Gilles Képel rapproche Joachim Véliocas de Anders Breivik: mise au point de Véliocas.

51z1A2R8RQL._SL500_AA300_.jpg

Gilles Képel consacre 24 lignes de son ouvrage « Quatre-Vingt-Treize » (Gallimard, 2012), entièrement dédié à l’islam, à Joachim Véliocas dans le chapître « La tentation du repli » :

« Parmi les rares sites producteurs de contenu en propre et appartenant à la frange droite des Identitaires, se distingue l' »Observatoire de l’islamisation », administré par Joachim Véliocas, un jeune homme qui se présente comme chercheur en sciences politiques et a publié deux ouvrages qui consistent en une accumulation de fats destinée à documenter exhaustivement des données sur l’Islam dont il déconstruit l’innocuité apparente pour en révéler et dénoncer le danger celé. Inspiré par les travaux de Mme Delcambre et d’autres arabisants qui partagent son engagement anti-islamique, ainsi que par Bat’Ye’Or dont il reprend les thématiques sur l' »Eurabia » et la « dhimmitude », il instruit un procès à charge contre l’islam qui s’est traduit par deux volumes. Le premier, paru en 2006 chez le petit éditeur « Godefroy de Bouillon », dont l’appellation affiche sans fard l’esprit de croisade, s’intitule L’islamisation de la France et déroule sur près de 500 pages une inspiration qui consonne avec les développements du long manifeste d’Anders Breivik, 2083: une déclaration européenne d’indépendance. Avec Ces maires qui courtisent l’islamisme, paru quatre ans plus tard, il axe son combat, comme Breivik contre les « marxistes culturels », sur la dénonciation des édiles qui facilitent l’édification de mosquées dans leur ville pour le seul but, selon l’auteur, de capter le vote musulman. Les deux livres se caractérisent par une même idéologisation de leur objet »

Ne trouvant rien à redire au contenu de mes deux ouvrages, Gilles Képel choisit l’attaque par sous-entendu et la disqualification par amalgame en m’associant à un « esprit de croisade » et surtout à Anders Breivik à deux reprises.

Les éditions Godefroy de Bouillon furent les seules à accepter de m’éditer en 2006. Le directeur de cette maison, Richard Haddad, libanais maronite, arabisant et à la carrière universitaire brillante, est un intime de la famille Gemayel. C’est ainsi qu’une référence à l’époque où des français venaient au secours des Chrétiens d’Orient persécutés doit se comprendre.

Pour Anders Breivik, on atteint la manipulation, car l’expression « marxiste culturel » est introuvable dans mes écrits alors que la mise entre parenthèse semble m’attribuer ce vocable. J’ai appris l’existence de l’expression comme tout le monde lors de la médiatisation de la tuerie. Et sur les 15 maires dont je dénonce les pratiques d’aides matérielles aux islamistes, seuls 5 sont de gauche dont un seul communiste. Quant à l’islamo-gauchisme, Képel en parle lui même dans son ouvrage !

Sur Bat Ye’ Or dont j’ai lu avec une grande attention les différents ouvrages, je suis sidéré de son traitement médiatique, « Eurabia » n’étant pas une expression sortie de son esprit, mais le titre de l’unique revue spécialisée dans la très officielle politique Euro-arabe de l’Union européenne, dont j’ai d’ailleurs trois exemplaires dans ma bibliothèque, achetés… à l’Institut du Monde Arabe dont Gilles Képel est membre du « Haut-conseil » !

Dans mon ouvrage L’islamisation de la France, paru avant la traduction française de l’ouvrage de Bat Ye’ Or, j’expliquais que Eurabia « éditée par Lucien Bitterlin, président de l’Association de Solidarité Franco Arabe fut publiée par le « Middle East International », le groupe France-Pays Arabes (Paris) ainsi que par le Groupe d’Etudes sur le Moyen Orient (Genève). Revue très influente, elle rédigera une série de résolutions qui seront reprises intégralement par les parlementaires européens lors de l’assemblée générale des Associations Parlementaires pour la Coopération Euro Arabe (APCEA) à Strasbourg les 7 et 8 juin 1975 qui initieront les grandes vagues migratoires arabes à venir. » Je ne peux malheureusement pas citer tout le chapitre consacré au sujet qui démontre par A+B la réalité nocive du programme du Dialogue Euro-Arabe aboutissant à une colonisation humaine et culturelle de l’Europe.

Sur Anne-Marie Delcambre je cite cette agrégée d’arabe et docteur en civilisation musulmane sur trois lignes, mais cite plus longuement d’autres islamologues comme Mohamed ibn Guadi de l’université de Strasbourg, Dominique Urvoy de l’université de Toulouse, Rémi Brague de l’université Paris I, Alfred Morabia (+1986), Antoine Moussali (+2003), Maxime Rodinson (+2004), Hubert Grimme (+1942). Mon travail est équilibré et, de toute façon, ayant dans ma bibliothèque la plupart des ouvrages de droit musulman des différentes écoles du sunnisme, je cite directement ces sources sans craindre d’être pris pour quelqu’un qui se contente de copier-collé, comme le sinistre Breivik auquel je suis étrangement comparé. Gilles Képel, qui n’est pas islamologue mais sociologue, ferait bien de faire preuve de plus d’humilité et d’objectivité avant de juger mes travaux qui ont été salués par d’éminents islamologues comme Sami Aldeeb Abu-Salieh ou Marie-Thérèse Urvoy. Plus valorisant que d’être salué par les éditorialistes de la presse parisienne dont aucun n’a un début compétence en islamologie.

Joachim Véliocas-06 mars 2012.

http://www.islamisation.fr/archive/2012/03/07/gilles-kepel-rapproche-joachim-veliocas-de-anders-breivik-mi.html

Publicités
Étiquettes : , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :