Décryptage d’un discours anti-sioniste. (1/3)

Par Jean-Daniel Chevalier et Liliane Messika © Primo-Europe

Reproduction autorisée avec mention de la source

Pierre Stambul, Président de l’UJFP (Union des Juifs français pour la paix) a écrit un texte intitulé « Sionisme et antisémitisme » qui figure sur le site de son association, dans lequel il développe un grand nombre de poncifs anti-sionistes fondés sur un mépris absolu de l’histoire en général et des faits et chiffres en particulier.

Exemples :

« L’année 2007 sera le quarantième anniversaire de la conquête et de l’occupation de la Cisjordanie, Gaza et Jérusalem Est (sans oublier le Golan). L’année 2008 sera le soixantième anniversaire de la Naqba, une «purification ethnique » qui a abouti à la destruction de 750 villages palestiniens et à l’expulsion sans retour des 3/4 de la population palestinienne. »

Quarantième anniversaire de la conquête de la Cisjordanie sur la Jordanie et de Gaza sur l’Egypte. Il ne serait pas inutile de rappeler qu’à aucun moment avant cette date (1967), les Palestiniens ne se sont revendiqués comme peuple, bien au contraire. Tous leurs discours officiels de l’époque parlent de la « Palestine comme une invention des sionistes » et des Palestiniens comme « les Syriens du sud ». De surcroît si l’on évoque un anniversaire, le dernier concernant l’occupation de Gaza était le 38ème, puisque les Israéliens s’en sont retirés en août 2005. Certes, le nombre de morts y a été décuplé depuis, mais il s’agit d’une Intrafada, qui n’intéresse donc pas les Juifs français pour la paix…

Le terme « purification ethnique », même entre guillemets, a un sens : il concerne l’extermination systématique des hommes et le viol tout aussi systématique des femmes pour leur faire porter les enfants des conquérants. On l’a vu dans les Balkans, on le voit au Soudan, on le voit dans de nombreux pays où l’islam poursuit le djihad, comme il est prescrit, « par le verbe, par le fer et par les ventres ». Les sionistes, puis les Israéliens n’ont pratiqué aucun génocide (sinon on ne comprendrait pas que la population palestinienne recensée par l’UNWRA ait quadruplé pendant l’occupation israélienne) et aucune plainte pour viol n’a été portée contre eux (alors que des accusations aussi fantaisistes que le « cannibalisme rituel », « l’organisation volontaire de la Shoah pour faciliter la création d’Israël » et autres « mises en scène du 11 septembre » n’ont pas manqué).

La Naqba (catastrophe) est, dans la mythologie palestinienne, l’équivalent de la Shoah, mais la date choisie est celle de l’Indépendance d’Israël: 14 mai 1948, et si les cérémonies palestiniennes depuis lors sont calquées sur celles qu’Israël organise pour commémorer les victimes de la Shoah, les événements qui sont à l’origine n’ont strictement aucun rapport : les victimes des combats ne sont tombées que quand ceux-ci ont commencé, lancés par les armées arabes contre Israël au lendemain de la Naqba, c’est-à-dire le 15 mai 1948.

Enfin « l’expulsion sans retour des ¾ de la population palestinienne » est un triple mensonge.

Premier mensonge, l’expulsion concerne tout au plus quelques dizaines d’individus. Que des milliers aient fui les combats ne relève pas d’une expulsion. En revanche, des dizaines de milliers d’Arabes de Palestine (leur dénomination officielle de l’époque) ont suivi les consignes des radios arabes et des émissaires de leurs Etats frères, les enjoignant de laisser le champ libre aux fiers combattants arabes pour qu’ils exterminent la vermine sioniste avant de les laisser revenir.

Deuxième mensonge : le nombre. L’UNWRA, agence de l’ONU exclusivement consacrée aux réfugiés palestiniens à l’exclusion de tous les autres, a comptabilisé, à l’époque, autour de 600 000 réfugiés palestiniens et il y a eu un nombre équivalent de réfugiés juifs des pays arabes. Aucune agence spéciale de l’ONU n’a été créée pour ces derniers : ils ont été absorbés par l’Etat juif.

Troisième mensonge : « sans retour ». Une centaine de milliers de ces Arabes palestiniens sont revenus dans les mois qui ont suivi la fin des combats engagés par cinq Etats arabes contre l’Etat d’Israël le soir de sa naissance. Une politique de regroupement familial permet régulièrement à des Palestiniens de l’extérieur de revenir en Israël. De plus, à plusieurs reprises, Israël a déposé des motions à l’ONU, proposant le retour de centaines de milliers d’autres en échange de la paix ou de déclarations de non belligérance. Il n’a jamais reçu de réponse positive.

Enfin, mensonge par omission, il est resté en Israël des Arabes qui ont donc la nationalité israélienne et qui bénéficient, comme tous les citoyens, du droit de vote, des prestations sociales, de l’éducation, etc. La seule différence avec les citoyens israéliens juifs est qu’ils ne font leur service militaire que sur la base du volontariat (ce que choisit la majorité des Druzes) et non par conscription, comme les juifs. Ils représentent aujourd’hui 20% de la population israélienne. Combien y a-t-il de citoyens juifs dans les pays arabes et bénéficient-ils des mêmes droits que la population musulmane ? Zéro.

« Cette guerre [israélo-palestinienne] n’est pas une guerre ethnique, communautaire, raciale ou religieuse. Elle porte sur des principes universels. Une idéologie, à la fois nationaliste, « messianique » et coloniale (le sionisme) a construit un Etat qui opprime un peuple par une politique d’Apartheid, qui détruit sa société et dont le terrorisme d’état aboutit à des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité. »

Sans remonter au mufti de Jérusalem, qui entretenait des liens étroits avec Hitler et le suppliait de faire appliquer au Moyen-Orient les méthodes qui lui avaient permis de se débarrasser des Juifs en Europe, il faut dire que si « cette guerre n’est pas une guerre ethnique » du côté israélien, on ne peut en nier le caractère raciste du côté palestinien.

Ainsi le CMIP, organisme consultatif à l’Unesco, qui étudie le contenu des manuels scolaires et leur influence sur les relations entre pays en conflit, a conclu que les manuels palestiniens manifestaient vis-à-vis des Juifs un racisme équivalent à celui de la presse allemande et française de la Deuxième Guerre mondiale alors que les manuels israéliens décrivaient les Palestiniens en faisant preuve d’un « angélisme » irréaliste.

Autre exemple (entre mille) en 2005, un étudiant de Jérusalem a été assassiné pendant qu’il faisait son jogging. Deux mouvements palestiniens ont revendiqué « le fait d’armes ». Quand il s’est avéré que l’étudiant n’était pas un juif mais un Arabe israélien, les Palestiniens ont présenté des excuses à sa famille et lui ont conféré le statut de « martyr ». Si cela ne décrit pas “une guerre ethnique, communautaire, raciale ou religieuse”, on serait curieux d’en connaître les définitions stambuliennes…

Parler du sionisme comme d’une idéologie coloniale est une absurdité sémantique et historique. Le colonialisme est, selon la définition du Petit Larousse, « une doctrine qui vise à la légitimation de l’occupation d’un territoire ou d’un Etat, à sa domination politique et à son exploitation économique par un Etat étranger ». La seule occupation, domination politique, exploitation économique de la Palestine par un Etat étranger répondant à cette définition est celle de l’Etat turc de 1517 à 1917, jusqu’à l’octroi du mandat britannique.

L’arrivée des Juifs en Palestine n’est en rien assimilable à l’occupation d’un territoire ou d’un Etat par un Etat étranger : des groupes d’individus isolés ont acheté à prix d’or des terrains désertiques ou marécageux pour la seule raison qu’ils se trouvaient sur une terre avec laquelle leur peuple avait entretenu un rapport permanent pendant 2000 ans d’exil. La société des Nations, au moment de l’octroi du mandat britannique sur la Palestine, puis l’ONU quand a été approuvé le plan de partage, ont, l’une et l’autre clairement reconnu le droit légitime du peuple juif sur cette terre.

« Les Anglais ne sont pas originaires du Soudan, ni les Français de Tunisie. Mais les Juifs avaient leur histoire, leur langue, leurs aspirations enracinées en Terre Sainte… Leurs charrues, leurs pioches, leurs bulldozers mettaient à jour les vestiges de leur présence passée dans ce pays (…) Les sionistes renouaient avec eux-mêmes. Ils ne venaient ni fonder des comptoirs, ni implanter des fortins en terre étrangère. (…) Ce n’est pas arbitrairement qu’ils appelaient leurs villages et leurs villes (…), Kiriat Arba, Beit Shean. Ces lieux avaient existé aux temps bibliques, certains comme Jérusalem, sans interruption. » (1)

Décrire Israël comme un « Etat qui opprime un peuple par une politique d’Apartheid » est aussi niais que d’en faire un Etat colonial. Le premier pays au monde où les femmes arabes ont eu le droit de vote est Israël. En dehors du service militaire – qui est un devoir et non un droit (voir plus haut) -, tous les citoyens israéliens jouissent de droits égaux. Ils ont accès à l’éducation, à la santé, aux prestations sociales, au syndicalisme… les Arabes israéliens sont représentés par plusieurs partis à la Knesset et un ministre arabe a été nommé il y a quelques semaines dans le gouvernement Olmert. Ce n’était pas le premier : il y en avait déjà eu dans le gouvernement Sharon et plusieurs ambassadeurs d’Israël sont et ont été des citoyens israéliens arabes.

De même que « épuration ethnique », le mot « apartheid » a un sens et une histoire. En Afrique du sud, une minorité blanche maintenait en esclavage une majorité noire. Cette majorité n’avait accès à aucun des bénéfices de l’Etat revenant aux citoyens, dont les Arabes israéliens bénéficient sans discrimination, elle n’avait évidemment pas le droit de vote et ne pouvait accéder qu’à des places de seconde zone dans les endroits publics (transports, habitat, soins…) Cela ne correspond ni de près ni de loin à la réalité israélienne, mais cela doit évoquer un fantasme sado-masochiste très jouissif pour M. Stambul.

La fin de sa phrase est d’ailleurs intéressante au plan grammatical : « un Etat qui opprime un peuple (…) et dont le terrorisme d’état aboutit à des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité. » Ce serait donc l’Etat d’Israël qui pratiquerait un terrorisme d’Etat (logique !) lequel aboutirait à des « crimes de guerre et à des crimes contre l’humanité ». Commis par qui ? Grammaticalement, par le sujet de la phrase, c’est-à-dire l’Etat (d’Israël). Or derrière cette maladresse grammaticale se profile une excuse pour ceux qui commettent ces crimes. Cela ne peut donc pas être le fait d’Israël. Sans les nommer, M. Stambul reconnaît que les Palestiniens commettent des crimes inexpiables, mais il les excuse par anticipation puisque ces actes ne sont que l’aboutissement de l’oppression et de l’apartheid. On vient de démontrer que ces accusations étaient sans fondement, l’excuse tombe donc d’elle-même. CQFD.

P. Stambul veut faire porter le drame israélo-arabe, devenu le drame israélo-palestinien, sur le seul sionisme, unique coupable. Il occulte le nationalisme arabe palestinien de Husseini, leader dès les années 30, antisémite, extrémiste sur le plan religieux et politique et opposé à tout ce qui pouvait se montrer modéré dans le camp arabe. Il ignore aussi tout ce que la politique d’Arafat comportait d’ambigu et de rejet de l’existence de l’Etat d’Israël. Il ignore toutes les déclarations du Hamas « démocratiquement élu » qui déclare officiellement aujourd’hui qu’il n’acceptera jamais de reconnaître Israël et qu’il le combattra jusqu’à sa disparition.

« (…) mais ce qui reste prépondérant, c’est le soutien de la majorité des Juifs (en Israël ou ailleurs) au projet sioniste. Qu’est-ce qui fait marcher ce soutien ? Une réécriture de l’histoire juive, un travail patient de destruction des identités issues de l’histoire des diasporas. »

En fait de réécriture de l’histoire, M. Stambul est manifestement un expert : même après l’exil auquel les ont forcés les Romains, quelques communautés juives ont réussi à demeurer en terre d’Israël, principalement à Jérusalem, Sichem (actuelle Naplouse), Saint Jean d’Acre, Hébron…

Le peuple juif est resté un peuple dans la diaspora, par fidélité à une terre (« l’an prochain à Jérusalem » est récité dans de nombreuses prières) et à une morale (ancêtre de la Déclaration des Droits de l’homme) incarnée par un livre : la Torah. Le « sionisme », c’est-à-dire, littéralement « le retour à Sion » date de la destruction du royaume de Juda, vers 590 av. J-C., lors de l’exil à Babylone du peuple juif.

Le sionisme politique, c’est-à-dire le désir d’émancipation du peuple juif, lui, est contemporain de tous les nationalismes de la fin du XIXème siècle. Il a été formalisé par Theodor Herzl au moment de l’affaire Dreyfus, en France, quand ce journaliste autrichien s’est rendu compte que la seule solution pour le peuple juif de vivre sans être persécuté était d’être son propre maître, sur sa propre terre. « L’idée que je présente dans cet écrit est très ancienne, c’est celle de la création d’un Etat pour les Juifs » écrit-il dans « l’Etat des Juifs », publié en 1896.

C’est une ambition que M. Stambul ne dénie ni aux Libanais (le Liban est une création des Français en 1946), ni à la Syrie ou à la Jordanie (création des Britanniques la même année) ni à l’Egypte (devenue indépendante en 1922). En 1948, il y eut deux partitions décidées par l’ONU : celle de la Palestine en un Etat juif et un Etat arabe (refusé par ces derniers) et celle de l’Inde entre un Etat hindouiste (l’Inde) et un Etat musulman (le Pakistan). Cette région du monde est toujours agitée de conflits et de terrorisme, mais M. Stambul ne voit probablement pas d’intérêt à y promouvoir la paix. Seul l’intéresse le Moyen-Orient, ou plutôt, au Moyen-Orient, les 20 000 km2 qu’il dénie au peuple juif. Il n’a aucun état d’âme vis-à-vis de l’indépendance du Koweït intervenue en 1961, de celle de Bahrein officialisée en 1970 ou des Emirats Arabes Unis et du Qatar promulguées en 1971.

Pour M. Stambul, ces peuples-là ne posent pas problème et même si rien ne les distingue de leurs voisins (langue, culture…), il serait criminel de leur dénier le statut de peuple. Comme il est criminel de le dénier aux Palestiniens qui le revendiquent depuis 1967. En revanche, le peuple juif, le seul qui ait conservé son unité par-delà les exils et les persécutions depuis 5000 ans, celui-là ne mérite aux yeux de M. Stambul que les qualificatifs de « nationaliste, messianique et colonial ».

D’autant que, n’étant pas à une contradiction près, il accuse le sionisme d’avoir détruit « des identités issues de l’histoire des diasporas. » Lesquelles ? Celle des Juifs dénaturalisés par Vichy ? Celle des Juifs persécutés et chassés de tous les pays arabes ? Celle des Juifs gardés en otages dans feu l’URSS ? S’il y a une identité que le sionisme a fait disparaître (et c’était bien là son objectif), c’est celle du Juif minoritaire et persécuté pour sa seule identité. La loi du retour qui garantit la nationalité israélienne à tout Juif qui en fait la demande a d’ailleurs été établie d’après les critères qu’Hitler appliquait pour déporter les Juifs. Est-ce cela qui défrise tant M. Stambul ?

La destruction des identités juives polonaises, allemandes, d’Europe de l’Est en général, de Russie, des pays arabes, etc., n’a rien à voir avec le sionisme. Au lendemain de la Deuxième guerre mondiale, le régime communiste roumain a opéré un véritable « génocide spirituel » sur ce qui restait de la communauté juive du pays. Le sionisme n’y était pour rien, pas plus qu’il n’est à l’origine de la dhimmitude dans les pays arabes, des pogromes, du communisme ou du nazisme, fossoyeurs des identités juives. On peut par contre montrer que l’Etat d’Israël est un lieu où peuvent se perpétuer de nombreuses traditions culturelles et identités issues de l’histoire juive, notamment de la diaspora.

À suivre…

(1) Paul Giniewski « L’Antisionisme », Ed. Librairie encyclopédique, Bruxelles 1973.
Imprimer la page | Envoyer à un ami | Poster un commentaire
Retour haut de page
Auteur : Jean-Daniel Chevalier & Liliane Messika
Date d’enregistrement : 25-03-2007

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :