Les sépharades refusèrent le sionisme politique au nom de la conscience religieuse ! (Suite II)

                                                  Pour la plupart des observateurs, la responsabilité de l’absence des sépharades au sein du Mouvement Sioniste incomberait aux Achkénazes qui les auraient évincés  .  Quand bien même, l’accusation reste  partiellement fondée, on déplorera l’absence d’intérêt des sépharades pour le sionisme, entendu comme courant issu de la conscience non religieuse mais citoyenne et  nationale.

Le sionisme politique naquit en Europe et, globalement, pour parvenir à devenir une force, un courant déterminant,  au sein des communautés juives, il se détacha du monde rabbinique qui lui retira toute légitimité, parce qu’il ne s’inscrivait pas dans l’attente messianique, que sa volonté humaniste et son projet progressiste entendaient se soustraire et s’extraire. Par ailleurs, la philosophie des premiers dirigeants sionistes s’dentifiait plus au matérialisme qu’elle ne se réclamait de toute référence au spirituel.

Il y a probablement quelque chose de similaire dans la volonté de réforme issue de la Révolution Française de 1789. Edifier un monde nouveau avec un nouvel homme qui n’auront plus de lien avec la projection religieuse.

Pourquoi le sionisme politique n’est pas né, ne pouvait pas naître dans le monde sépharade ? Parce que le monde sépharade n’avait pas initié une démarche semblable et  n’était ni prêt, ni volontaire à laïciser le retour à Sion  qui devait rester une initiative d’ordre religieux.

Le mouvement sioniste de Herzl  suscita chez les sépharades les mêmes réserves qu’il fit naître chez les rabbins Européens : les Juifs ne pouvaient ni ne devaient cautionner une déviance agnostique qui prétendrait reconstruire Sion sans l’aide des principes rabbiniques.

Les Juifs vivant dans les pays Arabes ne pouvaient qu’imaginer la conscience citoyenne, alors que celle-ci faisait partie de l’univers familier du monde achkénaze depuis le XVIIIème siècle.

Participer au mouvement sioniste supposait  donc, non seulement, s’écarter de la Tradition, mais avoir, en amont, franchi toutes les étapes qui ne pouvaient empêcher de  mener immanquablement à la rupture.  Cela revient à dire, que devenir sioniste dans ces conditions, c’était affirmer sa capacité  à passer de l’environnement religieux au paysage culturel laïque. Accepter aussi    la conscience citoyenne, en sachant que cette façon de faire se rapproche plus de l’athéisme que de la Fidélité à la Tradition.

Or, cette perspective n’était ni dans les intentions ni dans les possibilités du monde sépharade.

NB/  La prochaine parution expliquera la façon souvent indigne, avec laquelle quelques dirigeants sionistes profitèrent de la naïveté de certaines  communautés sépharades.

http://www.arnoldlagemi.com/?p=1791

Publicités
Étiquettes :

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :