Archive for avril 5th, 2012

avril 5, 2012

Je me pose sans arrêt la question: quel est l’avenir des Juifs de Diaspora?

« On peut donc s’attendre que l’Europe soit une terre d’élection pour l’antijudaïsme. »

Le premier devoir des Juifs, ce n’est pas, comme l’imaginait Herzl, de délivrer l’Europe des Juifs. Le premier devoir des Juifs, c’est de se délivrer de l’Europe. Non pas en l’ignorant […], mais en la connaissant complètement, telle qu’elle a été – criminelle par commission – et telle qu’elle est devenue: criminelle par omission sans limites. » (Jean-Claude Milner)

« Heureusement que nombreux sont ceux qui, parmi notre jeunesse, ont décidé qu’ils voulaient être respectés tels qu’ils sont, sans se compromettre. Ils ont compris que leur avenir est ailleurs, en Israël. Oui, en Israël! Point n’est besoin de nous reprocher notre franchise. Il n’y a personne, ici, à ménager dans l’espoir de recevoir quelque chose en retour, de se faire «bien voir». »

Editorial signé Betty Dan Faynsztein, présidente de l’Organisation sioniste de Belgique, paru dans le Fax de Jérusalem spécial Pessah Yom Haatzmaout:

«En vérité, je vous le dis…»

– 42 ans de vie communautaire, commencée en 1970 avec l’organisation de voyages en Belgique pour les grands blessés de Tsahal de la guerre d’usure!
– 42 ans de lutte contre l’antisémitisme et l’antisionisme, deux pseudo-idéologies qui se confondent et que certains, dans leur désir d’être «politiquement corrects», s’échinent à rendre distinctes!
– 42 ans de tentatives de faire respecter Israël et les Juifs de Diaspora !

Pour en arriver où ? Quelques exemples ?
– Nos enfants et petits-enfants ne peuvent plus se promener, kippa sur la tête.
– Nos enfants et petits-enfants se sont vu interdire de prendre leur moyen de transport dans certaines stations.
– Nos véhicules ne peuvent plus afficher des autocollants vantant, soit le soleil d’Israël, soit les « signes extérieurs» de fêtes juives.
– Les Haverim des mouvements de jeunesse juifs ne peuvent plus jouer dans les parcs publics.
– Des débats sereins ne peuvent plus se tenir dans le temple du Librex [Cercle du Libre Examen (Librex) de l’Université Libre de Bruxelles].

Mais, me direz-vous, tout cela n’est pas interdit.

Bien évidemment qu’aucune loi ne l’interdit! Mais nous connaissons tous les risques encourus, en cas de négligence! La terrible tragédie survenue à Toulouse nous a ramenés à une triste réalité que nous avons maintes fois connue. Souvenons-nous: rue Copernic (octobre 1980), Anvers (octobre 81), l’assassinat barbare d’Ilan Halimi (2006)… En 2004, les actes racistes et antisémites avaient atteint des niveaux « exceptionnels et inquiétants », selon le rapport annuel de la Commission nationale française consultative des droits de l’Homme (CNCDH). Puis, lorsque «cela se calme», on se dit que, ma foi, la situation n’est pas aussi grave que certains veulent le penser.

Mais moi, je me pose sans arrêt la question: quel est l’avenir des Juifs de Diaspora?

Il sera serein, à condition qu’ils deviennent dociles, s’abstiennent de faire des vagues, de rappeler le passé («on en a marre que vous reveniez sans cesse sur la Shoah!»). Qu’ils s’abstiennent d’afficher leur attachement à Israël. Israël qui se manifeste chaque fois que les Juifs de Diaspora sont attaqués. S’ils sont bien sages, il n’y aura pas de problème.

Je sais que ces propos peuvent choquer mais il est temps que nous disions les choses telles qu’elles sont ! Et la situation est inquiétante.

Les générations qui nous ont précédés n’imaginaient pas qu’en 2012 rien n’aurait changé sous le soleil. Effectivement, rien n’a changé et tout a changé dans le mauvais sens. Plus le temps passe, plus on s’éloigne du sentiment de «malaise», je dirais même de «culpabilité» de certains par rapport à la tragédie de la Shoah, plus la parole est libérée. Plus «on» différencie antisionisme d’antisémitisme, même dans notre Communauté!

Aujourd’hui, tout est permis: les blagues antisémites, les articles incendiaires, les sketches effroyables. Et, parmi nous, les «politiquement corrects», les «dociles» choisissent, soit de rire (un peu jaune), soit de brandir la fameuse «liberté d’expression».

Ils ne savent pas à quel point ils se trompent. Ils ne savent pas à quel point ils se bercent d’illusions, lorsqu’ils se précipitent pour «être sur la photo» avec des «personnalités» qui, en fait, se servent d’eux.

En ce qui nous concerne, il n’y aura aucune concession dans notre lutte contre le racisme, l’antisémitisme, la désinformation et le négationnisme qui a repris récemment du poil de la bête.

Heureusement que nombreux sont ceux qui, parmi notre jeunesse, ont décidé qu’ils voulaient être respectés tels qu’ils sont, sans se compromettre. Ils ont compris que leur avenir est ailleurs, en Israël. Oui, en Israël! Point n’est besoin de nous reprocher notre franchise. Il n’y a personne, ici, à ménager dans l’espoir de recevoir quelque chose en retour, de se faire «bien voir». Ce magazine ne doit rien à personne, rien à des partis politiques, rien à des puissants, rien à des média.

Et, je vous le dis, notre Communauté, à force de vouloir se montrer exemplaire, est en danger, peut-être pas en danger physique, croyais-je, avant l’insoutenable attentat de Toulouse qui a coûté la vie à un professeur et trois jeunes enfants.

Notre Communauté est en danger de perdre son âme!

Betty Dan Faynsztein

Publicités
Étiquettes : , ,
avril 5, 2012

Un communiqué islamiste menace l’Allemagne d’un nouveau Merah

Par Melba

Du chantage.

Un communiqué mis en ligne mercredi sur un site généralement utilisé par Al-Qaïda a menacé l’Allemagne de frappes menées par «un autre Mohamed Merah» au coeur de Berlin si une islamiste n’était pas libérée.

Le communiqué, qui n’est pas signé, reprend l’exigence formulée fin mars par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), qui a annoncé détenir un ingénieur allemand enlevé le 25 janvier au Nigeria et réclamé la libération d’une «femme musulmane» emprisonnée en Allemagne pour le relâcher.

Le texte est adressé «à la vieille femme (Angela) Merkel» et lui demande de «tirer leçon de ce qui s’est produit en France (…) et de libérer immédiatement Oum Seif Allah al-Ansariya, avant d’être surprise par un autre Mohamed Merah au coeur de Berlin».
Le communiqué est mis en ligne sur Shumukh al-islam, un important forum internet véhiculant les annonces d’Al-Qaïda, et qui était inaccessible depuis plusieurs jours, sans doute en raison d’une cyberattaque selon des analystes.
«Mohamed Merah n’est pas mort, il se trouve en Allemagne, en Grande-Bretagne, en Amérique et dans tous les pays qui sont hostiles à l’islam et aux musulmans», affirme le communiqué.
Il conseille à la chancelière allemande de «saisir l’occasion que lui offrent les lions de l’Aqmi en proposant d’échanger leur otage allemand contre Oum Seif», avant de «le regretter».

Source : Le Progres

 

http://www.bivouac-id.com/billets/un-communique-islamiste-menace-lallemagne-dun-nouveau-merah/?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+bivouac-id+%28Bivouac-ID%29

Étiquettes : , ,
avril 5, 2012

La France va mal !

Le Chef de l’Etat et son gouvernement ne pourront plus affirmer ni soutenir qu’il n’y a pas de menace islamique en France. Celle-ci se révèle, suite aux propos du Recteur de la grande mosquée de Paris ; lourde, d’une extrême dangerosité, parce que ses concepteurs et auteurs relèvent d’une vision du monde où l’homme n’a de valeur que dans la perspective du sacrifice de lui-même et de son entourage.

Quand le Premier Musulman de France reconnaît que 1% des adeptes de l’Islam vivant en France, n’ont pas adopté le pacifisme comme parcours confirmé…l’inquiétude se précise, escortée par les fatalités habituelles de la peur, du désarroi et de l’angoisse.


 

On peut donc estimer selon l’aveu du Recteur Boubakeur que 50.000 terroristes sont prêts à en découdre, si l’ordre était donné. Il est inimaginable de penser que pareille réalité ait pu échapper à la sagacité de la police des Renseignements Généraux. Indifférence du pouvoir politique ? Inconcevable. L’attention du monde sera prochainement détournée par le conflit iranien ? Plausible.

Quoiqu’il en soit, une carte manque dans le jeu de l’observateur. Jacques Attali avait dit que si l’antisémitisme refaisait surface, on le verrait au « premier rang ». On l’a cherché dans tous les rangs. On ne l’a pas vu !

C’est le moment choisi par l’Eglise de France, prise en la personne du père Christophe Roucou, responsable du service national pour les relations avec l’Islam, pour voler au secours de Tariq Ramadan en déplorant que le Ministère de l’Intérieur juge le leader musulman anti-républicain. « De fait, Tariq Ramadan défend une version soft de la Charia dans les pays musulmans… »

Après avoir désapprouvé un débat sur l’Islam ainsi que la loi sur la burqa, les évêques de France semblent initier un climat qui pourrait rappeler de sombres heures de l’histoire de France.

Qu’il s’agisse des Catholiques Intégristes de la Fraternité St Pie X ou des Catholiques qui estiment que Tariq Ramadan « défend une version soft de la Charia », peu d’intérêt pour donner suite à Vatican II, dans sa prétention à l’illusoire réconciliation avec les Juifs.

On peut observer un net relâchement dans les tentatives velléitaires de rapprochement judéo chrétien. Probablement que Vatican II est devenu si soft qu’il n’a plus de consistance, sauf devant la statue de la cathédrale aux yeux bandés de Strasbourg !

avril 5, 2012

Les éclaireurs bédouins livrent une partie de leurs secrets

par Tsahal – Armée de Défense d’Israël
bedouins

Dans le sud d’Israël, les éclaireurs bédouins du bataillon de reconnaissance du désert veillent sur les frontières qui séparent Israël de la bande de Gaza, de l’Égypte et de la Jordanie. Ennemis numéro 1 des terroristes qui tentent de s’infiltrer en Israël, nous les avons rejoints le temps d’une journée et ils nous ont révélé quelques-unes de leurs méthodes.

L’unité est composée presque exclusivement de soldats issus de la communauté bédouine qui ont volontairement choisi de s’engager dans Tsahal. Ces recrues utilisent leur connaissance unique du terrain pour traquer les infiltrés et déjouer tous les types de menaces qui pèsent sur la zone.

De nombreux soldats qui servent dans cette unité remplissent le rôle d’éclaireurs ; leur connaissance parfaite du désert et de la région leur permet de remplir au mieux leur mission. Le bataillon a participé activement à tous les conflits majeurs dans la bande de Gaza.

Ces dernières années, une augmentation considérable de l’enrôlement dans ce bataillon a été enregistrée. La raison de cette tendance est la suivante : pour les membres de la communauté bédouine vivant en Israël, le service dans cette unité constitue une voie d’intégration au cœur de la société israélienne, socialement et économiquement. Chez les Bédouins, le service militaire est considéré comme une voie majeure d’intégration dans la société.

Quelles sont les techniques qui rendent leur implication dans l’armée indispensable? Comment parviennent-ils à identifier des traces et des indices dans un désert qui s’étend sur plus de 10 000 km2? Voici cinq techniques utilisées par les éclaireurs bédouins de Tsahal.

1. Travailler en duo

Quatre yeux valent mieux que deux. Lorsque vous vous lancez à la recherche d’un suspect en plein milieu de la nuit, ou que vous devez retrouver votre chemin dans un paysage désertique, les yeux de votre co-équipier peuvent être d’une grande utilité. Il peut avoir remarqué un détail que vous auriez manqué.

2. Connaître le terrain sur le bout des doigts

Le désert ne doit avoir aucun secret pour vous. Des années passées volontairement dans des zones peu peuplées et désertiques et à vivre en extérieur ont appris à ces soldats) aimer et à apprivoiser le terrain. Ils vérifient les chemins de sables aux frontières et sont capables de repérer une empreinte dans le sable. Ils en tirent des informations essentielles, et déduisent s’il s’agit là d’une menace.

3. Éviter la tombée de la nuit

L’heure où le soleil se couche, où la luminosité et les couleurs du ciel changent et où champ de vision diminue de minute en minute est la plus problématique. Dans la mesure du possible, privilégiez un autre moment de la journée, en plein jour ou en pleine nuit, pour vous aventurer dans le désert.

4. Rien ne vaut l’expérience du terrain

Dans le monde des éclaireurs, l’expérience pratique compte énormément. Pendant les premiers mois passés dans le bataillon, les nouvelles recrues s’entraînent aux côtés de soldats en fin de service, pour apprendre de l’expérience des plus anciens.

5. Donner de l’importance à chaque détail

Tout, de la forme d’une ombre à une touffe d’herbe légèrement courbée peut s’apparenter à un indice. Les éclaireurs protègent principalement le pays des infiltrations, des engins explosifs placés le long des frontières et découvrent des tunnels de contrebande – des menaces que l’ennemi sait camoufler.

http://blogtsahal.wordpress.com/2012/04/04/video-les-eclaireurs-bedouins-livrent-une-partie-de-leurs-secrets/

Étiquettes : , , ,