La création de l’Alliance révisionniste et du Bétar

Lorsqu’il revient à Londres au bout de sept mois, en juin 1922, Jabotinsky est stupéfait d’apprendre, de la bouche de Weizmann, que le mouvement sioniste négocie avec le gouvernement de Londres au sujet du Livre Blanc- qu’il finira par accepter- document par lequel l’Angleterre subordonne l’immigration juive à la « capacité économique du pays » et restreint le champ d’application de la Déclaration Balfour à la rive ouest du Jourdain.
Dans un réflexe de loyalisme envers ses collègues de l’exécutif sioniste, Jabotinsky assume dans un premier temps la décision d’accepter le Livre Blanc, ce qu’il regrettera par la suite. Mais il comprend très vite que sa position et celle de Weizmann sont inconciliables. De fait , en janvier 1923, il démissionne de l’exécutif sioniste où sa position est devenue intenable et annonce par la même occasion son départ de l’Organisation sioniste, convaincu qu’il n’est plus possible de trouver un terrain d’entente. Cette traversée du désert ne va pas durer longtemps : après avoir cru tout d’abord que sa carrière politique avait pris fin et qu’il allait pouvoir se consacrer désormais entièrement à l’écriture, Jabo est très vite repris par le virus de l’action publique.
Ayant rejoint une nouvelle fois la rédaction du journal sioniste Rassviet, il entreprend une tournée de conférences dans les pays baltes. A Riga, il est chaleureusement accueilli par les membres de l’association étudiante des « Hasmonéens », qui vont constituer le noyau du Bétar. Le groupe d’étudiants dirigé par Aharon Propes est soulevé d’enthousiasme par le portrait de Trumpeldor, le héros de Tl-Haï, que Jabotinsky dresse devant eux et ils décident sur le champ d’adopter le nom de « Brith Trumpeldor » (Alliance Trumpeldor) ou, selon l’acronyme hébraïque, Betar. Comptant 9000 membres en 1929, le mouvement de jeunesse va rapidement essaimer et décupler ses effectifs, atteignant 18 000 membres en 1930 et 80 000 à la veille de la Deuxième Guerre mondiale.

La philosophie du Betar est résumée dans le Chir Betar ( « Chant du Betar »), rédigé par Jabotinsky en 1932 : « Hébreu, dans la misère même, tu es Prince – Que tu sois  esclave ou vagabond – Tu naquis fils de Roi […] – Mourir ou conquérir la montagne – Yodefet, Massada, Betar »
………..
Sur le plan politique, la déception qui a abouti à sa démission se traduit par la création du Brith Hatzohar, ou Alliance des Sionistes révisionistes, proclamé officiellement à Paris le 24 avril 1925, dans l’arrière salle du café du Panthéon.

La « révision » en question signifie un retour aux idées fondamentales du sionisme politique de Herzl, abandonnées par Weizmann.
Ces idées s’articulent autour de trois axes essentiels :
1) proclamer ouvertement le but du sionisme ( un Etat indépendant à majorité juive),
2) encourager une alyah massive et
3) s’implanter sur les deux rives du Jourdain.

VLADIMIR ZEEV JABOTYNSKI

HISTOIRE DE MA VIE

Publicités
Étiquettes : , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :