Appel au Premier Magistrat de France.

Monsieur le Président,

Mise à part l’entrée de la Palestine à l’Unesco, j’ai, depuis ma première ligne publiée, toujours manifesté, tant à l’égard de votre personne que de vos fonctions, respect, considération, fidélité et obéissance.

Aussi, cette constance m’autorise t –elle, me semble t-il, à vous faire des sentiments bien légitimes de déception de la communauté juive, sans que vous interprétiez cet aveu comme la poursuite de sentiments d’opposition ou d’hostilité vis-à-vis de vous-même ou de l’orientation politique de votre gouvernement.

Parmi ces sentiments, l’amour et le respect de la France ont été atteints par l’assassinat de militaires Français. C’est à vous et, à vous seul, Monsieur le Président, en votre qualité, de Chef Suprême des Armées, qu’il appartient de prendre la mesure de l’insulte par la réponse qui vous paraîtra la plus appropriée.

Mais concernant l’assassinat d’une famille juive, si les premiers éléments de l’enquête confirment la motivation antisémite de l’assassin, permettez moi de vous exposer respectueusement les décisions que nous aimerions vous voir prendre et qui rassureraient les Juifs de France et d’ailleurs ainsi que l’ensemble des démocrates.

Une mesure de bannissement à l’égard de l’agitateur Dieudonné
Arrestation et comparution immédiate pour toute insulte antisémite publique
Les termes « Mort à Israël » s’assimilant à une incitation au meurtre seront passibles de comparution immédiate.
Brûler publiquement le drapeau d’un Etat légalement constitué, l’Etat d’Israël, en l’occurrence, entraînera l’arrestation immédiate de ses auteurs.
Exiger de l’administration qu’elle applique sans délai les dispositions de la loi considérant le boycott comme activité illégale.

N’ayant jamais porté atteinte à votre renom, je ne doute pas que vous serez sensible à l’insistance que je prends en vous adressant cette requête.
Son application permettra, entre autres, aux Juifs, hypnotisés par une droite qui s’abstient de se situer par rapport au pétainisme, d’éviter d’accorder confiance, aval et mandat à des individus dont l’attachement à la République n’a pas été démontré.

Lors de l’inauguration de la Maison de la Culture de Bourges, André Malraux m’avait dit : « La politique, c’est la voie royale, pour les hommes d’action. » Ne quittez pas cette voie, elle seule guidera votre destin !

Soyez assuré, Monsieur le président de ma loyauté et de ma fidélité

 

http://www.arnoldlagemi.com/?p=1933

 
Publicités
Étiquettes : , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :