Bien que propulsé dans la campagne présidentielle française, l’islam ne fait pas oublier les Chrétiens d’Orient

Halte à l’exploitation abusive et erronée de l’anniversaire du 13 avril 1975 et la guerre du Liban

 par Dario S. (Rome)

A l’approche des élections présidentielles françaises, l’islam s’est imposé dans la campagne à la faveur des tueries de Toulouse et Montauban et du « Printemps arabe ». Mais le 13 avril, date anniversaire du déclenchement des guerres au et sur le Liban, le sort des Chrétiens d’Orient garde discrètement toute sa place dans la campagne française, avec le risque d’une mauvaise exploitation par l’extrême droite, l’alliée de circonstance des bourreaux de Syrie.

 

Des sources libanaises à Paris, très actives dans la sphère politique française, estiment que « malgré la résurgence de la question de l’islam en France, et sa propulsion au devant de la scène médiatique durant la campagne électorale, le sort du Liban et des Chrétiens d’Orient préoccupe la classe politique française ». Nos sources regrettent cependant que « ce dossier, particulièrement délicat et stratégique pour l’Occident, soit traité très timidement ». Il faut reconnaître que l’électeur français a d’autres préoccupations urgentes d’ordre social et économique, et est lassé par les crises extérieures, comme celle qui a secoué la Grèce, ébranlé l’Italie ou menacé l’Espagne et le Portugal, ou encore le Printemps arabes et le risque d’islamisation des pays du sud de la Méditerranée.

Or, à juste titre, cette islamisation en Afrique du Nord et au Moyen-Orient ne date pas d’hier. Combien d’hommes politiques français avaient-ils tiré la sonnette d’alarme, dans les années 1980, en insistant sur le risque de perdre la partie en abandonnant les Chrétiens libanais face à l’hégémonie syrienne ? Ne lisait-on pas, un peu partout, des élus français avertir qu’« après eux notre tour viendra ? »

L’ironie du sort est que durant les premières années de la guerre du Liban, dont le pays commémore le 37ème anniversaire ce 13 avril, c’est essentiellement l’extrême droite, française et européenne, qui s’était mobilisée pour soutenir le dernier bastion de la Chrétienté en Orient, « qualifié alors de la dernière ligne de défense de l’Occident ». La droite parlementaire, l’ancêtre de l’UMP, s’était elle aussi mobilisée sous la présidence de François Mitterrand, contre le génocide des Chrétiens libanais, les Socialistes ayant alors été très complaisants avec Hafez Al-Assad et les Palestiniens de Yasser Arafat. Ils ont été dignement remerciés par une multitude d’attentats, au Liban et en France, par des prises d’otages, et enfin, par la perte de l’infulence française dans la région.

Tirant les leçons de ces expériences, les Franco-Libanais sont en majorité engagés dans la campagne du président sortant, Nicolas Sarkozy. Ils avouent craindre « une exploitation erronée et abusive de cette question par l’extrême droite », regrettant que « des proches de Marine Le Pen soutiennent Bachar Al-Assad au nom de la lutte commune contre l’extrémisme islamiste » et qu’« ils n’aient pas encore compris que le régime syrien, comme les autres dictatures déchues (Egypte, Tunisie…), ont merveilleusement cultivé la peur des radicaux pour justifier la répression et se maintenir au pouvoir. Or, cette répression durant des décennies n’a fait que renforcer les radicaux, notamment leurs dirigeants réfugiés en Europe. Ce phénomène a entre autre enfanté Mohamed Merah… » Les Franco-Libanais, et beaucoup d’autres électeurs, redoutent aussi qu’« une victoire de François Hollande n’engage la France dans un processus de normalisation avec le danger, en caressant la bête dans le sens du poil. Or, un tel comportement, comme l’avait fait François Mitterrand, ne fait qu’accroître la menace ».

C’est dans ce climat qu’un chant diffusé sur Youtube en 2008 a refait surface. Il circule particulièrement parmi les Chrétiens libanais en France, mais également parmi tous les Français qui demeurent convaincus que leur avenir se joue aussi en dehors de leurs frontières, et notamment en Orient Chrétien. Cependant, un interlocuteur franco-libanais de passage à Rome, ironise en soulignant que « le sort des Chrétiens d’Orient reste désespéré tant qu’ils se choisissent des dirigeants comme Michel Aoun, qui a profité de la France avant de se retourner contre elle et de pactiser avec son bourreau syrien, ou comme le Patriarche Béchara Raï qui ne cesse de défendre la dictature syrienne, responsable de 150.000 morts au Liban ».

Le chant qui circule sur internet a toutefois le mérite d’être écouté. Il permet au moins de « mesurer le gaspillage réalisé depuis 1975 », estiment de nombreux Franco-Libanais. Ils espèrent un sursaut à l’occasion des présidentielles, tout en mettant en garde contre l’exploitation erronée de cette question profitable à l’extrême droite.

IMG/flv/Occident_en_avant.flv

Chanson tirée de : « Chants d’Europe III » (Chœur Montjoie-Saint Denis)

Refrain : Occident, en avant, Avant qu’il ne soit trop tard. Venge les soldats tués au Drakkar Par Assad et par Ivan. Chrétienté, il est temps De secourir le Liban chrétien ; Il t’appelle depuis si longtemps Et mourra sans ton soutien.

Ils sont venus armés par les rouges, Avec des chars et de l’artillerie, De Palestine et de la mer Rouge, De Syrie pour chasser les Roumis.

Le dos à la mer ils résistent seuls, Sous les obus dans les attentats, Abandonnés par leurs frères veules, Qui n’ont que mots pour ce Golgotha.

Honneur à Stéphane Zanétacci (*), Qui des tigres rejoignit les faisceaux, Pour garder libre la Phénicie, À Beyrouth, tué à l’assaut.

(*) Stéphane Zanétacci, militant du Groupe Action Jeunesse, est l’un des premiers Français volontaires tués au Liban, en 1976. Le chant « Occident en avant » est ainsi dédié aux Français morts au Liban.

Dario S.

 

http://www.mediarabe.info/spip.php?article2166

Publicités
Étiquettes : , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :