau au ghetto de Varsovie pour rechercher parmi les ruines des objets qui auraient pu être laissés par les Juifs.

  27/07/1943

27/07/1943

En fouillant les ruines pour récupérer des objets laissés par les Juifs, les allemands découvrent quelques Juifs cachés : 16 sont exécutés.

  10/08/1943

10/08/1943

27 Juifs sont trouvés dans le ghetto de Varsovie et exécutés.

http://www.histoiredesjuifs.com/articles.php?lng=fr&pg=927

Étiquettes : , , ,
avril 18, 2012

Leader socialiste belge instrumentalise la Shoah pour défendre les Musulmans

Enfants à Auschwitz victimes
des expériences de Mengele

 

La récente étude de la Fondation allemande Friedrich Ebert Foundation‏ confirme que de nombreux Européens estiment que les Juifs tirent cyniquement profit de la Shoah pour obtenir des avantages (« take advantage of having been victims during the Nazi era »): 49% des Allemands, 22% des Britanniques, 32% des Français, 17% des Hollandais, 52% des Portugais (il y a environ un millier des Juifs au Portugal!), 72% de Polonais et 68% de Hongrois le pensent. Ils sont encore plus nombreux à être convaincus de la rapacité et de la cupidité des Juifs… Or ce qu’on souligne rarement c’est que des non-Juifs banalisent et instrumentalisent sans vergogne la Shoah (l’extermination de 6 millions Juifs européens – dont 1.5 million d’enfants, curieusement l’extermination des Tsiganes n’est jamais évoquée) pour insulter des adversaires et pour lutter contre l’extrême droite, quand ce n’est pour attaquer les Juifs eux-mêmes et critiquer Israël. C’est ce qui vient de se passer en Belgique francophone. Philippe Moureaux, historien (Université Libre de Bruxelles) et leader socialiste éminemment respecté et populaire, a accusé la RTBF qui, pour la première fois a diffusé un programme sur l’islam en Belgique assorti de quelques critiques, s’est empressé de déclarer que la RTBF avait « agi comme Goebbels l’a fait avec les Juifs ». En 2009, Moureaux accusait les Juifs belges en ces termes: « A 20 ans, quand j’étais marxiste, je n’étais pas un grand partisan du droit à la différence. J’ai évolué. Et ce qui m’a fait basculer, ce sont précisément les conversations que j’ai eues avec des représentants de la communauté juive. Cela m’attriste, aujourd’hui, de les voir refuser ce droit à la différence pour les musulmans. » [1]

La députée Viviane Teitelbaum (MR) a réagi aux propos de Philippe Moureaux. Un texte juste et sans concessions (Quand Philippe Moureaux se sert de l’Histoire, il humilie la démocratie).

« Puisqu’il ne peut s’agir d’ignorance, il s’agit donc bien d’outrance: Quand Philippe Moureaux se sert de l’Histoire, il humilie la démocratie.

Joseph Goebbels
Le contexte à l’origine des derniers dérapages? Une émission de la RTBF «Questions à la Une» sur «Faut-il craindre la montée de l’Islam?» La réaction du Bourgmestre de Molenbeek, Philippe Moureaux, au travail des journalistes: «ils ont agi comme Goebbels l’a fait avec les Juifs». Alain Destexhe qui est interviewé dans l’émission sera qualifié sur un faux-profil de Facebook de «docteur Mengele sans frontière». Ce qui est redoutable ici et qu’il faut dénoncer c’est la banalisation d’un discours de nazification qui devient respectable. Car à force d’expliquer l’inexplicable, on finit par justifier l’injustifiable et par banaliser les discours négationnistes.

Port de l’étoile jaune obligatoire
Mais ce n’est pas nouveau. Le 11 mai 2006, la Ministre de la Justice, Laurette Onkelinx comparait le recensement des Imams au port de l’étoile jaune pendant la Deuxième Guerre mondiale. Le dimanche 16 octobre 2005, lors du journal télévisé de RTL-TVI, à l’occasion des 25 ans du parlement wallon, le président José Happart, n’hésite pas à comparer le climat politique qui prévalait en Wallonie à celui qui exista dans l’Allemagne de 1933. Le 17 novembre 2005, lors l’organisation de la Bus Academy par la STIB, un membre de la Direction de l’Infrastructure des Transports Publics (DITP) de l’AED-MRBC, illustre le manque d’espace dans les bus en disant: «c’est comme les trains Auschwitz».

Quand un journaliste dénonce ouvertement un Imam qui tient des propos antisémites et insultants pour les femmes, il agirait comme Goebbels? Pourquoi? Qui était Goebbels? L’historien Philippe Moureaux le sait fort bien, c’est d’autant plus grave évidemment! Ministre à l’Education du peuple et à la propagande sous le 3e Reich de 1933 à 1945, son nom reste indissolublement lié à l’emploi des techniques modernes de la manipulation des masses et de la démagogie de propagande totalitaire. Joseph Goebbels était un proche d’Hitler, tout comme Goering, Himmler ou encore… Mengele. Son rôle est très important dans la mise en place de la dictature nazie et de la diffusion des mots d’ordre puisque c’est son ministère qui régente et censure toute la presse. Goebbels est constamment aux avant-postes dans la radicalisation du régime contre les Juifs qui mena aux camps de concentration, aux fours crématoires et à la mise à mort de 6 millions de Juifs sur le territoire Européen.

Mengele, quant à lui était un médecin nazi actif notamment au camp de concentration d’Auschwitz, où il a participé à la sélection des déportés voués aux chambres à gaz et s’est livré sur de nombreux prisonniers – surtout sur les jumeaux, mais aussi sur les transsexuels- à des expériences pseudo-scientifiques en leur injectant divers produits chimiques, par exemple. Il est connu sous le surnom d’«ange de la mort».

Il va de soi que notre situation politique n’a rien à voir avec celle de 1933, année où les nazis bâtirent des camps de concentration pour y enfermer les opposants politiques, les homosexuels, les handicapés, les Juifs et les tziganes. Les comparaisons abusives de José Happart cherchent à faire peur et nuisent au bon fonctionnement de nos institutions et aux sanctions prises à l’encontre de certains responsables politiques wallons qui se seraient alors rendus coupables de malversations. Elles dénigrent les hommes et les femmes qui sont engagés dans l’action politique ainsi que la presse qui fait son travail.

Quel rapport y –a-t-il entre les heures de pointe dans les transports en commun à Bruxelles en 2005 et les trains de la mort qui roulaient vers les camps d’exterminations ou de travail?

Quel rapport y a-t-il entre vouloir régulariser la situation des Imams en Belgique et le port de l’étoile jaune, rendu obligatoire pour les Juifs le 7 juin 1942? Cette brimade qui clôtura les mesures d’exception qui éliminèrent les Juifs de la vie économique et sociale rendait la persécution visible et déboucha le même mois sur la décision de commencer les déportations.

Fasciser un démocrate, un journaliste, en le comparant à un nazi, c’est faire insulte au débat démocratique, à la mémoire des victimes de la Shoah, à l’honneur des résistants à ce régime mais aussi à l’histoire de l’Europe.

Et cela débouche sur quoi? Par exemple, le dernier parmi beaucoup d’autres, hier un chirurgien orthopédiste bruxellois [au moins lui s’en est excusé] qui aurait tenu des propos antisémites, en pleine opération, envers l’un de ses stagiaires juifs. Il y est question de cri de ralliement nazi, d’allusion aux chambres à gaz.

Ces comparaisons sont inacceptables. On peut tout critiquer tant que l’on reste dans l’enceinte démocratique avec des mots justes pour qualifier des situations dans leur contexte actuel sans tomber avec excès et facilité dans des comparaisons regrettables qui débouchent inéluctablement sur la banalisation. Monsieur Moureaux, quand vous vous servez ainsi de l’Histoire, vous humiliez la Démocratie !

Viviane Teitelbaum
Députée, fille d’enfant caché »

[1] En 2009, l’actuel Premier Ministre socialiste Elio Di Ruppo déclarait à propos de l’opération Plomb Durci à Gaza: « Et cette attitude [de la population juive] de sang-froid, ne pas avoir de remords, voir des écoles être anéanties et tous ces morts, c’est inacceptable, c’est totalement inacceptable ». Et: « Il y a eu des milliers d’enfants, des milliers de femmes, des milliers d’innocents, des milliers de civils qui ont été tués. »

Étiquettes : , ,
avril 18, 2012

Antoine Sfeir dénonce l’emprise grandissante du Qatar islamiste en France

Le spécialiste libanais Antoine Sfeir, directeur des Cahiers de l’Orient, dénonce la lâcheté des autorités françaises qui laissent se faire acheter leurs entreprises stratégiques et financer l’islamisme associatif, dans Le Parisien :

qatar1.jpg qatar2.jpgqatar3.jpg

Les seuls français se mobilisant contre la lâcheté de nos gouvernants face à l’offensive économico-culturelle du Qatar sont les patriotes Identitaires. Place de l’Opéra le mois dernier :

 

Site du Projet-Apache

http://www.islamisation.fr/archive/2012/04/18/antoine-sfeir-denonce-l-emprise-grandissante-du-qa.html

avril 18, 2012

Un Cardinal prétend que les Allemands ont souffert plus que les Juifs pendant la Shoah

Le cardinal George Pell a également affirmé que « le petit peuple juif » était composé de bergers moralement et intellectuellement inférieurs aux Égyptiens de l’antiquité. Son éminence s’est empressée (ça fait partie du script) de présenter ses excuses et d’affirmer sa grande amitié pour le peuple juif. Il est vrai que l’abbé Pierre diffamait allègrement les Juifs et ne s’est jamais excusé. On aimerait savoir si le cardinal pensent que les Gitans (que les catholiques oublient toujours de mentionner) ont aussi moins souffert que les Allemands.

(JTA) — The head of Australia’s Catholic Church apologized for what Jewish leaders described as « deeply problematical » comments he made about Jews on a TV show.

Cardinal George Pell had said during an April 10 debate with the British atheist Richard Dawkins on « Q&A, » a highly regarded current affairs talk show on the Australian Broadcasting Corp., that Germans suffered more than Jews during the Holocaust.

Asked why God allowed the Holocaust to occur, Pell said, « He helped probably through secondary causes for the Jews to escape and continue. It is interesting through these secondary causes probably no people in history have been punished the way the Germans were. It is a terrible mystery. » When challenged by the moderator that the Jews had suffered more, Pell said, « Yes, that might be right. Certainly the suffering in both, I mean the Jews, there was no reason why they should suffer. » Pell said the Holocaust was « a crime unique in history for the death and suffering it caused and its diabolical attempt to wipe out an entire people. »

Earlier in the debate Pell said that « the little Jewish people » were shepherds who were morally and intellectually inferior to the ancient Egyptians.

In his clarifying statement, Pell said, « My commitment to friendship with the Jewish community and my esteem for the Jewish faith is a matter of public record, and the last thing I would want to do is give offense to either. »

Peter Wertheim, executive director of the Executive Council of Australian Jewry, said the council had expressed « serious concern » about some of Pell’s « deeply problematical » comments.

Wertheim added that « We welcome as a first step Cardinal Pell’s clarifying statement that he did not intend any offense, and his expression of continuing friendship with the Jewish community and esteem for the Jewish faith. »

Étiquettes : , ,
avril 18, 2012

Le comble de l’hypocrisie : le Hezbollah fait campagne pour Bachar al-Assad à travers Julian Assange, fondateur de « Wikileaks »

Le régime syrien et ses alliés sont dans l’impasse et leurs mensonges ne passent plus. Ils communiquent désormais à travers Wikiliks !

Les mensonges distillés par les médias syriens et alliés, depuis plus d’un an, sont de plus en plus flagrants, au point que les Chrétiens de Homs, censés être « proches du régime », ont expulsé l’équipe de télévision syrienne pendant la messe de Pâques, l’accusant de vouloir travestir la réalité. Pour donner du crédit aux mensonges étatiques, Damas et ses alliés passent désormais par des médias et des journalistes étrangers, comme Julian Assange.

Lors de la messe de Pâques, selon le rite orthodoxe (15 avril), les fidèles ont expulsé l’équipe de la télévision syrienne venue filmer l’office religieux, à l’église de l’Annonciation à Homs. Les journalistes voulaient ainsi prouver que « tout est rentré dans l’ordre dans cette ville », pourtant toujours bombardée. Les activistes leur ont demandé de quitter les lieux, refusant de servir de « faux témoins », invitant les journalistes de transmettre la messe organisée dans le quartier Hamidyeh, sous les bombes ! Les journalistes ont alors brandi une autorisation fournie par l’évêque. Mais les fidèles, de plus en plus remontés contre leur hiérarchie ecclésiastique pour son alliance contre-nature avec le dictateur, se sont révoltés, affirmant que « leur évêque ne représente que lui-même ».

Parallèlement, les activistes musulmans, présentés par le régime comme des « terroristes salafistes, wahhabites, sanguinaires et qui veulent tuer les chrétiens », ont distribué de la confiserie, des œufs de Pâques décorés aux couleurs de la révolution et spécialement préparés pour l’occasion… D’autres ont inscrit sur les murs de Damas un message inspiré de la résurrection : « Jésus est ressuscité, le peuple syrien aussi », ou encore « Je sacrifie mon sang pour que ta Croix vive ». Le message de la majorité syrienne confirme ainsi l’option politique prise par les Frères musulmans, le mois dernier, dans leur document historique fait d’ouverture, de démocratie et de convivialité.

Cette réalité touche le régime dans son point sensible, Assad ayant cultivé les divisions confessionnelles pour faire peur aux minorités et se leur proposer sa protection. Les mensonges étatiques se heurtent à la réalité du terrain, obligeant le régime et ses alliés au grand écart.

Ce qui explique l’interview de Hassan Nasrallah, secrétaire général du Hezbollah libanais, réalisée par Julian Assange, le fondateur de WikiLeaks et diffusée sur la chaîne de télévision russe « Russia Today ».

Nasrallah a annoncé que son mouvement « soutenait entièrement le président syrien Bachar Al-Assad, qui a très bien servi la cause palestinienne », confirmant les critiques formulées au Liban à son encontre, l’accusant de se servir de ses combattants comme « des sacs de sable » pour protéger Assad, puisque plusieurs dizaines de hezbollahis ont déjà été tués dans les combats en Syrie.

Nasrallah a par ailleurs dévoilé que « l’opposition syrienne avait rejeté la proposition faite par le mouvement libanais d’engager un dialogue avec le régime ». Il a également estimé que « le régime syrien était prêt à effectuer des réformes et à mener un dialogue ». Mais Nasrallah a constaté d’un autre côté qu’« il y a une opposition qui n’est pas préparée au dialogue, qui n’est pas préparée à accepter des réformes. Tout ce qu’elle veut, c’est renverser le régime ». Nasrallah a ajouté qu’« une guerre civile était la seule alternative à un dialogue politique en Syrie ».

Selon des médias russes, la première émission de « The World Tomorrow » de Julian Assange a été lancée sur la chaîne russe « Russia Today » ce mardi. Tournée à Londres, elle servira de « tribune pour les personnes publiques controversées, qu’on ne laisse pas s’exprimer publiquement ».

Cependant, les observateurs notent « l’hypocrisie du Hezbollah » et rappellent qu’il a longtemps mené une campagne hostile à Wikileaks, dont les révélations avaient été qualifiées de « fuites organisées par les Services américains », avant de surfer sur ces fuites et d’en retenir les informations qui servait ses propres intérêts.

Par quelle magie Hassan Nasrallah a-t-il fini par accepter de collaborer avec Assange et de lui accorder une interview ? Il ne fait pas de doute, selon ces observateurs, que « le régime syrien et ses alliés sont dans l’impasse. Les mensonges de leurs médias ont du mal à convaincre. Ils s’expriment désormais à travers les médias russes et grâce au fondateur de Wikileaks ! » concluent les experts.

Dario S.

http://www.mediarabe.info/spip.php?article2167

avril 18, 2012

L’OCI veut interdire la critique de l’islam : réagissons le 21 avril à Paris

Café du Pont Neuf – 14 Quai du Louvre 75001 Paris- 18h

– Le Processus d’Istanbul – son but explicite est d’inscrire dans le droit international une interdiction mondiale de tout examen critique de l’islam et/ou de la charia islamique – est dirigé par l’Organisation de la coopération islamique (OCI), un bloc de 57 pays musulmans. Basée en Arabie saoudite, l’OCI a longtemps fait pression sur l’Union européenne et les États-Unis pour imposer des limites à la liberté de parole et d’expression sur l’Islam.
– L’Union européenne a proposé d’accueillir la prochaine réunion du Processus dit d’Istanbul, une tentative agressive des pays musulmans de faire de la critique de l’islam un crime international.
– L’annonce intervient moins d’un mois après que les États-Unis aient organisé leur propre Conférence du Processus d’Istanbul à Washington. L’OCI s’est effectivement déplacé chez les démocrates pour faire adopter leur projet liberticide. Nous avons été le seul média français à en parler dans notre numéro de janvier.

Déjà l’OCI a obtenu du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies (CDH) la Résolution 16/18 qui appelle tous les pays à lutter contre « l‘intolérance, les stéréotypes négatifs et la stigmatisation de. la religion et de la croyance ».

Lu sur le site de Vérité Valeur et Démocratie:

« Ceci ne sera pas seulement une conférence ! mais aussi le point de départ d’une action concrète visant à défendre la Liberté d’Expression aujourd’hui menacée dans toute l’Europe. Venez nombreux ! « 

Café du Pont Neuf – 14 Quai du Louvre 75001 Paris- 18h

Étiquettes : , ,