Portrait de Joseph Trumpeldor par Jabotinsky

A l’occasion du « Yom Tel-Haï » – la journée du souvenir des héros de Tel-Haï – qui était commémorée hier en Israël, je publie ce portrait de Trumpeldor par Jabotinsky, extrait de L’Histoire de ma vie. Il est agréable de constater que, malgré le temps écoulé et des années de propagande post-sioniste, le souvenir de Trumpeldor est bien vivant en Israël aujourd’hui… Tel-Haï! P.I.L

 

Je le trouvai chez lui : avec sa physionomie d’homme du Nord, si je l’avais rencontré dans la rue je l’aurais peut-être pris pour un Ecossais ou un Suédois. Sa taille était plus élevée que la moyenne ; mince, les cheveux couleur d’écorce et courts, peignés avec l’attention d’un homme ordonné et modeste ; sans barbe ni moustache ; les lèvres pâles et minces, arborant un sourire tranquille. Il parlait un russe limpide, même s’il était légèrement atteint de cette maladie de la langue « chantée » à laquelle les habitants d’Eretz-Israël ont du mal à échapper. Son hébreu s’écoulait goutte à goutte, lentement, pauvre en vocabulaire mais cependant précis ; une fois je l’entendis essayer de parler yiddish – le yiddish des monts du Caucase ? Crainte et frisson… Son niveau culturel pourra peut-être être décrit en utilisant le mot de « maskil », dans son ancienne acception, celle de la génération d’autrefois : c’était un érudit, instruit en littérature russe, connaissant des œuvres que je n’ai jamais feuilletées de ma vie : livres de droit, de morale et de recherche, écrits par des auteurs russes célèbres il y a deux générations, dont le souvenir est oublié depuis l’aube de notre époque, comme Potebnia et d’autres du même genre ; mais il les avait lus et n’avait pas oublié le contenu de ses lectures. Jusqu’à ce jour, j’ignore s’il faisait partie de ceux que nous avons la détestable habitude de qualifier, selon notre concept juif, du nom de « sagaces ». Peut-être pas.

 

Jabotinsky et un groupe de Betarim sur la tombe de Trumpeldor

 

Toutes sortes d’épices, toutes sortes de persils, d’herbes amères et de ‘harrosète, de baume de Gilad et d’oignon d’Espagne se mélangent chez nous, dans la combinaison de ce concept – le scepticisme, la suspicion, une malice bon marché et la capacité à rendre courbe toute ligne droite, jusqu’à ce que la tête avale la queue. Tout cela était absent de sa personnalité. Par contre, je trouvai chez lui un œil capable de distinguer ce qui est blanc de ce qui est noir ; un sens de l’humour charmant et léger, sachant distinguer l’essentiel de l’accessoire. Mais, même de l’essentiel, il savait parler avec des mots simples, sans cette rhétorique artificielle qu’on ressentait parfois dans ses lettres : il parlait comme un homme « lucide », avec sérénité, sans émotivité ni pathos ; et sans employer non plus d’insultes – il n’avait pas voulu les apprendre à la caserne russe. Je dois avouer à ma honte éternelle (même si je ne regrette rien et n’ai pas l’intention de surmonter ce défaut), qu’à cet égard, mon registre de langage en russe diffère du sien comme l’enfer de la pureté et que je ne parvenais pas toujours à réfréner mon instinct, lorsque j’exprimais la profondeur de mes sentiments devant lui : il m’écoutait avec le même rire empli d’indulgence, sans colère, mais sans m’imiter. Je n’ai jamais entendu dans sa bouche la moindre insulte, sinon, peut-être, celle-ci : « Quel vaurien ! » Il affectionnait particulièrement ces deux mots d’hébreu : « Ein davar » (cela ne fait rien). On raconte qu’il est mort avec ces mots aux lèvres, cinq ans plus tard.

 

 

Avec un seul bras, il faisait plus de choses que ce que font et feront la plupart des hommes avec leurs deux mains. Sans aide extérieure, il se lavait, se rasait et s’habillait, faisait ses lacets, cousait des pièces aux coudes de ses habits, coupait son pain ; j’ai entendu dire qu’en Eretz-Israël il était considéré comme un des meilleurs laboureurs, et par la suite, à Gallipoli, comme un des meilleurs cavaliers et des meilleurs tireurs. Sa chambre était rangée avec un ordre exemplaire – tout comme ses pensées. Tout son comportement était empreint de calme et de générosité ; depuis longtemps il était végétarien, socialiste et détestait la guerre – mais il ne faisait toutefois pas partie de ces pacifistes qui sont assis les bras croisés, pendant que d’autres se battent pour eux.

 

EXTRAIT DE L’HISTOIRE DE MA VIE, EDITIONS LES PROVINCIALES

 http://vudejerusalem.20minutes-blogs.fr/archive/2012/03/06/portrait-de-joseph-trumpeldor-par-jabotinsky.html

Publicités
Étiquettes : , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :