Archive for avril 15th, 2012

avril 15, 2012

Tel Aviv, 5e ville abritant le plus de start-up au monde

Malgré le handicap de sa taille, Tel Aviv reste néanmoins l’un des leaders en matière de start-up et s’annonce comme une ville clé du développement mondial.

Selon le projet Startup Genome, qui cartographie les clusters les plus importants au monde, Tel Aviv en cinquième position, se place devant Los Angeles et Bangalore en terme de nombre de start-ups. 1. Silicon Valley, 2. New York, 3. Londres, 4. Toronto, 5. Tel Aviv. Paris figure à la 11ème place.

Israël occupe la 5ème place dans la liste internationale des écosystèmes de start-ups, selon une étude effectuée dans le cadre du projet Startup Genome, réalisé par les entrepreneurs Bjoern Herrmann, Max Marmer et Ertan Dogrultan. En première place se positionne sans grande surprise la Silicon Valley et notamment les villes de Palo Alto, San Francisco, San Jose, et Oakland. En deuxième position se situe la mégalopole de New York qui devance les villes de Londres et Toronto, respectivement, en 3ème et 4ème position. Tel Aviv arrache donc la 5ème place à Los Angeles et à l’indienne Bangalore, devançant des villes comme Singapour en 7ème place ou Moscou, qui occupe la 10ème position. […]


Selon cette étude, le succès d’une start-up est dépendant des critères suivants : les décisions prises quant à l’élaboration du produit proposé (construction de prototypes, tests sur les premiers clients), le caractère satisfaisant du produit, le recrutement d’employés, l’élaboration du modèle d’entreprise, et l’investissement dans le marketing et les ventes.

Malgré le handicap de sa taille, Tel Aviv reste néanmoins l’un des leaders en matière de start-up et s’annonce comme une ville clé du développement mondial.

Lionel Yrhi

Publicités
Étiquettes : ,
avril 15, 2012

Ces Juifs dont l’Amérique ne voulait pas (1945-1950) 2/2

 by Olivier YPSILANTIS

 

Deuxième partie. Les États-Unis cherchent une solution, 1945-1950.

 

Truman et la responsabilité américaine (1945-1948)

 

Parmi les lourdes tâches incombant au successeur de Theodor F. Roosevelt, il y a celle de régler la question des réfugiés et des déplacés d’Europe. Le 22 décembre 1945, Harry Truman établit une directive qui porte son nom dans laquelle il indique que tout doit être fait au plus vite pour permettre aux DP l’émigration vers les États-Unis. Et il s’empresse de rassurer le Congrès : sa démarche s’inscrit dans la politique d’immigration régie par la loi des Quotas de 1924. Il aimerait faire plus mais il lui faut ménager un Congrès réticent. La loi des Quotas de 1921 limitait l’immigration d’Europe de l’Est et du Sud, en réaction à l’arrivée massive d’immigrants en provenance de ces zones. La loi des Quotas de 1924 est plus sévère puisqu’elle limite le nombre d’immigrants ayant une nationalité donnée à 2% de la population de cette nationalité présente sur le territoire États-Unis en 1890, soit une diminution de 1 % par rapport à la loi de 1921 ; l’année de référence 1890 (et non plus 1910) est implicitement destinée à favoriser l’immigration anglo-saxonne. Ce système est dénoncé par des journalistes à la fin des années 1940 comme étant en contradiction avec l’idéal démocratique. Considérant la catastrophe humanitaire en Europe et la rigidité du système des Quotas (qui, redisons-le, favorise l’immigration anglo-saxonne), une législation spéciale s’avère nécessaire. Le 22 décembre 1945, Harry Truman établit donc la Directive by the President on Immigration to the United States of certain Displaced Persons and Refugees in Europe.

 

Harry Truman (1884-1972), trente-troisième président des États-Unis (avril 1945 – janvier 1953)

 

La plupart des DP viennent d’Europe centrale et orientale ainsi que des Balkans. En se basant sur la loi des Quotas de 1924, 3 900 visas peuvent être accordés chaque mois aux immigrants originaires de ces pays. Or, pendant les années de guerre, 10 % seulement de ces quotas ont été utilisés. C’est pourquoi Harry Truman demande au Congrès de faire appliquer plus efficacement la législation en vigueur. Par ailleurs, il prend soin de rassurer le contribuable : les organismes humanitaires, et si possible les familles qui ont un lien avec les immigrants, devront subvenir aux besoins de ces derniers jusqu’à ce qu’ils soient indépendants. Et pour ne pas heurter de front un Congrès plutôt hostile, la délivrance des visas se fera dans les consulats des zones américaines d’occupation, tant en Allemagne qu’en Autriche.

 

La directive du 22 décembre 1945 est précise et son ton est ferme. Elle s’adresse à toute la chaîne des responsables qui doivent choisir au mieux et au plus vite les candidats à l’immigration. Cette directive tient compte des recommandations d’Earl Harrison. Harry Truman met sur pied un comité chargé de prendre des mesures concrètes. Quatre de ses membres se rendent en Europe. L’un d’eux, Ugo Carusi, note les difficultés de l’entreprise. Il faut affronter l’impatience et l’irascibilité des DP ; et il n’existe pas de définition précise du DP. L’état-major allié n’a pas envisagé toute la complexité du problème. Par exemple, faut-il accepter les réfugiés passés en zone américaine suite aux violences antisémites dans la Pologne de l’après-guerre ? Faut-il accepter ceux qui fuient les territoires sous contrôle soviétique ? Le risque est grand de récupérer d’anciens collaborateurs des nazis ou des Volksdeutsche. Précisons que le nombre de Juifs présents dans la zone américaine d’occupation s’élève alors à 40 000 dont 4 500 Juifs allemands. La Directive by the President on Immigration to the United States of certain Displaced Persons and Refugees in Europe est placardée dans les quatre-vingt-dix-sept camps de la zone d’occupation américaine. A partir du 1er mars 1946, des consulats américains sont ouverts à Berlin, Frankfurt am Main, Müchen, Bremen, Hamburg et Stuttgart. Peuvent se considérer comme DP les personnes qui se trouvaient dans cette zone avant le 22 décembre 1945.

 

Dans la circulaire du 27 février 1946, la notion de DP s’est précisée avec les cinq catégories suivantes. Ont le statut de DP : les déportés du travail, ceux qui ont fui l’Allemagne nazie et les régimes apparentés, les déportés politiques, les déportés raciaux, les civils victimes de déplacements lors des mouvements de l’armée allemande et, enfin, tous ceux qui s’opposent au rapatriement vers leur pays d’origine. Les proches des DP ainsi définis peuvent également bénéficier de la possibilité d’émigrer et l’on constate que cette circulaire favorise notablement cette possibilité. Par ailleurs, Harry Truman donne toute latitude aux organisations humanitaires pour qu’elles délivrent des garanties financières globales (corporate affidavits). Ceux qui ont de la famille aux États-Unis peuvent quant à eux bénéficier de garants financiers individuels. Précisons que parmi les DP accueillis, le nombre de Juifs est proportionnellement élevé en raison de la priorité accordée à ceux qui ont le plus souffert. Le 1er juillet 1948, lorsque la délivrance des visas touche à sa fin, 35 515 visas ont été délivrés, dont 28 000 à des Juifs. Harry Truman espérait mieux, soit 39 000 visas par an.

 

A la veille de la Deuxième Guerre mondiale, Harry Truman est l’un des rares sénateurs américains à condamner le peu de cas fait de la déclaration de Lord Balfour par la puissance mandataire. En avril 1943, comprenant ce que signifie ‟Solution finale”, il insiste pour qu’une terre d’asile soit accordée aux Juifs, la Palestine en l’occurrence. Lorsqu’il devient président des États-Unis, il prend la mesure de l’hostilité de Clement Attlee à toute implantation juive en Palestine. Il doit par ailleurs compter avec la politique de compromis héritée de Franklin D. Roosevelt : chaque promesse faite aux sionistes doit être suivie d’un message rassurant adressé aux Arabes, les fournisseurs en pétrole… Dans une lettre du 31 août 1945, Harry Truman demande à Clement Attlee l’attribution rapide de 100 000 certificats d’immigration pour la Palestine. Mais les Britanniques traînent des pieds. Bref, un an après la fin de la guerre en Europe, les camps de DP ne se sont toujours pas vidés. Leur population a même augmenté avec les réfugiés qui fuient le communisme et les Juifs qui fuient les pogroms de Pologne. Avant toute négociation, Clement Attlee exige que les groupes armés en Palestine soient dissouts. Le 22 juillet 1946, l’Irgoun provoque un attentat particulièrement meurtrier contre l’état-major britannique à l’hôtel ‟King David” de Jérusalem. On connaît la suite.

 

L’attentat du 22 juillet 1946 conte l’hôtel «King David». Bilan : 91 morts.

 

Les débats au Congrès (1946-1948)

 

En 1945, la Directive by the President on Immigration to the United States of certain Displaced Persons and Refugees in Europe s’adresse à des opinions peu préparées. Mais au cours des quatre années suivantes, les mentalités vont évoluer et influer sur le Congrès. Sous la présidence de Harry Truman, la question des DP va faire partie intégrante de la politique étrangère américaine. Des groupes de pression vont appuyer cette politique d’immigration, parmi lesquels le ‟Jewish Labor Committee”, le ‟American Federation of Labor” (AFL), le ‟Congress of Industrial Organization” (CIO) auxquels se joint le sénateur du Michigan, Arthur Vandenberg. En décembre 1946 est créé le ‟Citizens Committee for Displaced Persons” (CCDP) présidé par Earl Harrison et soutenu par une impressionnante liste de personnalités parmi lesquelles Eleanor Roosevelt, la veuve du président, des groupes religieux de toutes confessions, des organisations ouvrières, etc.

 

Des groupes restent hostiles à cette politique d’immigration, entre autres ‟Daughters of the American Révolution”, ‟American Legion”, la plus importante organisation d’anciens combattants, ainsi que des membres du Congrès généralement originaires du Sud des États-Unis.

 

Le sénateur William Chapman Revercomb, de la majorité républicaine (installée au Congrès en janvier 1947, après la victoire républicaine aux élections de 1946), reconnaît que quelque chose doit être fait pour les DP mais exclusivement sur le sol européen. Earl Harrison, président du CCDP, s’oppose à lui et déclare que dans le contexte de plein-emploi que connaît alors le pays, les DP ne risquent pas de prendre le travail des Américains et peuvent même contribuer à stimuler l’économie par la création d’emplois et l’augmentation de la consommation.

 

Le 1er avril 1947, William Stratton propose au Congrès l’admission de 100 000 DP par an sur une période de quatre ans, un chiffre qui représente moins de 50 % des quotas non utilisés pendant les années de guerre. L’opinion publique reste réticente. Les groupes de pression en faveur d’une augmentation des quotas doivent se faire plus convaincants : ils dénoncent, par exemple, l’amalgame DP = Juif = communiste. Ce préjugé remontait aux années 1880-1890 au cours desquelles les Juifs originaires d’Europe orientale avaient organisé des grèves pour dénoncer les conditions de travail dans les sweat shops, avaient été à l’origine de la création de puissants syndicats et avaient été nombreux parmi les fondateurs du Communist Party USA.

 

Pourtant, malgré ses réticences, l’opinion publique est en avance sur le Congrès où la question des DP est remuée par les adversaires et les partisans de la Stratton Bill. Je passe sur les arguments des uns et des autres, en particulier sur la diatribe du 2 juillet 1947 d’Ed Gosset, représentant du Texas.

 

Sur la question des DP, il faut compter avec l’opinion publique, avec le Congrès mais aussi avec Harry Truman. La divergence est profonde entre l’exécutif et le législatif. Le Président sait qu’il ne pourra s’imposer qu’avec le soutien de l’opinion publique qui, grâce à l’action soutenue des groupes de pression et de la presse, se montre toujours plus sensible au sort des DP. Dans le contexte de la guerre froide, cette question va se trouver placée sous un nouvel éclairage, notamment avec le rapport de George Kennan, chargé d’affaires à Moscou. Ce rapport va contribuer à la doctrine du containment, une politique qui tourne le dos à l’isolationnisme.

 

La doctrine Truman est suivie du Plan Marshall puis de l’adhésion des États-Unis à l’ONU. Pour Harry Truman, une législation sur les DP pourrait être une arme supplémentaire dans la guerre froide : symbole de l’échec du communisme, les réfugiés qui fuient l’Union soviétique sont un atout idéologique pour les États-Unis. Les Juifs américains se sont organisés à l’initiative de l’‟American Council for Judaism” ; ils ont créé un lobby en faveur des DP, le ‟Citizen Committee for Displaced Persons”. Mais en favorisant l’immigration juive aux États-Unis, ceux-ci mécontentent les sionistes désireux d’attirer en Palestine le plus de Juifs possible. Opposé à la création d’un État juif, Harry Truman reste sensible à cet idéal du retour vers la ‟Terre Promise”. Il s’entoure de conseillers juifs, parmi lesquels David Niles, Max Lœwenthal et le fidèle Edward (Eddie) Jacobson. Mais Harry Truman qui souhaite un assouplissement de la législation tant américaine qu’anglaise en faveur des DP juifs doit tenir compte d’un Congrès rétif et d’une opinion publique partagée.

 

La loi de 1948 et ses clauses discriminatoires.

 

Je ne m’attarderai pas sur la tortueuse controverse et les rectificatifs qui vont aboutir à la loi du 25 juin 1948, un texte de synthèse élaboré par les délégués du Sénat et de la Chambre des Représentants : le Displaced Persons Act. Cette loi constitue dans l’histoire des États-Unis le premier programme législatif conçu pour venir en aide aux réfugiés victimes de la guerre. Bien qu’imparfaite, cette loi peut être considérée comme un pas décisif vers une politique d’immigration plus libérale. La polémique se poursuit cependant : au Congrès, certains estiment que l’assistance doit se limiter à ceux qui ont été expulsés pour cause de guerre, tandis que d’autres estiment que ce programme devrait également inclure les réfugiés de l’après-guerre qui ont fui une Europe dominée par le communisme.

 

1948 est une année d’élection présidentielle ; la controverse sur la loi du 25 juin devient un thème de campagne électorale tant chez les Républicains que chez les Démocrates. Les uns et les autres préconisent l’amendement de cette loi. Le 27 juillet, désireux de se faire réélire, Harry Truman demande à la session extraordinaire du Congrès que soient éliminées la préférence balte et la clause sur les Volksdeutsche et, de plus, que 400 000 immigrants hors quota soient admis sur une période de quatre ans. Harry Truman est réélu, les démocrates ont une majorité confortable au Congrès et l’on espère que la loi du 25 juin 1948 sera révisée.

 

Une œuvre de Clemens Kalischer (né en 1921), auteur d’une magnifique série de photographies sur l’arrivée des DP aux États-Unis entre 1947 et 1949.

 

Au cours de l’année 1949, l’idée gagne du terrain que les États-Unis ont une obligation morale envers les réfugiés. Le projet de loi Celler propose d’admettre 400 000 DP pratiquement sans restriction ; puis Emanuel Celler propose deux amendements à son projet de loi : donner le statut de DP aux 7 000 réfugiés européens de Shanghai et à 15 000 réfugiés qui fuient le communisme et se trouvent hors des zones occupées par les Alliés, en Allemagne, en Autriche et en Italie.

 

Au cours de l’année 1949, la loi Celler est méthodiquement attaquée par le sénateur Patrick Anthony McCarran et la libéralisation de cette loi est reportée à la prochaine session du Congrès. En 1950, la polémique reprend. Patrick Anthony McCarran continue d’attaquer la loi Celler et s’efforce de lui apporter des amendements, notamment en rétablissant les priorités baltes et agricoles et en incluant les Volksdeutsche parmi les DP, arguant qu’il fallait se garder de toute discrimination raciale. Mais peu à peu, ce sénateur particulièrement coriace va être poussé de côté et, le 2 juin 1950, le projet de loi définitif est rédigé. Les clauses discriminatoires de la loi de 1948 sont éliminées, la date de référence pour être admissible aux États-Unis est prorogée au 1er janvier 1949, les priorités accordées aux Baltes sont supprimées, la définition de DP telle qu’elle avait été établie par l’IRO est retenue. Des groupes de DP exclus par la loi de 1948 vont enfin être admis grâce aux amendements : parmi eux, les DP grecs et les réfugiés européens de Chine. Ainsi passe-t-on de 247 377 à 415 744 individus. La loi de 1950 retient la clause de l’hypothèse des quotas mais elle est en accord avec le principe de base de la politique d’immigration qui permet d’accepter les DP sans distinction de race, de religion ou d’origine nationale. La Chambre et le Sénat approuvent le rapport de la Commission et votent respectivement les 6 et 7 juin 1950. Le 16 juin suivant, Harry Truman approuve le projet de loi qui devient ainsi loi. La controverse au sujet des DP prend fin après quatre années d’intenses débats.

 

 http://zakhor-online.com/?p=3342

Étiquettes :
avril 15, 2012

Ces Juifs dont l’Amérique ne voulait pas (1945-1950) 1/2

by Olivier YPSILANTIS


On évoque souvent la non-assistance américaine au peuple juif au cours de la Deuxième Guerre mondiale, une question où l’animosité et le parti-pris supplantent trop souvent, me semble-t-il, la connaissance historique. L’ouvrage de Françoise Ouzan est le vecteur du présent article (en deux parties) qui en reprend le titre. J’ai décidé de présenter son livre car elle remet en quelque sorte les pendules à l’heure.

 

Françoise Ouzan est une historienne de la classe d’André Kaspi. C’est d’ailleurs ce dernier qui a préfacé cette belle étude. Je me permets à ce propos de citer des extraits de cette préface qui définit parfaitement le cadre et la tonalité du travail de cette historienne : ‟La guerre n’a pas pris fin en Europe le 8 mai 1945. La tragédie des années noires fait encore des victimes bien après que les armes se sont tues. Et ces victimes ont pour nom les personnes déplacées. L’expression reflète la pudeur, peut-être même la dissimulation (…) Les DP juifs, suivant le sigle anglophone (Displaced Persons) qu’on utilise alors, ont tout particulièrement souffert. Ils constituent l’infime poignée d’hommes, de femmes et d’enfants qui ont survécu à ‟la solution finale” (…) Ils n’ont aucune raison contraignante de retourner en Pologne, en Roumanie, en Hongrie ou en Union soviétique. S’ils y sont nés, s’ils y ont vécu, ils ont là-bas traversé de dures épreuves et subi l’antisémitisme quotidien, incessant, violent (…) Alors, les DP songent tout naturellement à une terre d’accueil. La Palestine sera sans doute la Terre Promise, mais les Britanniques n’ouvrent pas les portes. Tout au contraire. Pour éviter les conséquences d’une forte immigration juive, ils préfèrent arraisonner les navires qui transportent vers Haïfa les survivants de la Shoah. Ce qu’ils avaient décidé en 1939, avant que les nazis ne réalisent leurs plans d’extermination, ils continuent de l’appliquer, six ou sept ans plus tard, alors que l’on sait tout ou presque des horreurs d’Auschwitz, de Treblinka ou de Maïdanek. Reste l’Amérique. Un pays puissant, riche, mythique, mais inaccessible. Car, depuis 1924, la loi des Quotas restreint l’immigration. L’admission se fait au compte-gouttes. Les États-Unis ont peur des pauvres de l’Europe, des esprits subversifs, des espions. Leur politique n’a pas été élaborée pour écarter les Juifs. Elle visait en même temps les catholiques, les Méditerranéens, les Européens de l’Est et du Centre, les immigrants jugés inassimilables, donc indésirables. Elle ne contribue pas moins à aggraver la condition des persécutés. Au cours des années trente, malgré la nazification de l’Allemagne, de l’Autriche et d’une partie de l’Europe centrale, la loi ne change pas. Pendant le conflit mondial non plus, et, aurait-elle subi des inflexions, qui pouvait sortir de l’enfer après 1941 et combien auraient eu les moyens d’en tirer parti ? En revanche, la paix revenue, l’Amérique cessera, croit-on, de rejeter les malheureux de l’Ancien Monde.”

 

Bergen Belsen, avant d’émigrer en Palestine, mars 1947.

 

André Kaspi termine sa préface en signalant que chemin faisant le lecteur découvre que les DP ont été ‟la bête noire” de l’état-major allié, qu’ils ont suscité une formidable controverse au sein de l’armée et de la nation, qu’en attendant d’être fixés sur leur sort, ils ont été parqués, pis encore, internés dans des camps, comme si la guerre n’était pas achevée, qu’ils ont dû passer devant des ‟missions de sélection”, eux qui avaient échappé de peu aux ‟sélections” des centres de mise à mort ; et ce n’est qu’après toutes ces épreuves que l’Amérique a décidé d’entrouvrir ses portes.

 

Françoise Ouzan appartient comme André Kaspi à la famille de ces historiens qui allient non seulement rigueur et clarté mais aussi des qualités humaines et une émotion contenue, à mille lieues de l’émotion tonitruante qui sert généralement de paravent à l’incompétence, lorsqu’elle n’est pas tout bonnement au service de présupposés ou d’une propagande.

 

Première partie. Un internement prolongé en Europe, 1945-1948.

 

La Libération et la mise en accusation des militaires.

 

Après la fin de la guerre, Les DP sont de seize à dix-huit millions en Europe et ils constituent un groupe fort hétérogène. La présente étude se limite aux ‟non rapatriables”, ceux qui posent problème aux armées alliées, soit un million de personnes. Parmi eux, 20 % de Juifs. Des rescapés juifs des KZ cherchent à regagner la Pologne mais les pogroms de 1946 (dont celui de Kielce) vont contraindre 200 000 d’entre eux à rejoindre les camps de DP dans la zone américaine, en Allemagne. Les Juifs allemands et autrichiens réfugiés à Shanghai dans les années 1930 vont quant à eux se retrouver menacés par la guerre civile chinoise. Eux aussi bénéficieront du statut de Displaced Persons.

 

L’hétérogénéité des DP conduira à des interprétations diverses de ce statut : la Directive Truman du 22 décembre 1945, la loi de 1948 et sa version amendée en 1950, une législation qui accorde le statut de DP aux réfugiés anticommunistes. Sous la pression de l’UNRRA, une organisation internationale d’assistance, la question des DP préoccupe toujours plus. Le président Truman demande à Earl G. Harrison une enquête sur les conditions de vie des DP en Europe. Le 24 août 1945, ce rapport lui est remis ainsi qu’au général Eisenhower qui se rendra en Europe pour visiter des camps de DP afin de rédiger son propre rapport au président, un rapport qui répondra point par point à celui d’Earl G. Harrison.

 

Le rapport d’Earl G. Harrison publié le 10 juin 1945 produit à Washington l’effet d’une bombe. Il décrit des conditions de vie révoltante et l’absence de tout effort pour regrouper les familles. Earl G. Harrison écrit : ‟Bien qu’ils sachent qu’ils n’ont plus à redouter les chambres à gaz, la torture et d’autres formes de mort violente, ils (les DP juifs) ne constatent que peu de changements.” Et l’auteur de ce rapport insiste sur la nécessité de reconnaître la spécificité du sort des Juifs. A cet effet, il préconise leur regroupement et, pour leur plus grand bien, leur émigration vers la ‟Terre promise”. Il recommande une modification du Livre Blanc de 1939 afin d’augmenter l’émigration juive vers la Palestine, et il cite le Dr Hugh Dalton.

 

Le général Eisenhower est alerté par un courrier du 4 août 1945 émanant du ministère de la Guerre et prend un certains nombre de mesures destinées à améliorer le statut et les conditions de vie des DP. Il crée un bureau chargé de rechercher les survivants et d’aider à réunir les familles. Il promet d’inspecter les camps de DP juifs. A l’automne 1945, ses directives commencent à montrer leurs effets. Des camps séparés sont aménagés, des Juifs sont logés dans des appartements et parfois des hôtels. Eisenhower envoie un rapport au président Truman en signalant les immenses difficultés auxquelles l’armée des États-Unis a dû faire face et le ‟travail admirable et presque incroyable accompli.” Il laisse entendre que le rapport de Earl G. Harrison est bien sévère et qu’il n’a pas pris en considération ces difficultés. Eisenhower ne se satisfait pas pour autant de la situation et s’efforce de l’améliorer.

 

Les subalternes d’Eisenhower ne vont pas tous faire preuve de zèle ; ainsi le général Patton, un antisémite qui, à en croire son biographe Martin Blumenson, était un fervent lecteur des ‟Protocoles des Sages de Sion”. Le colonel John Cunningham estime quant à lui que les DP juifs n’ont pas à bénéficier d’un traitement de faveur ou à vouloir émigrer en Palestine.

 

Truman a utilisé le rapport Harrison pour faire pression dans plusieurs directions, en particulier pour inciter les Anglais à autoriser l’émigration juive en Palestine, selon la promesse de la Déclaration Balfour. La question des DP finit par passionner journalistes, chercheurs de l’UNESCO, psychiatres.

 

La tragédie des personnes déplacées.

 

Les camps présentent des caractéristiques communes : surpeuplement, promiscuité, mauvaises conditions sanitaires. L’un des témoignages les plus documentés sur les camps de DP en Allemagne et en Autriche est celui d’Earl G. Harrison rédigé en décembre 1945 pour le ‟Survey Graphic” : dans le camp de Bergen-Belsen s’entassent 14 000 DP dont la moitié sont juifs.

 

Eisenhower fait une nette distinction entre ‟personnes déplacées ordinaires” et ‟persécutés religieux et politiques” mais de nombreux chefs de centres ne s’embarrassent pas de ce genre de distinction. Le comportement de l’armée américaine diffère d’une zone à une autre. Il est particulièrement mauvais dans la zone sud occupée par la Troisième Armée du général Patton. Par ailleurs, de nombreux ex-collaborateurs des nazis sont signalés parmi les DP. Dudley Ward, de l’UNRRA, demande un screening (criblage) mais l’armée, déjà fort occupée, ne répond pas à cette demande qui est renouvelée par Herbert Lehman, directeur de l’UNRRA. Parmi les DP soupçonnés d’avoir collaboré, les Baltes et les Ukrainiens. La question de la collaboration est particulièrement complexe ; il n’en reste pas moins que les nazis ont trouvé parmi ces derniers de nombreux volontaires pour les aider dans leur entreprise d’extermination.

 

Le camp modèle juif de Zeilsheim (près de Frankfurt am Main) mériterait un long article. Ci-joint, un riche lien où des photographies de ce camp peuvent être consultées :

http://history1900s.about.com/library/holocaust/blpdpzeilsheim.htm

 

Dans le Bergen-Belsen DP camp (le plus vaste camp de DP d’Allemagne) s’ébauchent les structures communautaires de l’État d’Israël. Ci-joint, un lien sur ce camp mis en ligne par The United States Holocaust Memorial Museum, Washington, D.C. :

http://www.ushmm.org/wlc/en/article.php?ModuleId=10007066

 

Parmi les DP, des enfants : les rescapés des KZ, les membres de groupes de partisans, ceux qui ont été cachés sous une fausse identité, les déportés pour le travail forcé, ceux qui ont fui les pogroms de 1945 et 1946 en Pologne. Nombre de ces enfants sont juifs. Les chiffres sont effrayants. Je n’en retiendrai que deux : à la fin de la guerre, en Pologne, plus de 400 000 enfants sont orphelins de père et de mère et, selon la Croix Rouge internationale, à cette même époque, pas moins de 13 000 000 d’enfants ont perdu leurs protecteurs naturels.

 

Pas de Libération sans émigration.

 

Dans son témoignage, le général Lucius D. Clay insiste sur la monotonie de la vie dans les camps de DP, sur le caractère sordide de certains de ces camps, sur l’angoisse qui s’installe alors que la permission d’émigrer tarde à venir. Par ailleurs, il prend note des capacités d’adaptation des DP juifs. Le Dr. Murphy estime que la structure paternaliste du camp est nécessaire jusqu’à un certain point au-delà duquel elle devient un obstacle. Le camp ne favorise pas le sens des responsabilités, à moins que ne s’y développe une structure comparable à celle du kibboutz, comme dans le camp de DP de Bergen-Belsen. Le psychologue Edward Bakis note que la promesse d’émigration agit comme un remède. Chercher à émigrer reste la principale préoccupation des DP. Le témoignage de Simon Wiesenthal dans ‟Les assassins sont parmi nous” (coauteur Joseph Weschberg) corrobore les enquêtes menées dans les camps de DP.

 

Des émissaires juifs venus de Palestine organisent l’émigration depuis les camps de DP ; mais les Britanniques désireux de ménager les Arabes limitent l’immigration jusqu’en mai 1948 en appliquant la politique définie par le White Paper (1939). Conseillé par Henry Morgenthau Junior, le président Truman envoie une lettre au Premier ministre britannique, Clement Attlee. Il demande que 100 000 visas supplémentaires soient accordés aux Juifs désireux d’émigrer en Palestine. Clement Attlee tergiverse, embarrassé. Il finit par suggérer que deux camps en Afrique du Nord (Philippeville et Felada) servent à en accueillir une partie. Harry S. Truman est outré par les mesures de sélection auxquelles sont soumis les DP Juifs candidats à l’émigration. Au cours de ces sélections, les ‟non-productifs” sont systématiquement rejetés, parmi eux : les couples âgés, les parents à charge et les filles-mères.

 

Dès la venue d’Hitler au pouvoir en 1933, des Juifs avaient tenté de se réfugier en Palestine. Mais les Britanniques veillaient impitoyablement et peu arrivaient à destination. Des centaines périrent noyés. Sous la direction de la Haganah, une organisation du nom de ‟Beriha” (la fuite) guidait les DP des camps vers des points d’embarquement. Le Mossad prit le relai pour assurer les traversées ; il reçut l’appui de Grecs désireux de faire la nique aux Britanniques et qui mirent à sa disposition de nombreuses embarcations. Grâce à Yehuda Arazi, agent du Mossad, l’épisode du ‟Fede” connaîtra une fin heureuse, contrairement à l’‟Exodus”, un drame qui incitera de nombreux Juifs modérés de Palestine à soutenir l’Irgoun. En novembre 1947, lorsque la partition de la Palestine est adoptée par les Nations-Unies, les Britanniques annoncent qu’ils renonceront à leur mandat en mai 1948. Fin 1947, les Britanniques ont déjà arrêté et interné 51 000 Juifs dans les camps d’Atlith (au sud de Haïfa) et de Chypre. De 1945 à la création de l’État d’Israël, la Haganah et ses agents du Mossad ont affrété soixante-cinq bateaux dont la plupart ont été interceptés. Malgré tout, cent quinze mille immigrants ont pu débarquer en Palestine.

 

Un petit DP pris en charge par l’UNRRA (United Nation Relief and Rehabilitation Administration)

(à suivre)

http://zakhor-online.com/?p=3328

Étiquettes : ,
avril 15, 2012

Gros mensonge palestinien: la Flyflotilla est composée d' »Européens moyens et normaux »

La semaine dernière les organisateurs de la campagne ‘Airflotilla 2′ (‘Bienvenue en Palestine’) ont tenu une conférence de presse à Bethléem à laquelle a pris part le maire de la ville, Victor Batarseh, et l’organisateur du ‘projet’ Mazin Qumsiyeh. Mazin Qumsiyeh, qui dirige l’ONG Palestine Justice Network, a déclaré:

« Ce ne sont pas des hooligans. Les gens qui viennent sont des Européens normaux et ordinaires qui veulent se renseigner et rendre visite aux personnes qui vivent sous l’occupation ».

Au cas où l’on aurait des doutes on est fixé maintenant. Les grands instigateurs de l’opération sont des ONG européennes. Ca c’est vrai.

Mais, bien sûr, comme d’habitude on tord les faits à son avantage. L’Européen moyen et normal, contrairement à ce que prétend Qumsiyeh, ne participe à aucune espèce de flotille anti-israélienne – à la différence des membres de la Campagne de Solidarité Palestine ou de BDS (qui sont impliqués dans ‘Bienvenue en Palestine’) – et ne se rallie pas au régime iranien, qui opprime sa population et finance la terreur, en participant à la journée ‘journée mondiale d’Al-Quds’.

L’Européen moyen et normal ne manifeste pas sous la bannière d’organisations terroristes comme le Hezbollah et le Hamas qui tuent des civils sans discernement. L’Européen moyen et normal ne perturbe pas des manifestations culturelles et n’appelle pas au boycott d’un pays démocratique comme Israël afin de provoquer son démantèlement. Et il est plus que certain que l’Européen moyen et normal ne planifie pas sa propre expulsion d’autres pays en orchestrant des provocations.

Comme l’a très bien dit Ygal Palmor: « Si ces gens voulaient tout simplement se rendre à Bethléhem, ils y seraient allés et personne les aurait arrêtés. Mais ce qu’ils veulent c’est organiser des provocations à l’aéroport; ils veulent occuper Ben-Gourion ».

Source: CIF Watch (‘Airflotilla 2′ & “normal, average Europeans”)

Photo ci-dessus: des Européens moyens et normaux???

Étiquettes : , ,
avril 15, 2012

Libye: rebelles sans cause

Selon Amnistie internationale, les miliciens ont pourchassé des... (Photo: Ammar Awad, archives Reuters)

 

Selon Amnistie internationale, les miliciens ont pourchassé des dizaines de milliers de Libyens qui avaient soutenu l’ancien régime. Ils ont pillé et brûlé leurs maisons. Et ils ont exécuté des douzaines de Libyens dans leurs prisons secrètes.

(Tripoli, Libye) Ils ont pris les armes pour renverser une dictature toute-puissante. Six mois après la mort de Mouammar Kadhafi, ils ne les ont toujours pas déposées. Les Nations unies considèrent les miliciens qui imposent leurs lois comme la plus grande menace à la sécurité du pays. De héros libérateurs, ils sont devenus les plus craints – et détestés – de la nouvelle Libye.

Omar Brebesh n’était ni un militaire ni un bonze du régime de Mouammar Kadhafi. Il était diplomate, ancien attaché culturel à l’ambassade de Libye à Paris. La révolution de 2011 avait peu changé sa vie quotidienne: il avait conservé ses tâches d’avocat au sein du ministère des Affaires étrangères, sous le gouvernement transitoire de la nouvelle Libye.

Tout a basculé le 19 janvier, quand des miliciens originaires de la ville de Zenten l’ont convoqué pour un interrogatoire à leur base de Tripoli. Il s’y est rendu sans contrainte. Sans comprendre ce qu’on lui voulait. Sans se douter, non plus, de l’horrible sort qui l’attendait.

Omar Brebesh n’est pas rentré chez lui ce soir-là. Le lendemain, sa famille a appris qu’il avait été amené à Zenten pour terminer l’enquête. Elle a trouvé son corps à l’hôpital de la ville. L’homme de 62 ans avait été torturé à mort.

 

«Son crâne, son nez et ses côtes étaient fracturés. Des ongles d’orteils et de doigts avaient été arrachés. Il avait des signes de brûlures et des ecchymoses partout sur le corps. Et voilà, il était mort. Tout s’est passé si vite», se désole son fils Bashir, encore partagé entre le choc, la douleur et la colère.

Omar Brebesh a été victime de ce qui est devenu le pire fléau de la Libye postrévolutionnaire: la myriade de milices armées qui font la loi – leur loi – dans la rue, au moment même où les autorités peinent à reconstruire de nouvelles institutions après 42 ans de dictature.

Les Nations unies considèrent ces miliciens comme la plus grande menace à la sécurité du pays. Ils sont impliqués dans des combats, des pillages et des règlements de comptes. De héros libérateurs, ils sont devenus les plus craints et les plus détestés de la nouvelle Libye.

Les milices font peur

Avant la révolution, Mokhtar Al-Akhdar travaillait pour un bureau de tourisme de Zenten. Au volant d’un véhicule tout-terrain, il conduisait des étrangers dans des virées exotiques au coeur du Sahara.

Aujourd’hui, il contrôle l’aéroport international de Tripoli, à la tête d’une puissante milice de plus d’un millier de combattants.

En février 2011, Zenten a été l’une des premières villes libérées de Libye. Appuyés par l’OTAN et par d’autres rebelles, ses combattants ont progressé jusqu’à la capitale.

En août, Mokhtar al-Akhdar et ses hommes ont pris l’aéroport de Tripoli. «Il nous a fallu quatre jours. La bataille a été très dure. Nous avons perdu 30 combattants», raconte le milicien, rencontré dans un luxueux salon de l’aéroport, autrefois réservé aux membres du clan Kadhafi.

Après la bataille, les combattants de Zenten se sont installés indéfiniment. Ils ont sécurisé un rayon de 15 kilomètres autour de l’aéroport, afin de protéger les appareils d’une attaque de missiles antiaériens – ce dont on trouve à profusion en Libye depuis la guerre.

Les nouvelles autorités négocient péniblement pour reprendre le contrôle de l’aéroport. «Quand Tripoli a été libéré, nous n’avions pas de force de police, pas d’armée, alors nous dépendions de ces combattants pour assurer la sécurité», explique Mustafa Abushagur, vice-premier ministre de Libye.

«Aujourd’hui, nous voulons qu’ils passent le flambeau à des employés civils. Ils refusent. Mais il n’est pas question pour nous d’utiliser la force pour les déloger. Ils sont des nôtres.»

Peut-être, mais les miliciens ne cachent pas leur amertume envers le peu de reconnaissance des autorités. «Le gouvernement affirme que nous sommes des bandits qui ne veulent plus quitter Tripoli. Mais il est trop faible pour prendre la relève!», peste Mokhtar al-Akhdar.

Si les rebelles lèvent le camp, prédit-il, la capitale sombrera dans le chaos.

Ils occupent des immeubles gouvernementaux, surveillent des banques, érigent des points de 0contrôle sur les routes. Ils gèrent aussi des prisons, où s’entassent des milliers de Libyens, sans la moindre forme d’accès à la justice.

Ils se voient comme les gardiens de la révolution. Sans eux, disent-ils, les loyalistes de l’ancien régime reviendront en force.

Mais les Tripolitains en ont assez. Ils craignent de plus en plus ces jeunes gens qui patrouillent dans leur ville, armés de kalachnikovs. Chaque soir, des coups de feu retentissent dans la capitale. Le nombre d’enlèvements et de violences entre milices rivales ne cesse d’augmenter.

Le gouvernement tente de convaincre les miliciens de rendre les armes et de se joindre à l’armée nationale. Mais plusieurs refusent de combattre aux côtés de leurs ennemis d’hier.

Ils ont souffert de la répression. Ils ont vu leurs frères d’armes mourir lors du soulèvement. Et ils veulent leur revanche.

Selon Amnistie internationale, les miliciens ont pourchassé des dizaines de milliers de Libyens qui avaient soutenu l’ancien régime. Ils ont pillé et brûlé leurs maisons. Et ils ont exécuté des douzaines de Libyens dans leurs prisons secrètes.

Une monnaie d’échange

Zenten est une petite ville de 35 000 habitants aux rues poussiéreuses, perchée dans les montagnes du sud de la capitale. Mais le rôle joué par ses rebelles dans la chute de Tripoli lui a donné une importance démesurée dans les affaires politiques de la nouvelle Libye.

C’est à Zenten que Saif al-Islam attend son destin. Le plus célèbre fils Kadhafi a été capturé en plein désert par une milice de la ville, le 19 novembre. Depuis, il est détenu dans un lieu secret.

La Cour pénale internationale exige le transfert de Saif al-Islam à La Haye, afin de le juger pour crimes de guerre. Mais Tripoli n’est même pas capable de récupérer le fils Kadhafi des mains des rebelles de Zenten.

Ces derniers refusent de le transférer dans la capitale, sous prétexte qu’il risquerait d’y subir le même sort que son père.

Bashir Brebesh n’y croit pas. Saif al-Islam, tout comme l’aéroport de Tripoli, est utilisé comme monnaie d’échange auprès du gouvernement. Trois jours après la capture du fils Kadhafi, un commandant militaire de Zenten, Osama Al-Juwali, a été nommé ministre de la Défense, rappelle-t-il.

«Ça n’a rien à voir avec la sécurité. L’objectif, c’est de faire des gains politiques, de contrôler les centres vitaux du pays et, au bout du compte, de faire de l’argent. Ces gens utilisent le paravent de la révolution pour arriver à leurs fins. Ils sont de Zenten, alors on n’a pas le droit de les critiquer.»

Les miliciens qui ont torturé son père ont aussi utilisé le paravent de la révolution pour commettre leur crime. «Ils ont dit qu’il était un partisan de Kadhafi, mais en réalité, je crois qu’ils voulaient voler ses deux voitures.»

«Ces criminels n’étaient pas des combattants, se défend Mokhtar al-Akhdar. Le moment venu, ils feront face à la justice.»

L’excuse est trop facile, rétorque Bashir Brebesh. «Ils savent à propos des vols, des enlèvements, des violations des droits de la personne. Ils savent et ils ne font rien. Ça fait plus d’un an que ça dure. Il est temps qu’ils rentrent à Zenten.»

L’enjeu est crucial. La capacité des nouveaux dirigeants à désarmer les milices décidera de l’avenir de la Libye. «Il y a des tensions tribales, et tant de gens qui ont soif de revanche. Armé, un seul homme en colère peut faire un massacre. Tout peut s’effondrer à tout moment.»

Quand le peuple libyen s’est soulevé contre la dictature, Omar Brebesh et sa famille étaient heureux. Ils sont descendus dans la rue pour agiter le drapeau de la nouvelle Libye avec enthousiasme.

Un an plus tard, les espoirs de sa famille ont été anéantis. «Kadhafi était un homme mauvais, cela ne fait aucun doute, dit Bashir Brebesh. C’était un oppresseur qui a commis de nombreux crimes contre son peuple. Mais ce qui arrivera après lui… cela pourrait être pire.»

http://marie-masson-gaechter.over-blog.com/article-libye-rebelles-sans-cause-103421407.html

Isabelle Hachey
La Presse

Photo: Ammar Awad, archives Reuters

 

 

Étiquettes : , ,
avril 15, 2012

[Vidéo] Portrait de Youssef Al Qardawi “la ruse et le sabre”

Par Melba

Youssef Al Qardawi était présenté par les musulmans, comme un prêcheur modéré, moderne, prônant le rapprochement avec l’Occident.

Aussi, quand ce leader spirituel des Frère musulmans a été interdit sur le territoire français par le Premier ministre (lire), alors qu’il était invité par les responsables de l’UOIF, ces derniers nous ont joué l’Innocence tombée des nues.

Voici donc le portrait de celui qui, de l’avis même des musulmans de France, représente un “islam modéré”. “


Signalé par Childebrand.

Merci de faire circuler cette vidéo.

Étiquettes :
avril 15, 2012

Un terroriste en possession de sept engins explosifs arrêté dans la vallée du Jourdain

par Tsahal – Armée de Défense d’Israël

Un terroriste arrêté en possession d'engins explosifsDes soldats de la police militaire a arrêté un terroriste en possession d’engins explosifs, de couteaux et de munitions au point de passage de Beka’ot en Judée-Samarie, où de nombreuses tentatives d’attentats ont déjà été déjouées à la dernière minute par le passé.

 

L’homme en question fait actuellement l’objet d’une enquête par les services de sécurité.

Il y a trois mois, une attaque terroriste avait été déjouée à ce même point de passage. Des soldats avaient ouvert le feu sur un terroriste qui, armé d’explosifs, était sur le point d’effectuer un attentat.

Le même mois, les soldats israéliens stationnés au point de passage de Beka’ot avaient ouvert le feu sur un suspect qui s’apprêtait les poignarder.

L’an dernier, des dizaines d’attentats et d’attaques au poignard ont été évitées à ce point de passage.

 

http://blogtsahal.wordpress.com/2012/04/11/un-terroriste-en-possession-de-sept-engins-explosifs-arrete-dans-la-vallee-du-jourdain/

Étiquettes : , , ,